AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Sam 8 Oct - 14:54



Sortie d'un Soir
« Un jour, Mon Prince viendra... »

Lambeth, 1878.

Les jours étaient passés depuis cette incroyable rencontre auprès de l'horloger Adler. Les nuits également, et chacune d'entre elle voyaient son lot de rêve étrange où elle se revoyait à ses côtés, assise proche de l'eau. Ce parc où ils avaient partagé un court pique-nique avant que le travail ne les arrache à cette incroyable paix. Amy aurait bien voulu poursuivre, mais tout comme l'heure les avait rattrapé, celle-ci même l'obligeait à se réveiller avant le moment fatidique d'un délicieux et onctueux baiser sur ses lèvres presque bleus qu'elle pensait roide par le froid de son corps. Une température qu'elle avait aisément deviner à sa blanche peau et au contact de ses lèvres sur la joue. Elle le revoyait dans ses songes, se repassait la même séquence en boucle comme si quelque chose pouvait être modifié, mais rien du tout.

Après avoir fui sa compagnie aussi lâchement que celui-ci avait failli faire, la couturière était rentrée chez elle. Il était treize heures passées de quelques minutes, et déjà un client venu récupérer son bien était déjà devant la boutique. Rien de grave, elle lui expliqua sa panne de montre et lui rendit son pantalon qu'elle avait travaillé durant la première matinée de journée. Il fut bien aise de constater qu'elle avait pris à son compte l'idée d'agrandir les poches de devant et lui donna un pourboire des plus conséquents qu'Amy apprécia grandement. Elle n'était jamais contre un peu d'argent de poche, ses parents ne la payant pas vraiment pour son travail à la boutique familiale. Après  tout, c'était une aide tout ce qu'il y avait de plus normale et elle vivait encore à leurs crochets. Calmement, elle s'était replacée derrière le comptoir et attendit. Mais jamais il ne revint lui apporter la montre qu'il aurait du réparer dans l'après-midi. Son inquiétude ne fit que grandir avec les jours. Peut-être avait-il reçu plus de travail que prévu ? Elle ne pouvait cependant s'empêcher de penser que si elle avait maintenu sa prise sur la montre, il serait revenu aussi sec. Mais il y avait aussi un risque pour que son « cadeau » le fasse se sentir exempt d'avoir à rendre l'originale. Tout était possible, et elle croyait avoir agi pour le mieux dans ses moindres possibilités.

A cette seconde où le temps tournait au ralenti, Amy disait au revoir à son fiancé qui était venu lui demander un petit service pour une chemise qui avait récemment lâché ses coutures. Oh bien sûr, il ne venait jamais sans payer en avance pour prouver sa bonne volonté. Cela faisait bien rire la demoiselle qui l'assurait avec un tendre sourire qu'elle aurait pu le lui faire gratuitement. Elle ne rajouta pas qu'elle aurait voulu en faire bien d'avantage pour ne plus avoir honte en sortant en ville à son bras mais elle préférait ne pas le rendre de mauvaises humeurs. Il faisait partit de ce genre d'homme honnête qu'il valait mieux ne pas énerver. Alors qu'elle regardait sa carcasse décharnée repartir dans la rue, Amy soupira doucement. Car le revoir lui rappelait toujours la seconde où son regard avait croisé le visage de l'horloger. Sa conviction fut si faible qu'elle avait été ébranlé de partout. Pourtant elle savait que si c'était à refaire, elle le referait, s'il passait cette porte, elle oublierait à nouveau l'homme à qui était lié sa bague. Avec joie même. Elle chantonna pour tenter d'éloigner ses mauvaises pensées, s'asseyant devant son comptoir pour recoudre la fameuse chemise.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Sam 8 Oct - 23:01



Sortie d'un Soir.

« SAMEDI SOIR SUR LA TERRE. »

Lambeth, 1878.

Après ce rendez-vous improvisé au parc, Felix s’était réfugié dans son atelier et l’avait même fermé pour la journée. Il avait bien entendu pris le temps de réparer la montre que lui avait confié la jeune femme. Cela ne lui avait pris qu’une dizaine de minutes à tout casser mais il avait été incapable de faire autre chose de sa journée. Le lendemain ne fut guère plus productif. Il avait bien quelques clients mais sans plus. Il ne parvenait pas à travailler sur ses prototypes. Il fixait sa porte, s’ennuyant à mourir. Pourquoi n’était-il donc pas ramener la montre réparée à Miss Carter ? Parce qu’il avait eu peur. Il était mort de peur rien qu’en s’imaginant aller dans son échoppe. De plus, comme un idiot, il ne savait même pas où cela se trouvait. Il avait oublié de lui demander… Il allait devoir demander à des inconnus s’ils savaient où se trouvait la cachette de sa cliente. Cela le préoccupa tellement qu’il commença à mal dormir la nuit, dessinant le début de ses cernes légendaires. Quoiqu’il en soit, au bout de plusieurs jours de lâcheté, il se décida à aller rendre la montre à celle qui lui volait son sommeil, son temps, sa concentration.

Il ne mit pas longtemps à obtenir une adresse pour la boutique des Carter. À encore les informations, l’endroit était tenu par Erwan et Angélique Carter, sûrement ses parents. Le soir même de cette découverte, il se rendit dans le quartier de Lambeth avant de se rendre à l’adresse qu’il avait griffonnée maladroitement sur un bout de papier. Mais il n’allait pas se contenter de rendre que la montre. Il fallait qu’il se fasse pardonner de ne pas avoir donné signe de vie pendant près d’une semaine. Un fleuriste attira son regard et Felix resta quelques minutes, songeur, devant lui. Les fleurs en exposition semblaient être bien entretenues et de bonne qualité. Il avait déjà vu des couples s’offrir des bouquets dans l’optique de se courtiser mais il n’en avait jamais trop bien compris le sens jusqu’à aujourd’hui. Si cela pouvait sourire Amy, alors il devait essayer. Il entra avec prudence, étant peu à rentrer des bâtisses sortant de son atelier. Il demanda un beau bouquet de roses rouges et ressortit avec, reprenant sa route vers l’échoppe d’Amy. Et au bout de quelques minutes, il la trouva enfin. La porte semblait être si loin et pourtant, avait des couleurs de paradis, d’un but final à atteindre.

Sa joie redescendit soudainement quand, depuis sa ruelle, il aperçut une silhouette squelettique familière sortir du repaire Carter. Felix n’eut aucun doute sur son identité. Harry. Une foule de questions auraient pu se bousculer dans sa tête mais rien ne vint pour l’instant. Des questions comme « que fait-il là ? », « la connaissait-il ? », « l’avait-il oublié, lui ? », etc. Mais non, rien de tout cela ne vint. Ce fut quelque chose de plus sourd, de plus sombre. La seule chose qui traversa son esprit fut qu’il ne laissera pas Harry s’approcher d’elle. Alors oui Harry était peut-être la personne qui se montrait la plus intime avec lui. Mais ce n’était pas réciproque. Felix en était maintenant convaincu tandis qu’il regardait Harry s’éloigner avec un air sombre. Ce qu’Amy lui avait fait ressentir n’était en rien comparable au vétérinaire, c’était un fait que même l’horloger ne pouvait nier. Et il ferait tout pour avoir l’attention de la couturière. Il serra doucement son poing sur les tiges des roses, sans les abîmer pour autant, espérant bien qu’Harry arrête de venir la fréquenter. Il le chasserait s’il le fallait. Il défendrait son territoire tel un des chiens de son « amant ».

Il serra les dents et quand la voie fut libre, il se dirigea vers la boutique. Il se retourna une dernière fois, vérifiant bien qu’Harry ne reviendrait pas sur ses pas, et ouvrit la porte. Il franchit alors le seuil et il sentit la jalousie l’abandonner pour refaire place à sa timidité, son angoisse. Une douce mélodie parvint alors à ses oreilles. Sa voix. La voix de Miss Carter, en train de chantonner. Ses aiguilles et engrenages avaient un son si grossier par rapport à ce timbre de voix. Même le carillon de Big Ben (bien que jamais à l’heure précise) faisait pâle figure par rapport à cette perfection auditive. Il n’avait pas entendu de petite clochette alors il s’avança timidement, tenant fébrilement son bouquet à la main, n’ayant absolument pas réfléchi à ce qu’il devait faire à présent. Lui dire bonjour ? Lui donner sa montre ? Le bouquet ? Ne rien faire ? Il essaya de se calmer légèrement mais il ne parvenait pas à décrocher son regard d’elle. Qu’allait-il faire quand elle allait se rendre compte de sa présence. Il resta silencieux quelques instants cependant, la regardant coudre avec attention, comme s’il voulait apprendre lui-même. Finalement, d’un ton doux, très doux, de sa voix maintenant grave, chaude et sans imperfection de timbre, il dit :

- B… Bonjour Miss Carter.

Heureusement qu’ils étaient seuls. Heureusement qu’ils étaient seuls.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Mar 11 Oct - 10:57



Sortie d'un Soir
« Un jour, Mon Prince viendra... »

Lambeth, 1878.

Un fil, une aiguille, rien n'est nécessaire de plus pour coudre avec lenteur et application les mailles décousues de la chemise blanche. Amy n'avait aucun autre travail sur les bras, aussi prit-elle son temps pour être certaine que son travail soit bien fait. Ses mains ne ressentaient pas la fatigue des maints mouvements bien trop de fois refait, c'était comme une seconde nature pour elle. Calmement, la jeune demoiselle ne s'attendait pas au moindre nouveau client aujourd'hui. C'est alors qu'elle entendit la porte s'ouvrir. Mais concentré sur sa chemise, elle se retint de pousser un soupir. Qu'elle aurait bien voulu être tranquille, au moins pour quelques minutes de plus. Elle essayait désespérément de se changer les idées de cette homme beau comme un dieu, en songeant à son fiancé, dont elle appréciait au moins l'intimité. Mais comment pouvait-elle se changer les idées : cette blanche peau qu'elle n'arrivait pas même à égaliser, ces yeux si clairs que les siens n'arrivaient aucunement à supplanter. Sa petite expression perdue, cette bouche splendide dont elle rêvait presque toutes les nuits. Cela la travaillait d'autant plus qu'il lui manquait depuis plusieurs jours, et ce même après lui avoir demander de venir rendre la montre. Elle se souvint qu'elle avait oublié de lui donner son adresse...comment avait-elle pu être aussi stupide. Mais cette voix qui la réveilla au plus profond d'elle fit raisonner son corps plus intensément que la plus réfléchie des reflexions. Cette voix coulait dans ses oreilles, la caressait. La couturière n'eut nulle besoin de lever la tête pour savoir qui venait d'entrer, et c'était comme un rêve qui se réaliser.

- Bonjour...Monsieur Adler.

Seulement après cette parole, son menton se leva pour faire face à son interlocuteur. Un large sourire prit le dessus sur sa concentration et ses pieds touchèrent le sol pour aller poser la chemise sur le comptoir. Elle n'avait aucun remord, c'était incroyablement triste à dire. La fraicheur de la soirée qui commençait n'était plus qu'un mauvais souvenir. La chaleur de leurs deux corps soudainement unis sous le même toit rendait un feu absolument inutile. Ils étaient le feu. Très docilement, son regard se porta jusqu'au bouquet de fleur et son sang ne fit qu'un tour quand la possibilité qu'il ne fut point pour elle la traversa. Essayant au plus vite d'éloigner cette idée, elle s'approcha de lui -jusqu'à ce que leurs corps ne soient séparé que d'un simple mètre. Ils avaient déjà était plus proche que cela, pour l'espace d'une seconde. Mais cette fois-ci, c'était différent. C'était la deuxième fois, la consécration d'un premier essai. Elle avait fait le premier pas, il faisait le second. Il signait le contrat et en montrait tous les signes de l'acceptation. Peut-être l'esprit de la jeune Miss Carter s'envolait aussi un peu trop, elle qui ne cherchait soi-disant pas le Prince Charmant. Voilà qu'elle s'abandonnait aux bras et à l'esprit d'un bel homme au physique presque irréel mais dont elle ne connaissait rien. Il semblerait que la jeune demoiselle se connaisse elle-même bien mal. Très lentement, ses deux mains se refermèrent l'une dans l'autre et se portèrent à sa poitrine comme une prière. D'une petite voix, un murmure traversa sa bouche.

- Est-ce....est-ce qu'elles sont pour moi...? J'ai cru ne jamais vous revoir...j'ai crains de n'avoir que trop outrepassé votre patience, la dernière fois...Je me suis faite plus proche que les convenances ne l’exigeaient et je vous en demande pardon si jamais cela vous avait...choqué.

Pas un mot de ses lèvres concernant son excuse n'était vrai. Certes, elle avait craint. Certes, les convenances n'avaient été qu'une fausse idée dans son esprit. Mais à cette seconde précise, toutes ses peurs s'étaient envolé pour ne laisser place qu'à un immense bonheur.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Mar 11 Oct - 16:20



Sortie d'un Soir.

« SAMEDI SOIR SUR LA TERRE. »

Lambeth, 1878.

Il ne fallut pas longtemps pour qu’Amy lui réponde. Sans même le regarder. Elle avait retenu le son de sa voix, malgré le fait qu’il parlait vraiment peu. Et il le prit plutôt comme un compliment, traduit par un sourire timide et contrôlé néanmoins. Mais quand leurs regards se croisèrent, il se rendit compte à quel point il avait été stupide d’avoir attendu si longtemps pour revenir vers elle. Mais les fleurs n’étaient pas là non plus. Comme un message implicite pour lui dire qu’effectivement, il était dans le tort. Il ne dit rien, restant planté au milieu de l’échoppe, les roses dans une main, la deuxième dans la poche où il serait fort la montre de la dame qui venait doucement vers lui. Tout semblait lent, ralenti. Felix avait connaître et calculer le temps sur le bout des doigts, il n’était pas insensible aux perceptions différentes selon le contexte. Le temps long quand il s’ennuyait, les minutes qui défilent quand il était occupé et les secondes qui s’arrêtaient en présence de Miss Carter. Juste comme à cet instant précis. Un moment parfait, une solitude parfaite avec une personne parfaite. Oui, il faisait bien des raccourcis, il ne la connaissait à peine, même si c’était elle qui avait clairement le plus parler mais…

Il lui sourit un peu plus franchement quand elle lui adressa la parole à nouveau. Felix fixait son regard si bleu avec tendresse, ne parvenant pas à le lâcher. Elle s’excusa alors de la proximité qu’elle avait eue avec lui lors de leur petit tête à tête sous le saule. À vrai dire, l’horloger ne savait pas tellement ce qui devait être de la proximité ou pas. Ce qui était conventionnel ou non. Il avait toujours preuve de distance, trouvant que la société en faisait beaucoup preuve mais n’a compris récemment que c’était plus de la retenue, de la bienséance que de la distance, ce qui lui valut quelques regards étonnés. Il n’allait donc sûrement pas lui en vouloir n’étant pas lui-même un modèle de sociabilité, bien au contraire. Il lui sourit alors plus franchement et acquiesça positivement à sa question sur les fleurs avant de les lui tendre, les joues rosies légèrement. Il baissa timidement le regard à ses pieds et ne dit rien de plus, essayant de calmer la nervosité qui montait doucement en lui. Il devait rester serein et ne pas paniquer comme la dernière fois où il avait été si ridicule. Elle devait d’ailleurs le trouver le ridicule. Il inspira profondément et prit alors son courage à deux mains pour essayer de lui adresser la parole sans bégayer. Parce qu’elle allait vraiment finir par le prendre pour un bègue sinon.

- Ne vous en faites pas, vous ne m’avez nullement choqué… Il m’en faut plus.

Il lui sourit doucement, presque avec charme, essayant d'être courtois ou essayant quelque chose tout simplement, avant de se rendre compte de sa bourde monumentale et rougit brusquement. Rares étaient les fois où des couleurs apparaissaient sur son visage et cela paraissait difficilement inaperçu. Cependant, ce n’était pas sa préoccupation première et le voilà bon pour paniquer à nouveau, sa bouche s’ouvrant comme chercher de l’air.

- Je… Enfin… Ce n’est pas ce que je voulais dire…

Il inspira profondément avant de pousser un profond soupir exaspéré tout en baissant la tête. Il finit par relever sa tête au bout de quelques secondes et regarda la couturière avec un sourire amusé et désolé.

- Vous savez, parfois, je suis fatigué de moi-même.

Il eut un léger rire, chose tout aussi rare que des couleurs sur ses joues avant de sortir la montre réparée de toute part, remise vraiment à neuf, marchant à la perfection.

- Je tenais à m’excuser de l’avoir gardée si longtemps. Mais je l’ai réparée et corrigé les petits défauts présents dans les mécanismes.

Il lui tendit avec un sourire timide et fier en même temps. Il regarda l’objet tout en poursuivant :

- Je suis vraiment confus de ne pas être revenu plus tôt… C’est entièrement de ma faute. J’ai… J’aimerais me faire pardonner et à mes yeux, les fleurs ne suffisent absolument pas. D’ailleurs, j’espère qu’elles vous plaisent. Je les ai prises un peu au hasard mais une sorte d’instinct m'a dit que c’était peut-être celles qui pourraient vous plaire le plus. J’espère juste ne pas trop me tromper.

Il lui sourit plus franchement. C’était la première fois qu’il lui parlait autant sans interruption, sans nervosité. Il se sentait un peu mieux avec elle, il devait juste savoir se lâcher et ne pas stresser pour un rien. Elle n’allait pas le manger. En tout cas elle n’avait pas l’air d’en avoir l’intention.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Mer 12 Oct - 15:14



Sortie d'un Soir
« Un jour, Mon Prince viendra... »

Lambeth, 1878.

La simple vision de cet homme à l'intérieur de chez elle -ou tout du moins considérait-elle cette boutique comme sa propre maison, à force- la rendait si extatique. Il lui semblait que jamais elle ne le lasserait de plonger son regard dans cette incroyable océan d'ambre gris. Si seulement sa main pouvait lentement descendre le long de sa joue, cette joue si douce dont elle n'avait profité qu'une simple seconde. Mais lorsque sa voix retentit à nouveau, cette voix grave qui l'emportait dans un tout nouveau sens du mot perfection, ses joues ne purent s'empêcher de devenir rouge. Alors comme cela, il lui en fallait bien plus qu'un simple petit bisou sur la joue pour être choqué. Ce n'était pas tout le monde qui avait cet ouverture d'esprit à notre époque. Rapidement, la couturière devint aussi rouge que sa robe -avec cet petit sourire coquin en coin qui prend lorsque l'on essaie de ne pas rire de quelque chose d'évident. Mais lorsqu'il montra à son tour de la gêne, Amy ne put se retenir de glousser comme une petite poule. Il était si adorablement mignon. Récupérer sa montre la remplit également de joie, même si ce ne fut rien comparé à ses retrouvailles avec l'holorger. Elle la remit dans sa poche, à sa place. Vous ne croyiez tout de même pas qu'elle l'aurait remis dans son corset, petit coquin. Toute heureuse alors, elle prit à son tour le bouquet dans sa main, respirant à plein nez les odeurs merveilleuses de ces roses rouges.

- Comment avez-vous su que c'était mes préférées ?! Vous êtes...vraiment incroyable. Vous n'avez pas besoin de vous faire pardonner, votre simple présence me remplit de joie.

Le nez encore dans les fleurs, comme droguée par la senteure, Amy s'en retourna pour trouver le premier vase qui pouvait lui tomber sous les yeux. Il y avait encore des fleurs que sa mère avait installé là pour apporter un peu de couleur à l'harmonie vestimentaire de la pièce -mais qui n'était pas très importante. Elle en retira donc le bouquet qui, de toute façon, commençait déjà à fâner depuis quelques jour et mit le cadeau de l'homme parfait. Les respirant une dernière fois, elle tentait de ne pas penser à la chemise qui traînait juste à côté. Faisant volte-face vers Felix, elle se rapprocha de lui et sourit.

- Je suis vraiment heureux que vous soyez revenu. Est-ce que vous avez besoin de quelque chose ? Cette chemise peut attendre, c'est juste un service.

Une fois qu'elle fut retournée aussi proche de lui que la descense le limité, lui souriant de milles éclats d'amour dans son regard, Amy voulait agir, faire quelque chose. Mais la seule chose qu'elle se sentit prête à faire fut de lui tapoter doucement le coude et de lui montrer l'arrière boutique de la main. Cet endroit au bazar impossible. Mais ce n'était pas grave, personne ne lui avait jamais rien dit, tout le monde appréciait son bordel qui dénotait d'une personnalité créative.

- Je dois même avoir des vêtements déjà prêt qu'il suffirait juste de remettre à la bonne taille.  A moins...à moins que vous n'ayez déjà tout ce qu'il vous faut...nous pourrions...enfin j'veux dire c'est bientôt l'heure de la fermeture alors...si jamais..vous vouliez dîner...

Elle avait curieusement du mal à terminer sa phrase, trop peu concentré qu'elle était par la beauté de son interlocuteur mystérieux. Dieu merci qu'elle n'avait aucun rendez-vous ce soir avec son fiancé, sinon elle aurait du manqué une pareille occasion qui ne se représenterait peut-être jamais...au vu du temps qu'il avait mis pour revenir.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Mer 12 Oct - 22:00



Sortie d'un Soir.

« SAMEDI SOIR SUR LA TERRE. »

Lambeth, 1878.

La joie que manifesta Miss Carter en voyant les roses le rendit absolument heureux, lui dessinant un large sourire comme il n’en avait peut-être jamais eu. On lui avait souvent fait la remarque qu’il était beaucoup trop impassible, ne montrait pas grand-chose, lui donnant parfois un air hautain. Mais la jeune femme en face de lui le rendait tout autre. Beaucoup d’hommes diront que c’est sa beauté qui lui faisait tourner la tête mais Felix voyait au-delà. Comme il avait deviné pour les fleurs. Une sorte d’instinct enterré qui guider ses pas, ses choix. Et ce même instinct qui lui donnait envie de revoir Miss Carter, de la connaître davantage, de passer plus de temps avec elle, qui sait. Il repensa à Harry et eut une pensée triste en comparant ce qu’il ressentait pour la couturière par rapport à l’apprenti vétérinaire. Même si cela faisait un moment qu’ils étaient « ensemble » comme le disait si bien Harry, il pourrait l’abandonner sans hésiter pour partir avec Miss Carter. Elle reprit à la parole, Felix n’ayant répondu à sa question sur les fleurs que par un vague sourire. Elle lui proposa ses services, lui disant que la chemise posée sur le comptoir pouvait attendre.

Les sourcils de Felix se froncèrent doucement en reconnaissant ladite chemise. Il la connaissait, il la reconnaissait sans problème. Qui d’autre qu’Harry pouvait porter quelque chose comme cela ? Non mais que c’était hideux, mais c’était… excentrique. À son image d’ailleurs. Mais cela ne fit que confirmer la crainte naissante dans son ventre en ayant vu l’apprenti vétérinaire sortir. Une crainte alimentée par une forte jalousie et une compétitivité certaine. Il retint son souffle cependant, surpris, quand Amy s’approcha franchement de lui. Il n’était pas loin d’elle, il pouvait sentir son souffle. Instinctivement, son regard fut attiré par ses lèvres et une douce et romantique envie lui vint mais elle reprit la parole, le tirant de ses rêveries. Une nouvelle fois, elle lui proposa ses services, chose dont Felix ne voyait pas encore l’utilité même s’il devait avouer qu’il ressentait un profond inconfort à un certain endroit. Mais ce n’était guère quelque chose qu’on demandait. Encore moins à un Lady dans le domaine de Miss Carter. Il lui sourit encore une fois, suite à cette proposition à dîner. Il fit un gros effort pour se retenir de ne pas parler de la chemise et d’Harry mais plus le temps passait, plus cela devenait difficile.

Il lui sourit alors avec tendresse, presque avec charme et amour, notions que le jeune horloger avait encore du mal à saisir. Mais il sentait qu’en la présence d’Amy, il pourrait presque devenir quelqu’un de « normal », de social. Miss Carter avait une sorte de pouvoir qui agissait sur lui. Quelque chose qui le faisait devenir une toute autre personne. Une personne qui n’avait plus que ses horloges en tête. Une personne pour qui un autre être humain n’était pas secondaire. La couturière était en effet devenue prioritaire. Il vendrait son atelier en échange de quelques heures en plus avec elle. Alors il leva légèrement la tête avec un sourire fier, un certain courage dans son regard, se battant contre lui-même pour ne pas fuir ni bégayer. Ce qu’il ne ferait pas. Ce qu’il ne devait pas faire. Alors il présenta son bras. Il le lui offrit. Tel un gentleman avec sa promise ou son épouse, qui sait. Peut-être que secrètement, c’était ce dont il rêvait. Mais il n’avait pas mettre un nom ni une image dessus. Il savait juste qu’il avait envie de passer tout le restant de sa vie à ses côtés. Le brave Felix brûlait peut-être des étapes dans sa vision mais l’amour était encore tout nouveau pour lui. Il prit alors la parole d’un ton ferme mais ton, sans tremblement, convaincu.

- Miss Carter, si l’heure de la fermeture approche, vous feriez de moi un homme heureux de m’accorder quelques minutes de votre temps et me laisser vous inviter à dîner.

Le bras toujours présenté il sourit. Son regard se porta une nouvelle fois sur la chemise mais ne dit rien pour l’instant. Pas pour le moment en tout cas. Il ne voulait pas la faire fuir. Ou être déçu, qui sait.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Jeu 13 Oct - 17:40



Sortie d'un Soir
« Un jour, Mon Prince viendra... »

Lambeth, 1878.

Il y avait différentes manières de référer à la situation. Si vous écoutiez n'importe qui, il vous dirait que ce n'est qu'une couturière, vendant un service à un client qu'elle invitait à prendre place dans l'arrière boutique pour plus de commodités quant à la prise des mesures -tout le monde ne souhaite pas se faire mesurer le bas en public. D'aucun ne diront qu'une forte ambiguité liait cette scène toute classique. Monsieur Felix Adler n'aurait pas été le premier à y entrer. Pas même sous le règne commerciale d'Angélique Carter, dont le prénom collait en toute honnêteté à sa personne. Mais au yeux d'Amy, cette simple proposition lui faisait monter une telle chaleur aux joues qu'elle peinait à ne pas glousser de stupidité amoureuse. Lui montrant vaguement l'entrée de l'arrière-boutique sans pour autant faire un seul pas dans sa direction, elle ne pouvait que le regarder avec un demi-sourire un peu endormi, trop absorbé par la magnificence de ce qu'elle regardait. Les roses rendaient absolument parfaitement dans l'intérieur cosy et chaude de la boutique, et les lumières se reflétaient dans chacun de leurs regards. Regard qu'Amy tenait avec un maintien sans égal, elle ne semblait pas vouloir louper la moindre seconde de ces splendides iris. Quand alors Felix rouvrit sa merveilleuse petite bouche, Amy fut aux anges. Chaque chose qui faisait qu'il lui portait de l'attention la rendait d'un bonheur pareil à une drogue. Le sourire qu'elle lui rendit à ce moment était plus radieux que le soleil et sans aucun mensonge.

- Ce serait un véritable honneur d'être à votre bras, Monsieur Adler.

La petite couturière lui prit donc le bras, très docilement et avec joie. Elle était bien plus heureuse et fière à ce bras qu'elle ne l'était à celui de son fiancé, c'était tristement certain. Ouvrant alors la porte de la boutique de son bras libre, elle sortit après avoir pris un châle rouge sombre d'une beauté qui soulignait sa chevelure d'ébène. Refermant donc la porte derrière elle, malgré que l'heure n'était pas exactement l'heure de fermeture, mais à ce rythme là quel importance. Elle avait à peine eu des clients durant la journée, alors tout était bon pour se changer les idées et fuir cet enfer de naphtaline à la senteur de rose. Ils marchèrent dans la rue, bien qu'Amy n'ait pas réellement l'idée de leur destination. Pas une seule brise n'était à signaler, et le soleil se couchait dans un ciel tâché de quelques nuages crèmes seulement. La description est pauvre, mais l'effet était saisissant. Elle aurait voulu que cette marche dure une éternité, tant elle était fière des regards que l'on posait sur elle. Peut-être y en aurait-il pour dire à son fiancé que sa femme avait été vu au bras d'un autre homme, mais la couturière s'en moquait sur l'instant. Elle s'en moqua davantage quand son ventre lui rappela l'heure tardive et l'obscurité grandissante.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Jeu 13 Oct - 21:38



Sortie d'un Soir.

« SAMEDI SOIR SUR LA TERRE. »

Lambeth, 1878.

Elle accepta sa demande et cela rendit Felix fou de bonheur, bien que cela fût montré que par un simple sourire, ce qui était déjà beaucoup pour lui. Même Harry n’avait sûrement pas eu le droit à tant depuis qu’ils se connaissaient. Et cela l’attristait légèrement. Il ressentait une certaine peine pour le vétérinaire. Il ne voulait pas lui faire de mal, ni le blesser, bien que ce qu’il ressentait pour lui n’était pas quelque chose d’aussi fort comme avec Miss Carter. Il avait une tendre affection pour lui mais rien de plus. Suffisamment en revanche, pour le faire cogiter avec quelques remords et regrets. Peut-être devrait-il lui en parler. Cela faisait plusieurs jours qu’Harry n’était pas venu le voir –car cela allait de soi que ce n’était jamais Felix qui se déplaçait- et cela commençait à l’inquiéter. Le fait de l’avoir vu chez Miss Carter, que sa chemise y soit. Il avait un mauvais pressentiment. Elle posa alors sa main sur son bras et cette chaleur était telle une caresse. Jamais il n’avait trouvé un contact physique si agréable, lui qui refusait pourtant de se laisser toucher. Mais un autre détail attira ses yeux gris. C’était la bague au doigt de Miss Carter. Une bague de fiançailles.

Il sentit quelque chose s’effondrer en lui, peut-être même que ses épaules s’affaissèrent sous la révélation. Il y avait un autre homme dans sa vie. Était-ce Harry ? Non, cela ne pouvait pas. Elle ne lui en avait jamais parlé de toute façon. Il en conclut donc qu’elle lui avait menti tout simplement et qu’il n’avait pas encore remarqué ce détail, aveuglé par cette femme qu’il était. Il se maudit intérieurement, se mordit l’intérieur de la lèvre de colère et déception mais ne laissa rien paraître à l’extérieur. Au contraire, il sourit, une détermination nouvelle naissant en lui. Il allait montrer qu’il pouvait être aussi appréciable qu’un autre. Que malgré toutes les excentricités qu’on pouvait lui reprocher, il restait un être vivant comme les autres. Il releva le menton, lui sourit tendrement et l’accompagna dehors. Il attendit qu’elle ait fermé la porte de sa boutique et leva les yeux vers le ciel qui s’assombrissait. Il était 19h16. La question était de savoir quoi faire maintenant. C’était la première fois que Felix avait une femme à son bras et il s’agissait là de ne pas tout faire rater s’il devait avoir une chance. Alors autant réfléchir efficacement.

Il songea alors à un restaurant non loin de son horlogerie. Le petit défaut, c’était qu’il proposait des spécialités françaises, ce qui n’allait sûrement pas dépayser la jeune couturière au léger mais irrésistible accent. Mais pour l’instant, c’était la meilleure solution qu’il avait. Il était en plus spécialisé dans les viandes bovines, chose qui ne conviendrait sûrement pas à une Lady. À vrai, il ignorait pratiquement tout de la gente féminine. Voire même masculine à vrai dire. Les préférences de chacun, le comportement à adopter. Tout ceci lui était étranger car il n’avait jamais vraiment cherché à en comprendre le sens. Mais, cette femme, et il ne cesserait de se le répéter, le faisait devenir un tout autre homme. Un homme qui s’affirmait. Il la guida alors dans les rues de Londres, toujours vivantes à cette heure-là. D’ailleurs, il préférait faire quelques détours mais éviter les rues peu fréquentables. Passer dans les beaux quartiers de Westminster lui semblait plus envisageable que de couper à travers Southwark. Le petit couple finit par passer devant les grilles du portail du parc de la dernière fois. Felix se tourna vers elle et avec un sourire, l’y entraîna. En y repensant, c’était même plus court de traverser par le jardin que faire le tour par la route.

- C’est plus rapide par ici… Et puis nettement plus agréable, je trouve.

Il avait conservé son sourire qui disparut automatiquement quand il crut apercevoir la silhouette d’Harry au loin. Il était presque obligé que Miss Carter ait remarqué ce changement d’expression, lui qui avait conservé la tête basse et un léger sourire durant toute leur marche. Mais Felix ne pouvait pas prendre un risque comme ça. Il devait parler au vétérinaire, certes, mais pas tout de suite et encore moins avec Miss Carter au bras. Fort heureusement, il s’agissait juste de quelqu’un avec une carrure similaire et la jeune couturière put sentir tous les muscles de son bras se détendre doucement. Il devait parler de lui à Amy, maintenant. Sous le saule. Peut-être que c’était un élément qui jouerait en sa faveur. Il l’accompagna donc sous l’arbre de leur pique-nique et sa nervosité légendaire était de nouveau en train de refaire surface. Il s’arrêta et prit sa main baguée dans ses paumes. Il se sentait absolument ridicule et était conscient que ceci pouvait être effroyablement bizarre mais il ne pourrait pas passer le reste de la soirée sans paraître constamment inquiet et il n’avait pas envie de lui pourrir sa soirée. Alors autant le faire maintenant. Il inspira profondément et le regarda droit dans ses magnifiques yeux bleus.

- Miss Carter. Je dois vous poser une question qui peut… vous paraître déplacée et étrange, chose à laquelle vous auriez totalement raison mais… je…

Ses yeux descendirent sur leurs mains liées. Jamais il n’avait tenu quelqu’un comme ça. C’était très entreprenant déjà mais il se sentait comme attiré par ce contact, sentiment très insolite pour lui. Cependant, doucement, il effleura de son pouce la bague sur le doigt de la couturière avant de relever ses yeux inquiets et attristés vers elle.

- Connaissez-vous bien Harry Downcry ?

La question semblait être complètement hors-sujet par rapport à son geste mais pour lui, il y avait une logique. Cette mauvaise impression ne cessait de croitre au fur et à mesure des minutes. L’angoisse le saisissait à l’estomac, lui coupant même tout appétit et même le stress tendit tous les petits muscles de son visage livide, encore plus sous la lumière de Lune. Mais il tenait toujours sa main dans les siennes, presque fermement pour ne pas qu’elle s’enfuit, pour ne pas qu’elle parte, soutenant son regard avec plus de bravoure qu’il n’en avait jamais fait preuve.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Lun 17 Oct - 11:39



Sortie d'un Soir

« Un jour, Mon Prince viendra... »

Lambeth, 1878.

Être au bras de l'horloger était une expérience plus qu'agréable, c'était une toute nouvelle sensation qui berçait son cœur dans une paix certaine. Il était là et elle en était tout simplement fière. L'homme était si adorable dans la moindre de ses expressions et de ses faits et gestes. Comment ne pas tomber pour un être pareil ? Mais Amy ne se posait pas la question, et plus elle passait de secondes à ces côtés et davantage elle oubliait la bague qu'elle portait. Ainsi que tout ce qu'elle reliait. Avec une joie infinie, elle le suivit où il voulait bien l'emporter. Il lui semblait qu'il pourrait la mener jusqu'au bout du monde ainsi, et qu'elle le suivrait tout aussi loin. Marchant fièrement, la tête haute, s'agrippant au bras de son pâle prince, ils marchèrent jusqu'à l'entrée du parc, où Felix voulut prendre un raccourci. La pénombre glissait doucement entre les branches et la lune se levait à l'opposé de l'endroit où le soleil se mourrait dans une marre de sang orangé. Le mélange des couleurs était délicat et apaisait tous les sens. Surtout qu'à l'heure où ils pénétraient le lieu public, presque plus personne n'était présent. Plus aucune foule de badauds avides de leurs quelques secondes de temps libre pour venir sortir leurs enfants comme on sort des chiens faire leurs besoins dans l'herbe. Amy sourit de ce calme merveilleux, qui lui rappelait le jour où ils étaient venus prendre un pique-nique ici.

Mais la couturière se rendit compte assez rapidement qu'il ne la guidait pas jusqu'à une sortie du parc, mais bien sous le fameux saule. Fronçant les sourcils, la belle se laissa pourtant porter d'un sourire jovial. Après tout pourquoi pas, l'eau était encore plus belle au reflet de la lune. Se tenant droite et silencieuse, elle contemplait le visage de son horloger. La lumière spectrale le rendait encore plus irréel, portant sa peau blanche à des aspects bleuâtres et lumineux. La profondeur de son regard gris était transcendante, et l'intensité qu'il s'en dégagea d'un coup tandis qu'il lui saisit les mains avec force. Une force dont il ne devait pas même se rendre compte. Sur l'instant, Amy sentit comme une légère peur. Retirer ses mains de son emprise serait impolie, mais cette soudaine sévérité dans son regard l'impressionnait à un point glaçant. Ce dernier mot était aussi exactement celui que l'on aurait pu employer pour qualifier les mitaines blanchâtres de l'horloger, aux doigts fins. Si l'on pouvait comparer son fiancé à un épouvantail, Felix était un fantôme. Mais celui-ci pouvait parler aussi clairement qu'un être humain, et ce fut ce qu'il fit en posant la question fatidique. Celle auquel Amy ne pouvait que trop s'attendre. Mais pas à cette seconde là. Connaissait-elle bien Harry Downcry. Cette question qui n'en était clairement pas une la terrifia -mais elle ne voulut pas retirer ses mains, bien au contraire, à son tour elle les serra très fort dans tout son ressentiment, baissant la tête avec docilité.

- Je...oh, Mr Adler, je...Harry...je veux dire, Mr Downcry est officiellement mon...mon fiancé, oui...

Dans son cœur, un grand poids s'effondra soudain. Comme si les mots qu'elle se cachait depuis maintenant plusieurs mois sortaient à présent de sa bouche. C'était à cette instant précis qu'elle se rendait également compte de leur inéluctabilité -et du fait que cela lui était innaceptable.

- Mais ! Ne vous méprenez pas ! Je ne me jouais pas de vous...je vous apprécie beaucoup et...beaucoup plus que je n'apprécie mon propre fiancé...ce n'est pas un homme mauvais mais...mais vous le surpassez en tellement de domaines alors que je ne vous connais qu'à peine.

Portant une main arrachée à l'entrave de Felix pour venir sur la bouche rouge d'Amy, elle soupira tout en essayant de reculer d'un pas.

- Je suis navrée, ce que je dis est tellement inconvenable...ce ne sont pas des choses qui se disent...Ne...ne me rejetez pas pour mes paroles...cette bague n'est plus rien pour moi dès que je vous vois...vous m'avez réveillé...je ne veux pas de ce mariage...oh mon dieu, je dis n'impor...

Des larmes doucement se montèrent aux bleus yeux de la demoiselle. Cette insupportable sensation d'être prise au pied du mur comme elle détestait cela. Serrant sa main libre devant sa bouche, prête à la mordre, Amy se sentait totalement perdue. Elle venait d'avouer d'une manière sans équivoque ses soudains sentiments à sa rencontre, et qu'elle était prête à abandonner ses fiancailles pour lui. S'il n'était pas amoureux d'elle, s'il lui en voulait, il pourrait tout dire à Harry. C'était une chose qu'elle voulait éviter à tout prix. Plus terrifiant encore que la violence dont il pourrait faire preuve envers quelqu'un qui lui fait du mal, le plus atroce était la façon dont il semblait s'en punir lui-même. Amy avait toujours eut horreur de cela. Et le subir à ses côtés était encore pire. Plus elle pensait à ce mariage et plus elle ne voyait qu'une cage. La main qui était dans celle de Felix se serra davantage, avide qu'elle était de ne pas le laisser partir, sous aucun prétexte.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini] Lun 17 Oct - 16:32



Sortie d'un Soir.

« SAMEDI SOIR SUR LA TERRE. »

Lambeth, 1878.

La réponse franche d’Amy lui fit tomber comme un lourd poids dans l’estomac, bien qu’il se fût préparé à l’éventualité de cette révélation. Elle était fiancée. Et à Harry qui plus est. Lui qui aimait pourtant dire qu’ils étaient « ensemble ». Mais il fallait croire qu’il préférait avoir des secrets plus gros. Mentir était peut-être plus envisageable sur quelque chose comme ça. Il sentit la pression des doigts d’Amy sur les siens et il la regarda dans les yeux, percevant une nervosité importante dans son regard. Le jeune horloger ne sut pas trop quoi faire pour la faire cesser de paniquer. Après tout, il était vrai que sa question avait été brusque et intrusive mais il devait savoir et il savait donc à présent. Mais étrangement, il ne ressentait aucune colère, aucune déception vis-à-vis d’Amy. C’était plutôt envers Harry qu’étaient dirigés ses reproches. Il lui en toucherait deux mots. Mais il ne devait pas inquiéter celle qui était en train de lui broyer actuellement les doigts. Il essaya de trouver une solution pour ne pas qu’elle parte loin de lui. Même si cette idée ne lui traversait pas encore vraiment l’esprit. Enfin… Disons que pour lui, cela ne sonnait pas comme une manipulation.

De toute façon, Amy chassa les potentielles craintes que Felix pouvait avoir. Elle ne le manipulait pas, malgré le fait qu’elle soit fiancée et tout ce qu’elle disait semblait sincère. Après tout, Felix se demanda ce qu’il possédait pour mériter d’être manipuler. Il n’était pas riche et l’héritage ne serait pas pour lui. Une de ses mains se déroba aux siennes et Felix voulut la récupérer mais renforça plutôt sa prise sur celle restante, l’écoutant parler en la regardant d’un air inquiet. Mais ce qu’elle dit lui donna comme l’impression d’être réchauffé. Selon elle, il comptait plus qu’Harry à ses yeux et il n’en fallut pas plus le convaincre qu’il avait peut-être une chance. Sa jalousie fut satisfaite aussi, laissant à un bonheur sans nom comme il n’en avait jamais ressenti. Il sourit, doucement, avant de remarquer qu’elle était complètement tétanisée par l’angoisse, ce qui pouvait se comprendre. Les larmes qu’il vit rouler sur ses joues lui crevèrent le cœur. Il la regarda tristement, libéra une de ses mains et vint lui essuyer du pouce, telle une caresse. Il ne voulait pas la voir pleurer. Cette femme devait être heureuse et pas autre chose. Seul son sourire devait être gravé à jamais sur ses lèvres.

Il prit alors le poignet de Miss Carter qui cachait sa bouche et le fit descendre de son visage, avec une grande délicatesse. Felix la regarda ensuite quelques secondes dans les yeux avant de se pencher doucement à sa hauteur pour poser ses lèvres sur les siennes. Oh, il savait parfaitement ce que ce geste voulait signifier et il traduisait parfaitement ce qu’il ressentait pour elle. En revanche, il savait pertinemment qu’on n'embrassait pas les gens comme ça. Que c’était mal vu, déplacé voire même abusif et mais il devait lui montrer ce qu’il éprouvait pour elle, surtout si elle devait retourner aux côtés d’Harry. Mais il ne partirait que si elle le lui demandait. Pour lui, qu’il soit le premier à être venu l’embrasser signifiait qu’il était son éternel serviteur, si elle acceptait ses services. L’Amour serait sa récompense. Il ne pouvait plus continuer sans elle. Il renforça sa prise sur la main d’Amy, continuant de l’embrasser tant qu’elle ne l’avait pas repoussé, portant sa deuxième main sur sa joue. Oui, c’était entreprenant pour une situation comme celle-ci, mais Felix devait faire passer son message : il se moquait bien du reste et de ce que les autres pensent tant qu’il était avec cette femme qui ne serait sûrement jamais sienne.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Sortie d'un Soir - Amy / Felix [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: Lambeth :: Petits Commerces-