AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Mar 11 Oct - 14:25



Do I Wanna Know?

« If this feeling flows both ways. »

Lambeth, 1890.

Voilà quelques semaines que Felix s’était cassé le bras. Bien évidemment, il n’avait rien dit à sa femme sur les conditions de sa blessure. Non pas par fierté mal placée, mais pour ne pas l’inquiéter. Il lui avait dit qu’il avait juste mal fixée une horloge au mur et qui avait fini par tomber sur son bras, heurtant son nez au passage. Il ne savait pas si elle avait été dupe ou si David lui avait parlé de l’hématome en forme de main sur son bras valide mais Felix évitait le sujet. Enfin… Comme il le pouvait. Ne pouvant plus travailler, il était tel un électron et présentait des signes de nervosité plus visibles que d’ordinaire, faisant souvent les cents pas dans le vide, cherchant désespérément de quoi occuper ses pauvres mains. Ou du moins sa main qui n’était pas emprisonné dans un plâtre épais. Alors depuis quelques jours, il passait ses journées dans la boutique de son épouse et l’aidait comme il le pouvait. Il devait avouer qu’il ne lui avait pas trop demandé de son avis, mais il était devenu une boule de nerfs et il en était conscient. Alors le bien être de tout le monde le soir, il avait trouvé cette occupation la journée.

Ce jour-là fut calme, comme tous les autres. Felix se mangeait nerveusement les lèvres, n’ayant plus d’ongles à ronger sur sa main droite, ne pouvant accéder à son bras gauche. Il replaçait les robes sur les mannequins et se vouait à ses petits rituels de rangement digne des plus grands maniaques, ce qu’il était d’ailleurs, un maniaque. Il s’était donné comme objectif de tout ranger par taille, couleur et catégories. Il avait déjà fait l’intérieur de la boutique et avait entreprit de faire l’arrière-boutique. Et il s’était passé la main dans les cheveux en voyant le total chaos qui y régnait. L’horloger pouvait reconnaître ce désordre si propre de sa femme mais étrangement, il l’aimait bien. Bien que là, cela avait pris des proportions gargantuesques. Il se demanda alors comme elle faisait pour se retrouver dans tout ce bazar et rien que la question lui donna le tournis. Sa main sur la hanche, il essaya d’examiner la salle comme il pouvait, cherchant un endroit par où commencer. Peut-être devait-il commencer par tout regrouper tout sur le canapé et commença à trier l’homme de la femme pour commencer ? Avant de s’embarquer dans techniques de tri plus avancés. Dans un cas comme celui-là, il valait mieux procéder par étapes.

Il se retourna et jeta un coup d’œil à son épouse qui était sûrement en train de travailler. Il se refuser de faire le moindre bruit pour ne pas la déranger. Il n’était pas là pour la distraire mais pour l’aider. Il devait donc être aussi silencieux qu’un fantôme, n’être qu’une ombre s’occupant dans son dos. Cependant, parfois, elle devait sentir son regard posée sur elle pendant quelques minutes. Non pas qu’il voulait lui mettre la pression, il appréciait juste la regarder, songeant parfois à tout ce qu’ils avaient traversé pour en arriver là. Mais il était fier désormais. Il l’avait toujours été mais il était fier et heureux désormais. Et n’avait plus aucune honte de l’être. Plus rien ne semblait pouvoir leur faire de l’ombre. Alors il oubliait parfois sa promesse de ne faire aucun bruit et repartait à son rangement en chantonnant doucement de bonheur, généralement en rythme avec la musique qui passait depuis le gramophone. Il n’avait pas mis longtemps à les apprendre toutes par cœur, sa façon de chanter avait toujours été un peu machinale et il n’y faisait jamais attention. Mais un petit détail, un peu petit son le faisait soudainement surgir de l’arrière-boutique et le tirait hors de son rangement. Et ce son était le petit son de la cloche quand un client arrivait. Et ce fut précisément le cas à cet instant précis. Felix sortit prudemment de la réserve et se plaça derrière son épouse, tel une sorte de garde du corps mais un garde du corps avec un bras dans le plâtre.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Lun 17 Oct - 12:12



Do I Wanna Know?

« An Old Friend Send Me A Letter »

Lambeth, 1890.

C'était une journée comme les autres à l'atelier de couture d'Amy Adler. Oh, à ceci près que depuis son étrange accident, le mari de la patronne trainait comme une ombre autour d'elle. Cela avait comme le don de rendre les clients suspicieux et très souvent mal à l'aise, mais la demoiselle les rassurait aussitôt comme elle pouvait. Grâce à Dieu, il ne lui faisait pas perdre de clients et se trouvait même des plus utiles comme assistant. Même si la devanture avait toujours été plus ou moins bien rangé, cela n'avait jamais été aussi bien ressenti que maintenant. Tout était classé par couleur, par type de tissu, c'était tout bonnement incroyable. Même Amy qui pensait bien connaître son répertoire de vêtements s'était trouvé bouche-bée durant une précision aussi impeccable. Certains de ces clients un peu maniaques -même si elle en avait peu- devaient se trouvait bien aise d'une telle nouveauté et seront bien tristes de le voir partir après la fin de sa convalescence. Elle pouffa légèrement quand elle le vit passer la porte de l'arrière boutique, car contrairement à la devanture, jamais rien n'y avait été rangé. C'était un territoire sauvage à la faune hostile, surtout si l'on comptait les aiguilles qui pouvaient se dorer le fer quelques parts sous les robes et les chemises. Bien qu'elles aient été davantage sur les robes afin de faire tenir les différents éléments de décorations succintes. L'attention de Felix était adorable, et Amy aimait beaucoup l'avoir à porter de main pour le bisouter dès qu'elle en avait envie -ou surtout le temps.

Même si parfois, la couturière ne pouvait s'empêcher de ressentir le même malaise à ses côtés que ses clients. En effet, même si elle aimait plus que tout avoir son regard sur lui, elle savait que ce n'était pas le bon regard qu'il posait sur elle quand un client venait tout simplement prendre des mesures pour une chemise ou alors venait dans l'arrière boutique pour essayer un pantalon. Cela pouvait terriblement se comprendre, Amy s'en voulait encore. Mais il n'empêchait qu'elle avait la sensation certaine d'avoir une bombe à retardement juste à côté d'elle et que le ressentiment amère derrière cela était certain. Mais passons car à la seconde où elle termina de planter la dernière aiguille sur son mannequin en bois -le tout pour ajuster un voile à la hanche droite d'une robe d'un bleu turquoi très sympathique, car elle avait du reporter toutes ses affaires de couture dans la pièce principale en vue du rangement de l'autre salle- , la cloche tinta l'arrivée d'un client. Pas une seconde ne s'en suivit avant que Felix ne sorte de l'arrière boutique pour se placer derrière Amy comme un brave chien. Pardonnez l'expression, mais cette réaction si parfaitement synchronisée...il fallait dire que son mari n'était pas horloger pour rien. S'il avait pu prédire l'appel à la seconde près, il l'aurait fait. Reconnaissant alors l'homme qui s'avança vers eux, Amy eut un grand sourire. Elle reconnaissait un ancien client intime à ses heures sombres, mais celui-ci était particulier. Ils avaient plus souvent échangé des lettres que des caresses, et même lorsqu'elle coupa les ponts physiques avec tous, ils gardèrent cette habitude de se parler par lettres, s'instruisant de la vie de chacun tout en gardant une belle amitié.

- Barth ! Oups, Mr Collins, je veux dire. (d'un petit rire, elle s'inclina) Que nous l'honneur de votre visite ? Vous avez besoin de quelque chose ?

Elle n'osait pas sortir de derrière le comptoir, sentant parfaitement la présence de Felix dans son dos. Elle aurait pourtant juste voulu lui serrer la main, mais au lieu de cela, elle tendit la sienne au delà du comptoir pour qu'il la saisisse.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne (Maddie), qu'il va épouser en octobre 1891 ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un noble, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 311
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Sam 22 Oct - 14:30


Félix, Amy & Bartholomew
Bartholomew leva les yeux au ciel. Un soupir s'échappa d'entre ses fines lèvres. Son air exaspéré trahissait la concentration qu'il avait eue jusque-là. La petite voix derrière la porte qui venait de le faire sursauter, en frappant contre le bois s'éleva. Son anniversaire ! Comment pouvait-il l'oublier, cela devait faire une semaine si ce n'était plus qu'elle le lui rabâchait sans cesse. Aurora pouvait être fort exaspérant parfois. Mais bon, il était vrai que le jour J.allait arriver vite et que Barth n'avait pas encore été commandé une robe pour sa sœur. Une belle robe, une unique et magnifique robe, faite des mains d'Amy, son Amy. Enfin, un temps, il l'avait considéré comme SA Amy, même si elle ne l'avait jamais vraiment été. Les mots rudes qui sortirent d'entre ses lèvres étaient, c'était plus fort que lui et il savait bien que sa sœur en souffrait, mais c'était ainsi. Il retourna son attention vers sa table de travail où trônaient divers objets en bois pas encore totalement prêt, voir même pas du tout sculpté pour certain. Il avait pour projet un carrousel de bois avec un mécanisme de musique intégré. Mais les choses étaient plus complexes qu'il ne l'aurait voulu. Et même si pour le mécanisme, il avait fait appel à Felix, le mari d'Amy il y a déjà de nombreuses semaines, l restait bloqué sur ce travail face à lui. Le dernier carrousel qu'il avait créé, le premier, il l'avait offert à sa sœur, peu avant qu'elle ne se marie. Et voilà qu'à présent, ce nouvel objectif était comme une sorte de souffrance pour lui. Mais il devait le faire, pour son bien, pour lui et pour cette jeune femme. Cette servante, il voulait lui offrir, elle avait tellement aimé le premier. Il revoit ses yeux briller en le contemplant.

Reposant ses outils alors, il remarqua ses doigts rougis par un liquide. Il s'était coupé dans son sursaut et ne s'en était même pas rendu compte. Il banda son doigt d'un tissu trouvé plus loin avant de se lever et de sortir de sa pièce, celle où personne n'avait le droit d'entrée. Domestique comme la famille. Bon Barth faisait l'exception pour la petite demoiselle muette, mais c'était un secret. Un regard vers sa sœur qui passa de nouveau dans le couloir, son sourire enfantin, il le détestait tout autant qu'il l'aimât. Il soupira avant de partir se changer pour sortir. Il n'allait quand même pas se présenter à Amy vêtue d'une chemise qui n'avait plus rien de sa blancheur originelle et tout aussi poussiéreuse et remplit de scieur de bois que son atelier. Non, Amy était une femme raffinée et sublime, elle méritait qu'il s’inquiète un peu de son allure. Il l'avait toujours fait pour elle.

Il avait même pris le soin de s'arrêter acheter une rose dans les rues en se rendant à sa boutique. Romantique... Barth l'avait toujours été. Elle le méritait, elle était celle qui avait capturé son cœur, la première et l'unique jusqu'ici. Mais Wesley savait pertinemment que tout ce qui s'était passé entre eux ne se passeraient plus jamais. Il n'était pas fou, il l'avait bien assez été comme cela. Et puis à présent, il connaissait son mari. D'ailleurs, celui-ci était-il au courant des aventures passées de sa femme ? Une question à laquelle Bartholomew n'avait pas vraiment envie d'avoir de réponse. Il appréciait Félix, c'était un homme bien et en un sens, il s'en voulait de lui avoir pris sa femme. Ce n'était pas correct, mais il n'avait su résister au battement de son cœur pour cette ténébreuse fleure.

La cloche sonna son entrée et son regard se posa sur l'homme sorti de l'arrière-boutique qui vient alors se poster derrière Amy. Félix, il était donc là et son bras était mal en point à première vue. La voix d'Amy, le sort de ses songes soudains, un peu triste de ne pas avoir Aly pour lui seul. Mais un sourire sincère se dessina sur ses lèvres alors qu'elle ria légèrement.

« Miss Adler, Sir Adler. »

Fit-il alors un geste de la tête suivant ses mots pour les saluer tout deux. Ôtant son chapeau haute forme qu'il avait mis pour l'occasion. Il ne prit même pas la peine de cacher la fleure qu'il tenait dans sa main encore libre.

« Que vous est-il arrivé mon cher ? Rien de grave, je l'espère. »

S'inquiéta dans un premier temps le fabriquant de jouet. Qui portait toujours un tissu rougi à son doigt. Mais son regard se détourna alors vers la belle couturière et son regard bleu brilla d'avantage.

« Oui pardonner-moi, j'aurais besoin de vos doigts de fée. Ma jeune soeur va bientôt fêter son anniversaire et je lui ai promis une surprise. Vous faites les plus belles robes de la ville à ce qu'on m'a dit et je ne peux que le constaté. J'ai pris soin de prendre ses mesures. »

Ses doigts serraient alors la fleure entre ses mains, n'osant pas la présenté à la femme. Mais il se décida tout de même.

« Je me suis permis un arrêt pour vous offrir une fleure. C'est une... Habitude. En signe de courtoisie dans ma famille. »

Bartholomew n'était pas vraiment à son aise, offrir une fleure à une femme sous les yeux de son mari. C'était assez dérangeant. Il inventa n'importe quoi alors pour justifier cela, mais il n'était pas vraiment certain que cela soit concluant. Alors il changea de sujet tout en s'adressant de nouveau à l'homme.

« Pour combien de temps, encore, seriez-vous immobilisé Monsieur ? J'avoue que j'allais vous écrire pour demander votre savoir sur une de mes futures créations, qui demande un mécanisme particulier. Et j'avoue que je ne sais trop comment confectionner le mécanisme de bas. »
1036 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Dim 23 Oct - 9:10



Do I Wanna Know?

« If this feeling flows both ways. »

Lambeth, 1890.

Quand Felix reconnut le visage de l’homme qui venait entrer, il sentit une colère sourde monter en lui. Il inspira profondément, relevant légèrement le menton, comme si l’horloger allait devoir l’affronter. Il n’était sans nul doute qu’Amy avait déjà noté la nervosité glacée de son mari, tapi contre le mur de la boutique, juste à côté de la porte menant à l’arrière-boutique. Mr Collins les salua, désignant Amy par Miss et lui par Sir. Cela partait sans aucun doute d’une bonne intention courtoise mais Felix le prit tout autrement, comme de la provocation même. En effet, le terme adéquat à employer pour Amy était « Mrs Adler ». C’était une femme mariée aux dernières nouvelles. Quant au Sir, il le trouva gonflé de le nommer ainsi, surtout venant d’un noble. Il était évidant que les Adler avaient de bien modestes revenus, sans pour autant être pauvres, mais sans se pouvoir se qualifier de riches non plus. Et personne n’avait vu de Sir habiter à Lambeth. « Mr Adler » aurait donc été parfaitement suffisant. Néanmoins, il garda cette réflexion pour lui, regardant son interlocuteur dans les yeux pour le saluer d’un simple mouvement de tête poli, restant aussi silencieux qu’une tombe.

Mais si Mr Collins s’en était arrêté là, Felix aurait peut-être pu se calmer. Il était venu pour demander les services d’Amy pour sa sœur, l’horloger le laissait dire, ce n’était pas cela qui le dérangeait le plus. Non, c’était la fleur qu’il tenait dans sa main. La fleur qu’il avoua être pour Amy, sa femme. Cet homme tenait vraiment à le faire sortir de ses gonds ? Le faisait-il vraiment exprès ? Personne n’offrait de fleurs par courtoisie à une femme mariée et encore moins sous les yeux de son mari. Felix fit grincer nerveusement ses dents, essayant de rester calme. Si sa haine envers le noble était si importante, c’était peut-être qu’il avait appris que récemment que l’homme en face de lui avait été l’amant de son épouse. Bien évidemment, il en avait parlé à Amy, lui avait signalé qu’il savait mais il n’avait pas fait d’histoire. Mais là, c’était un degré tout autre. Mr Collins ne cherchait que le conflit dans une situation comme celle-ci. Il voulait l’humilier sous les yeux de son épouse ou il ne savait quoi d’autre. Felix était d’un naturel un peu paranoïaque mais il ne fallait surtout pas lui donner des raisons de l’être.

Même Amy l’avait appelé « Barth ». Que de familiarités. Il lança à son épouse un regard qu’elle ne put voir et reporta rapidement ses yeux sur l’intrus. Son épouse avait beau eu se rattraper, le petit rire ne changea rien, bien au contraire. Felix hésita entre l’envie de prendre la fleur et de l’écraser ou de fuir. Mais s’il les laissait tranquilles, il ne pourrait plus les surveiller et ça, il ne se le permettrait pas. Il opta finalement la solution de tranquillité, dans toutes les limites possibles de ce terme. Calme aussi. Disons que Felix était aussi bouillant que glacé mais restait parfaitement immobile et silencieux. Il était convaincu qu’il n’avait pas besoin de parler se faire comprendre de leur ami, Mr Collins. Ce dernier lui adressa la parole et lui demanda pour son bras. Mais l’horloger n’avait aucunement envie de répondre hormis un « suffisamment longtemps pour nous mettre dans des problèmes financiers » qu’il garda bien évidemment pour lui. Il était en colère, certes, mais demeuré éduqué. En revanche, il n’avait toujours pas lâché le noble des yeux, ce qui aurait pu mettre mal à l’aise n’importe qui dans la situation de l’ancien amant de son épouse. Cette dernière lui ferait d’ailleurs sûrement un signe pour l’intimer de se calmer mais avant que ce ne soit le cas, il dit simplement :

- Cela ne vous concerne pas.

Lui qui avait essayé de rester courtois, c’était un échec. Sa colère et son dégoût étaient plus forts sûrement. Il allait se faire remonter les bretelles par Amy mais qu’importe. Il devait faire comprendre que la présence du noble et ses manières d’hypocrites n’étaient pas désirées ici. Ou tout du moins par lui. C’était certes peut-être égoïste mais quand un amant apparaissait dans son champ de vision, il ne pouvait pas s’empêcher de penser à Amy loin de lui, dans les bras d’un autre, pendant les heures les plus sombres de leur couple.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Lun 24 Oct - 13:07



Do I Wanna Know?

« An Old Friend Send Me A Letter »

Lambeth, 1890.

Amy n'eut pas vraiment besoin de finalement tendre la main, car Barth ne s'en saisit pas pour la saluer. A contrario, il s'inclina tout en penchant le chapeau. Cela restait d'une grande classe, ce que la jeune couturière avait toujours admiré chez cet homme. Elle songea par la suite que c'était mieux qu'il ne lui eut pas serré la main, car en effet la présence de son mari derrière elle agissait comme une protection des plus efficaces. Non pas qu'elle s'en plaignait. Mais elle regrettait tellement tout ce qu'elle lui avait fait. Et sa rage justifiée ne faisait que lui rappelait les longues heures d'errances de leur couple, chose qu'Amy aurait voulu le plus possible éviter. Elle n'eut d'ailleurs pas besoin d'en dire plus pour noter l'utilisation du Miss Adler. Il aurait pu paraître insultant par l'utilisation du Miss au lieu de quelque chose de davantage convenant avec son étiquette de femme mariée -au moins ne l'avait-il pas appeler Carter, mais de toute façon, peu de gens se souvenaient de son nom de jeune fille. Mais au lieu de cela, le Miss lui rappelait agréablement qu'elle était encore jeune et belle, appelez cela du narcissisme, mais Amy en était remplie. C'était comme l'utilisation du terme Mademoiselle. Toute souriante alors, elle ne put qu'acquiescer avec joie. La couturière savait que Monsieur Collins était à Londres depuis quelques temps, mais elle n'avait encore jamais osé lui rendre une visite de courtoisie.

C'est alors que de sa main, il lui tendit une splendide rose, l'air extremement gêné et parlant soi-disant de marque de politesse familiale. Amy dut grandement se retenir pour ne pas pouffer à son tour. C'était une situation extrêmement complexe et la nervosité qui grandissait en elle faisait de sa gêne un incontrôlable petit rire. Elle récupéra donc la fleur avec un sourire tout ce qu'il y avait de plus sincère, pour ensuite la poser dans le vase du comptoir, parmi d'autre roses rouges. Amy appréciait le fait qu'il se soit souvenu de sa fleur préférée après tellement d'années. Cela restait agréable.

- Merci beaucoup, pour la rose.

Fit-elle tout simplement, le sourire aux lèvres et les joues roses, tandis qu'il se tournait déjà vers son mari pour prendre des nouvelles de son bras blessé. Il était vrai que le jeune noble avait intérêt à s'intéresser à son cas s'il ne voulait pas avoir des problèmes. Amy fut prise d'un nouveau rire nerveux quand Barth fit la mention de son talent de couturière -dont on lui aurait vanter les mérites. Ce n'était pas sans être cocasse, sachant que Felix savait parfaitement qui avait été intime dans son arrière boutique. Durant ces lourds moments où elle était totalement stupide. Cependant, il est vrai qu'elle n'avait jamais dit à Barth que son mari était au courant, juste qu'ils ne pouvaient plus continuer leurs relations, car tout s'était arrangé et qu'il aurait été immoral de poursuivre. Blesser le cœur de Barth fut certainement la chose la plus dure à faire lors de son retour en France. Ce n'était pas un mauvais bougre, il était juste amoureux. Felix aurait pu le comprendre, non ? Sortant alors une feuille, une plume et un encrier, elle commença à noter le mot « sœur collins » sur l'en-tête. Savoir son prénom ou son potentielle nom d'épouse lui importait pas mal. Tandis que son client se faisait rembarrer par Monsieur Adler son mari, Amy redressa la tête vers lui.

- Très bien, alors donnez-moi ses mesures, taille / hanches / épaules / poitrine...tout ce que vous avez pu faire mesurer alors. Ses couleurs préférés et surtout, est-ce que cela se voudra être une robe passe-partout, ou une de ces robes de soirées affublées de voiles, de dentelles et de petites perles. Quant à Felix, ce n'est rien de grave, merci de demander.

Elle se retourna vers son mari pour  lui offrir un sourire aussi gentil et tendre qu'intimant l'horloger à se calmer. Au moins pour ne pas faire fuir le client. Surtout pas un client qui pouvait aussi bien payer.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne (Maddie), qu'il va épouser en octobre 1891 ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un noble, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 311
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Sam 29 Oct - 13:47


Félix, Amy & Bartholomew
Les mots étaient sortis seuls de sa bouche et il aurait mieux fait qu'ils ne sortent pas. Bartholomew avait perdu ses moyens face à ce couple face à lui. Appelé Amy Miss, quelle idée et lui Sir... Non mais, il avait perdu la tête ou bien. Mais c'était trop tard alors il avait continué comme si de rien n'était et avait cessé de parler. Lui qui habituellement était si silencieux. Lui qui passait pour le noble hautain et froids de la soirée. Il venait de prouver que quand il était mal à l'aise, il ne pouvait se retenir de parler. Ou alors était-ce l'effet Amy ? Peut-être aussi. Cette femme avait toujours agi étrangement sur lui. Il n'avait jamais ressenti ce qu'il ressentait pour elle-même dix ans après. Marié, elle le lui avait dit, mais il était passé outré à l'époque. Pour elle pour ses beaux yeux, son parfum enivrant et ses courbes délicieuses. De belles femmes, il en avait vu plus d'une, mais aucune comme elle, Madame Adler. Il avait fait la connaissance de son mari assez récemment en réalité et c'était un homme bien. Il avouait parfois regretter avoir été un pion entre leurs deux êtres, par le passé. Mais il ne pouvait jamais se résoudre à regretter ses moments passés en la compagnie de la femme face à lui.

Justement face à lui se trouvait Félix Adler, le mari de Amy, sa Amy, sa tendre et douce Amy. Ce qui l'avait si troublé et ce qui le troublait encore d'avantage alors que celui-ci ne cessait de le fixer. Bartholomew s'était fait beau, il avait mis ses plus beaux vêtements pour sortir, sachant qu'il allait voir Amy. Chose qu'il n'avait pas faite depuis un moment. Mais il était là posté derrière elle, tel un chien de garde, veillant. Il avait bien raison en réalité, s'il avait été à sa place, il aurait sans cesse gardé un œil sur sa femme, non pas pour l'empêcher de vivre, mais pour ne jamais perdre un tel bijou du regard. Mais assez divaguer, ce regard noir pose sur lui, la fleur à présent dans les mains de la femme. Il creusait sa propre tombe, il le savait, mais que faire d'autre. Barh n'avait jamais connu pareille situation et il semblait clair à présent que le mari était au courant des agissements passés de sa femme et que Barth en faisait partie. Chose qui ne fut que confirmée par les quelques rudes mots prononcés part Monsieur Adler. Sir Collins hésita un instant à se détourner pour ne plus jamais revenir alors, oublier ce visage qui faisait battre encore aujourd'hui son cœur à la chamade. Il aurait dû le faire depuis fort longtemps déjà, au oui. Il n'avait essayé, mais jamais avec succès. Son visage se baissa penaud, alors que Madame Adler, elle prit la parole.

« Tenez, ma fiancée a tout noté. »

Répondu alors, le jeune lord tendant un bout de papier déjà froissé comme s'il avait un certain temps. Ce qui était en réalité le cas. Il y avait toutes les mesures qu'Aurora lui avait données il y a déjà des mois. Certes, il avait légèrement menti sur l'origine de l'écriture, mais glisser son statut dans sa réponse pourrait peut-être calmer les ardeurs de ce chère Monsieur Adler. Même si ses fiançailles n'étaient que fumées et illusion pour son père au final, il l'était quand même, officiellement. Son visage, c'était relever et ce sourire léger sur son visage refusait de s'en aller alors qu'il évitait le regard de la femme pour ne pas rougir davantage.

« Quant à la robe elle-même. Et bien disons que j'aimerais quelque chose d'un peu extravagant. Pour des bals, mais je ne veux pas une robe banale, j'aimerais que ma sœur au cheveu d'or devienne le soleil des soirées où elle se rendra. Pour les couleurs et les détails, je vous fais confiance madame. »

Bartholomew rebaissa son visage, mais cette fois-ci non pas de honte ou de gêne, Juste il chercha quelque chose dans sa poche qui refusait en réalité de venir. Il sortit un porte-monnaie de cuir brute et à l'odeur agréable alors. L'ouvrant il sortit quelques billets et les tendit à la femme.

« J'ai de quoi payer un avancement et s'il manque quelque chose, vous me direz et je vous donnerais ce qu'il manque. »

Fit alors l'homme son regard se reposant face à lui. Posant des yeux plus assurés vers l'homme toujours derrière la femme. Se disant que de toute façon, le passé était le passé, qu'il ne le regrettait pas, ou pas vraiment et que si Amy avait fini dans ses bras et avait semblé heureuse. C'est qu'elle ne l'était pas avec lui. C'était peut-être cruel de pensée cela, mais n'était-ce pas la pure vérité. Barth avait connu l'amour dans les bras de cette femme, pour la première fois et cela continuait en un certain sens depuis dix ans, au travers de lettres écrire de douces poésies qu'ils s'envoyaient encore il y a peu. Non pas des lettres d'amour, mais d'affection certaine.

« Ma fiancée m'a fait part de son envie de connaitre d'avantage l'homme qui se cache derrière les mécanismes de mes récents objets. Qu'elle trouve encore plus fascinant, grâce à vous. Elle m'a fait part d'une invitation à souper le soir de votre choix. Je pensais vous faire part de l'invitation après ma course, mais puisque vous êtes là. »

Fit alors Bartholomew plus assuré. Certes, Maddie avait une fois exprimé son admiration pour les petites mains de l'horloger. Et avait formulé sa demande un jour de le remercier pour l'apprentissage qu'il avait donné au pauvre Barth. Mais de là a l'invité pour un souper. Disons que le Lord avait pris les devants. Folie, surement. Mais peut-être qu'ainsi Monsieur Adler pourrait constater avec un peu d'effort de la part de Barth que sa chère Amy ne craignait plus rien de lui. Telle une jolie illusion afin de ne plus envenimer les choses.
1064 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Sam 5 Nov - 9:43



Do I Wanna Know?

« If this feeling flows both ways. »

Lambeth, 1890.

Felix regarda Amy prendre la rose avec un œil méfiant. Pourquoi l’avait-elle accepté ? Ce n’était pas comme si son mari était dans son dos. Refuser un présent n’était certes pas quelque chose de courtois mais recevoir des fleurs d’un ancien amant sous les yeux du mari qui savait tout n’était pas des plus délicats non plus. L’horloger ravala sa colère et regarda ailleurs, essayant de ne plus se concentrer sur Mr Collins. Ils discutèrent alors de la robe pour sa jeune sœur et le jeune horloger au bras emplâtré ne leur confia plus aucune attention. Du moins il essaya. Il tentait juste d’arrêter de se concentrer sur cette fleur. D’ordinaire patient, le fait de ne plus pouvoir traficoter ses horloges, ses montres lui donnait une sorte de grande frustration dans les doigts qui se ressentait dans son humeur. Amy avait pu le constater, bien qu’il n’ait jamais été insupportable jusque-là. Il ne fallait juste pas lui tendre la perche. Il les laissa donc discuter tout en le tournant légèrement le dos, regardant passivement l’horloge non loin du comptoir de son épouse. Cette horloge, de sa propre création, et qu’il n’appréciait pourtant pas. On entendait à peine la trotteuse, les engrenages bouger. Cette œuvre était peut-être l’une des plus silencieuses sur le marché mais il ne l’appréciait pas, même si son épouse en était satisfaite.

Il entendit alors Mr Collins s’adresser à lui de nouveau. Il tourna la tête dans sa direction, se demandant bien ce qu’il lui voulait encore. Le noble lui parla de sa fiancée qui avait été impressionnée par les mécanismes complexes présents dans les jouets de Bartholomew sur lesquels l’horloger avait travaillé. Son interlocuteur continua alors et alla même jusqu’à l’inviter à dîner, ce qui eut pour effet de prendre radicalement Felix de court. Celui-ci lança un regard à son épouse tout en restant silencieux, réfléchissant. Son côté légèrement paranoïaque et possessif lui disait que c’était une combine pour essayer de l’éloigner d’Amy mais il conclut rapidement que cela n’avait absolument aucun sens. Peut-être était-il sincère. Il était même réellement sincère. Mais quelque chose le pousser à rester méfiant sans qu’il ne sache dire quoi. Après tout, avait-il réellement envie d’aller dîner chez le gratin de la société londonienne et même nationale ? Se trouvant un petit côté Harry Downcry, il se dit qu’il était bien au milieu des gens de sa classe, sans aller faire tâche avec ses modestes revenus au milieu du luxe et de l’opulence. Rien qu’à voir les vêtements de Mr Collins, on pouvait deviner qu’il ne manquait actuellement de rien. Il planta alors son regard dans les yeux de son interlocuteur, presque un air de défi.

- Je me dois de décliner votre invitation, Sir Collins. Je suis père et époux et ai donc des obligations concernant ma famille.

Continuant de fixer Bartholomew presque dans le but de le mettre mal à l’aise, il se glissa doucement derrière Amy pour passer un bras autour de sa hanche, sans la regarder cependant. Il reprit alors :

- Alors à moins que vous ne vouliez du travail supplémentaire à vos domestiques, dont Miss Crown si je ne m’abuse, et rajouter trois couverts de plus… Mais après tout, faites ce qu’il vous plaira. Nous ne sommes que de loyaux sujets de la Couronne. Nos femmes sont, apparemment, aussi à votre disposition, Milord.

Tenant toujours Amy par la hanche, il inclina légèrement la tête comme geste de soumission mais qui était bien évidemment à prendre comme une provocation. Et il n’avait pu se retenir plus longtemps de faire preuve de sarcasmes. Étrangement, l’horloger avait du mal à percevoir mais, dans ses moments mal-lunés, il était le premier à être sarcastique et avoir du mal à retenir son venin, volontairement ou non. Cette phrase était l’exemple concret : il avait su se retenir depuis que le Lord était entré mais n’avait pu tenir plus longtemps avant de faire une remarque désobligeante. Il eut un léger sourire qu’il devait passer pour courtois mais on pouvait lire tout le mépris qui le muait actuellement dans ses yeux gris.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Couturière/Maquerelle
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Amy est très douée dans son domaine, la couture. ⊹ Ressentais une profonde frustration envers son mari durant les cinq précédentes années, ce qui l'incitait à accepter plus facilement les avances d'autrui. ⊹ A des tendances névrosées et borderline. ⊹ Ne supporte pas/ou difficilement les enfants en bas âge. ⊹ Apprécie la compagnie de l'alcool et du tabac bon marché. ⊹ Est d'une grande immaturité. ⊹ Très facilement morte de jalousie en compagnie d'autres femmes. ⊹ Manque de confiance en elle-même et a souvent besoin qu'on la rassure sur son apparence. ⊹ Passe beaucoup trop de temps devant le miroir à peigner ses très longs cheveux noirs. ⊹ Femme de Felix J. Adler. ⊹ A ouvert récemment un bordel de luxe dans un vieil hôtel rénové de Whitechapel.
Avatar : Eva Green
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 2641
Date d'inscription : 17/09/2016
Âge du Joueur : 22

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Sam 5 Nov - 13:31



Do I Wanna Know?

« An Old Friend Send Me A Letter »

Lambeth, 1890.

L'ambiance était glaçante, pour n'importe qui. Mais pour Amy, cette glace qui se formait lentement sur ses membres lui brûlait au corps. Elle prit le papier avec les mesures et ouvrit son registre pour se rendre compte de tout ce qu'elle possédait comme robe déjà prête à cet effigie. Elle aimait travailler en créant des structures de robe en avance, ne les utilisant que pour les agrémenter de petits effets tel que demander. Coinçant la petite feuille de mesure à l'endroit où elle avait finalement trouver son bonheur, elle écouta docilement les réquisitions de Monsieur Collins. Ce n'était pas bien difficile à comprendre. Il fallait une robe somptueuse et riche pour rendre une femme riche somptueuse. La couleur des cheveux était une donnée importante, de même que la présence de Collins, car au travers lui, elle pouvait se faire une idée de la couleur de peau et d'iris pour ensuite déterminer la meilleure couleur de robe. Elle se disait toujours que n'importe qui ne pouvait porter n'importe quel couleur. Une leçon qu'aurait du apprendre Harry Downcry dès l'enfance, mais il faut croire que manquer d'une mère n'est pas préjudiciable qu'à l'éducation féminine. Jusqu'ici, la situation des trois individus dans cette boutique ne semblait pas si compliquer que cela. Un homme venait passer une commande. Mais c'est alors que Barth se retourna vers Felix, et Amy, qui à cet instant portait un sourire poli, perdit ce dernier aussitôt. L'invitation de la sœur à Felix -juste à Felix- la fit se tendre de partout, rendant son corps roide. La jalousie, qui n'était pas que l'apanage de son mari, se mit à prendre place dans ses veines.

Aussi, il n'était pas nécessaire de dire à quel point Amy fut soulagée quand Felix refusa, prenant son rôle de mari et de père très au sérieux. Le contact de son bras autour de sa hanche la rassura davantage, rendant à son visage mutin un nouveau sourire calme et gentil. Comme quoi, ce n'était pas compliqué de lui faire plaisir. Barth ne semblait pas avoir idée de l'inconvenance des paroles de sa sœur. Demander à connaître son Felix chéri. Elle se sentait rassurée dans ses bras, et même la suite de ses paroles paraissait pleine de bons sens. En effet, il n'accepterait pas son invitation tant que ce ne serait pas la famille entière qui serait invitéee. C'était une décision juste et noble, qu'Amy approuvait entièrement. Cela apprendait à cette stupide petite conne qu'il ne fallait pas s'approcher de son Felix sans en voir les conséquences. Oh, bien sûr, il était possible que la petite n'ait pas eu mauvaise idée en tête. Après tout, la couturière ne savait rien d'elle et si ça se trouve, ce n'était qu'une petite fille ou adolescente ridicule. Mais la jalousie restait bien ancrée dans son cœur, refusant de partir. Serrant les dents dans un sourire radieux, ce dernier baissa de plus en plus lentement alors que son mari parlait, jusqu'à littéralement porter des mots humiliant aux yeux de la jeune femme. Elle n'était pas un objet et jamais Barth ne l'avait vu ainsi, en tout cas osait-elle l'espérait. Dans ses yeux se reflétèrent l'horreur qu'elle éprouvait aux paroles de Felix, tandis qu'elle porta doucement sa main à ses lèvres, montrant à quel point elle était choquée. N'osant pas sortir de l'étreinte de Felix, qu'elle appréciait tout de même, elle regarda Barth avec tellement d'excuses dans le regard.

- Veuillez l'excuser, je vous en prie...je...je serais ravie de venir si votre sœur tient à ce point à inviter mon mari, car il ne partira pas sans moi...

Il était même évident que Felix ne l'aurait pas laissé se dégager, Amy pouvait sentir sa force rien qu'en ce léger contact. Elle soupira juste tristement. Cela faisait cinq années à présent, mais la haine restait tenace en son mari, et elle le comprenait tellement. Mais cela lui faisait de la peine pour le noble qui n'avait jamais eu que de bons sentiments à son égard et qui n'avait jamais voulu connaître ce genre de situation. Tout était de la faute à la demoiselle.

- Mais Felix, Monsieur Collins est aussi un sujet de la Couronne tout comme nous, il n'en ai pas le fils...ni le gendre. Enfin je crois...ce serait bien étrange mais amusant.

Tenta-t-elle de faire avec un peu d'humour, bien qu'avec une voix gênée et désincarnée qui se perdait dans sa propre tentative de relever le niveau de la conversation à autre chose que des gribouillages de récrée.


© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amolitacia.deviantart.com/
avatar

Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne (Maddie), qu'il va épouser en octobre 1891 ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un noble, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 311
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Sam 24 Déc - 12:09


Félix, Amy & Bartholomew
La situation était ahurissante, gênante au possible et extravagante même par certains côtés. Bartholomew Collins, déjà timide, ne savait plus où se mettre, même s'il tentait de faire bonne figure. Il enfonçait le clou à chaque mot prononcé à présent. Il le savait, mais au fond, il s'en fichait. Une bonne raclée, il l'avait surement mérité oui. Mais Felix, l'homme trompé dans cette histoire n'était pas ainsi. Il était par certains côtés plus distingués que Bartholomew lui-même. Qui n'imaginait même pas comment il aurait réagi à sa place. Il aurait surement fait une chasse à l'homme. Et Monsieur Adler ne cessait de prouver ce fait à chaque instant, impassible et droit derrière la belle Amy qui devait être des plus maux à l'aise également. Le regard clair du noble ne cessait de décrypter chaque mouvement de l'homme qui était à présent derrière sa femme, un bras contre ses hanches si désireuses. Mais Barth tenta de faire abstraction de ce défi lancé à ses yeux. Mais les paroles de l'homme n'avaient cessé de l'agacer. Félix et lui se connaissait un minimum et sa réaction était certes compréhensible, mais de là à courber l'échine de cette manière. Barth faisait partie de la haute société, mais il vivait déjà assez mal la situation. Il faisait tout pour tenter de rendre la vie meilleure à ceux qui n'avait pas cette chance. Et Félix avait surement déjà eut vent de cela, par Barth lui-même ou d'autres. Leur travail commun, d'autrefois. Barth avait déjà dû lui faire vent de ses dons aux enfants des rues. Wesley jusque-là penaud avait remonté le menton, agacé de nouveau, mais piqué au vif dans son propre cœur et sans justification ce coup-ci. Un poing se serrant, il manqua de répondre alors qu'Amy le fit. La gêne d'Amy se lisait sur son visage alors ce qui ne faisait qu'agacé d'avantage le Lord qui manqua une remarque. Mais il laissa la femme parler, par politesse.

« Je vous prierais de croire que l'invitation ne vous était pas adressée personnellement monsieur. Évidemment qu'elle concernait votre famille entière. Mes paroles n'étaient pas assez claires, j'en conviens. »

S'agaça Bartholomew alors d'une voix plus forte et assurée. Son dos plus droit et ses mains serrées dans son dos, afin de contenir cette légère colère qui l'avait gagné. Peut-être était-il temps de mettre vraiment les pieds dans le plat avec l'homme. Mais Amy, sa douce et tendre Amy était au milieu, il ne voulait pas la mettre en porte à faux.

« Et votre femme à forte raison, je ne suis qu'un simple serviteur comme vous de la couronne. Bien que je l'avoue, j'ai peut-être eu plus de chances que vous à la naissance. Si vous le pensez. »

Sir Collins alors retourna son attention sur la femme toujours attachée à son mari qui semblait la maintenir avec une certaine force invisible. Ses traits plus adoucis alors un léger sourire même gagnèrent son visage.

« Je comprendrais que vous refusiez l'invitation. Mais je serais ravi de vous présenter ma douce fiancée qui se ravit de connaitre le peu de gens qui font partie de mon entourage. »

Mais il était peut-être temps de mettre un terme à tout cela, à tout ce malaise pour Amy, il se devait de faire cela. Alors il courba l'échine, un merci agréable entre les lèvres un regard plus noir envers l'homme. Il attendit une réponse de l'un ou de l'autre. Il savait que cela n'allait pas être simple pour eux et il s'en voulait pour cela. Il s'excuserait lorsqu'il le pourrait.
633 mots ♦️ Gif by Tumblr, fiche by ©️ Summers


PS :: désoler c'est pas génial, mais j'ai un peu du mal à me remettre au RP, avec Noël en plus etc. Je me rattraperais une prochaine fois promis. Je vous nems coeur


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2725
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini] Dim 25 Déc - 1:20



Do I Wanna Know?

« If this feeling flows both ways. »

Lambeth, 1890.

Felix remarqua tout de suite le soudain relevé de menton de la part de son interlocuteur. L’horloger se contenta de l’observer, n’écoutant que d’une oreille distraite ce que son épouse essayait de dire. Il était certain qu’elle voulait calmer la tension grandissante entre les deux hommes, comme pouvait le montrer ce soudain regain de dignité de la part du noble, mais Felix était empli d’une fierté certaine, qu’il parvenait à mettre de côté dans la plupart des situations, mais jamais face à ce qu’il considérait comme un rival. Car oui, l’heure n’était plus à l’amitié Mr Collins et Mr Adler. Une concurrence évidente s’était installée sans nul doute dans le cœur de l’horloger, une concurrence qu’il fallait à tout prix éradiquer, effacer. Oh, pas de manière agressive ou violente et encore moins létale. C’était certes efficace mais peut-être un peu trop radicale et ce n’était pas dans les principes de Felix. Il en voulait pour énormément de choses à Bartholomew mais il ne jugeait pas son décès comme étant la bonne solution. Il fallait juste lui faire clairement comprendre le fond de sa pensée. Pas besoin de vengeance. L’horloger n’avait d’ailleurs jamais ressenti le besoin de se venger. Ou alors dans de très rares cas.

Mr Collins reprit alors la parole, indiquant que l’invitation à dîner était, en effet, tout d’abord adressée à l’ensemble de la famille Adler mais donna aussi raison à Amy sur le sujet de leur position par rapport à la Couronne. Felix eut une moue boudeuse, nullement convaincu par leurs arguments à chacun. Néanmoins, le noble rajouta un petit commentaire qui sonna très désagréablement dans les oreilles de l’horloger. Quelque chose à propos de la naissance. Comme quoi, Mr Collins aurait eu effectivement plus de chances à la naissance. Bien sûr que Felix interprétait mal ses paroles qui partaient pourtant d’un bon sentiment, mais l’horloger était buté, voire très têtu, et quoique dise son interlocuteur, il le prendrait forcément comme une agression. Et ce fut le cas de ce commentaire. Que Felix prit pour une agression pure et simple sur leurs naissances ainsi qu’une énième démonstration de sa richesse qui était sans nul doute beaucoup plus importante que la modeste famille Adler. Mais l’horloger ne se laissa pas abattre pour autant. Il lâcha son épouse et releva fièrement le menton, le regard hautain et plongé droit dans les yeux azurs de Barth. Il allait dire ce qu’il pensait, pour de bon, peu importe Amy à côté.

- Sachez Mr Collins que, malgré notre modeste patrimoine familial à Amy et moi, j’aurai pu être votre égal si nous devions regarder que le compte en banque. Mais comme vous le dites si bien, je n’ai pas eu autant de chance à la naissance. Vous êtes né au sein d’une riche famille, moi aussi. Néanmoins, vous n’étiez sûrement pas un bâtard et encore moins traité comme tel, je suppose.

Il fit une pause, un sourire mesquin se dessinant sur ses lèvres tandis que son regard le toisait de sa fierté. Felix, d’ordinaire timide, faisait preuve d’un étrange débit, démontrant une rare mais certaine confiance en lui, durant ce combat de coqs. Il reprit alors, se permettant une pique mesquine :

- Enfin peut-être que vous en êtes un. Vous avez tous les critères y répondant après tout.

Son regard se fit plus arrogant encore, son sourire plus cruel. Il voulait montrer au noble qui contrôlait l’autre. Qui faisait pression mentalement sur son rival. Qui dominait. Au fond, et contre toute attente, c’était peut-être en effet Mr Collins, dont Felix se sentait presque obligé de vivre dans son ombre, aspirant presque à être comme lui, plus social, plus riche, plus normal, afin d’être véritablement parfait aux yeux de son épouse. Parfait tel un prince qui semblait avoir trouvé une excellente illustration dans la personne de Bartholomew Collins. Et c’était peut-être ce côté princier parfait qui forçait l’horloger à se comporter comme le dernier des arrogants. Mais qu’importe. La colère et la jalousie de Felix étaient trop importantes pour lui permettre d’être lucide sur la situation et ses sentiments. Il voulait juste arrêter de vivre dans la crainte qu’Amy s’entiche d’un autre homme. Il voulait sûr qu’il n’y avait aucun autre prétendant ou potentiel amant, voire les deux, à l’horizon. C’était certes grotesque. Mais Felix était aveuglé par sa désormais haine envers Mr Collins. Il reprit alors, sur le même ton acerbe :

- Par ailleurs, si nous sommes amenés à rencontrer votre fiancée, serait-ce pertinent de mentionner que l’amante de son promis dîne avec elle ? Que son homme est prêt à faire briser le serment d’une femme envers son mari ? Qu’il est prêt à prendre le risque de faire attirer la disgrâce sur la famille de celle-ci si jamais vos aventures venaient à être découvertes ? Ce qui, je tiens à le rappeler, fut le cas ? Dois-je essayer de vous la voler, comme juste retour des choses ? Mais voyez-vous, je ne le ferai pas. Je serai respectueux envers votre épouse et des vœux qu’elle vous a faits. En revanche, je lui dirai que l’adultère n’a pas l’air de vous freiner. Est-ce vraiment ce que vous attendez ?

Il avait commencé à élever le ton de façon crescendo. Son sourire s’était perdu et son regard s’était durci.

- Mais Sir Collins, chanceux de naissance, rappelons-le, un noble qui n’a sûrement jamais manqué de rien, a préféré penser et agir avec ses attributs masculins plutôt qu’avec sa dignité chevaleresque dont il se vante tant ! Est-ce votre noblesse et bonté d’âme qui vous ont poussé à contribuer à la presque destruction d’un mariage déjà bancal ?

Il se calma légèrement, reprenant son souffle, le fusillant purement et simplement du regard. Il renchérit alors, du dégoût dans la voix :

- Vous me faites vomir. Vous les nobles qui se croient tout permis. Vous êtes sans nul doute le pire, derrière vos bonnes manières et votre côté toujours propre sur soi. J’espère que votre femme vous trompera avec un homme beaucoup moins fortuné que vous, tiens. Cela me ferait beaucoup rire.

Il braqua ses yeux pâles dans ceux de Mr Collins. Il n’y avait aucune agressivité ni violence dans son regard. Seulement une haine glaciale, parsemée d’un mépris évident pour son rival.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Do I Wanna Know? [PV Amy S. Adler & W. Bartholomew Collins] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: Lambeth :: Petits Commerces-