It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4



 

Partagez

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 25
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Icon_minitimeDim 9 Avr - 19:34



It's Hard To Lose A Chosen One.

« But you won't see me fall apart. »

Cirque O'Farrell, Southwark, 1890.

Loban la regarda dans les yeux, souriant doucement, bien que peu rassuré par cette situation. Il ne sentait clairement pas près et ce n’était malheureusement pas la petite caresse de Lydess sur sa joue qui allait arranger quoique ce soit… Dans quel bourbier s’était-il mis encore ? Enfin… Il aimait sa sœur. Toujours comme une sœur, certes, mais voilà, il y avait autre chose. Bien autre chose et du côté de Lydess aussi. Le doute n’était plus permis à présent et se mentir n’allait leur attirer que de la souffrance à tous les deux. Cependant, il voulait bien faire, vraiment bien faire et ne pas brusquer les choses afin d’en profiter un maximum. Il voulait la rendre heureuse, comme tout petit frère dévoué ou comme tout amant éconduit.  Elle s’excusa alors de ne pas savoir qu’il était vierge de toute relation sexuelle et Loban ne put que lui faire une moue en guise d’excuses acceptées. Après tout, il ne lui en avait pas parlé, c’était un peu de sa faute au final. Comment aurait-elle pu deviner ? S’il ne lui parlait pas de lui… Mais il avait encore cette crainte féroce du regard de Lydess, de son jugement, par rapport à lui. Vierge à son âge, ce n’était pas sérieux.

Elle misa plutôt sur son physique et il était vrai qu’il était souvent le premier à être abordé quand il vagabondait dans Whitechapel, mais jamais il n’avait eu le désir d’aller vers l’une d’entre elles. Pourtant, ce n’était pas la curiosité qui manquait, mais ses principes étaient profondément ancrés, peut-être pouvait-on appeler cela un excès de romantisme, qui sait. Mais le fait est qu’il n’avait jamais expérimenté tout cela, hormis tout seul, mais dans sa tête, cela ne comptait pas tellement. Il s’allongea alors à côté d’elle, essayant de se calmer légèrement. Tout allait bien se passer, il s’était confié à elle, lui avait avoué ses doutes et ses peurs, elle ne pouvait plus le juger méchamment. Il se répétait cela pour se rassurer. Puis, elle lui demanda de façon plus franche si ses sentiments pour elle étaient sincères. Loban la regarda dans les yeux en souriant, ayant même un petit rire face à sa petite vanne. Il prit sa main dans la sienne et en caressa le dos, doucement, regroupant ses mots, ignorant s’il devait être franc ou romantique. Finalement, il prit une profonde inspiration, et dit d’un ton clair :

— Oui. Ce soir, j’ai ressenti pour toi des choses que je n’avais jamais ressenties avant… C’est… voilà…  je ne m’y connais pas tellement… Enfin ce n’est pas la première que je…! Mais c’était… tout seul…

Il était plus rouge qu’une des robes d’Amy. Ses joues brûlaient de honte et pourtant, il sentait que ses paroles étaient nécessaires. Il se devait de se confier à sa sœur car elle seule lui avait tout appris et l’avait toujours conseillé avec une justesse sans faille. Il lui sourit de nouveau, toujours aussi écarlate quand elle l’embrassa sur la joue. D’ailleurs, quand elle se fut approchée de lui, il avait d’abord cru qu’elle l’aurait embrassé ailleurs. Cependant, il n’aurait su dire s’il était soulagé ou déçu. Quoiqu’il en soit, elle lui demanda par quoi commencer et il devait avouer qu’il fut pris de court. Il n’y connaissait vraiment rien, à part dans la classique quête du loup solitaire. Il rougit un peu plus, gêné, timide, et finit par dire :

— Oh… Je… Je ne sais pas… Vraiment pas…

Il regarda ailleurs tout en jouant nerveusement avec ses doigts avant de soupirer doucement.

— C’est que je…

Il rit nerveusement et la regarda dans les yeux avant de détourner le regard une nouvelle fois.

— Une nouvelle fois, c’est toi qui m’apprends tout…

Il rit, vraiment pas à l’aise de sa propre gêne avant de prendre sur lui et d’adopter un air sérieux et résolu. Il se tourna vers elle pour lui faire face et l’affronter du regard, n’ayant pas remarqué qu’elle avait commencé à se dévêtir.

— Tu sais quoi ? Je vais être franc, voire cru. Oui tu m’excites. Mais vraiment. Dès que je t’ai vue, j’ai su que c’était toi mais tu étais même plus magnifique encore. J’aime tout chez toi, ton caractère franc et inflexible, autoritaire même, même si je le crains toujours. Mais je l’aime. J’aime ton sourire, ton humour, ton côté aimant et attentionné… Cela n’a pas changé. Mais nous avons grandi. Un nouveau facteur s’est rajouté et… Alors cela peut te paraître bizarre mais je me dois de le dire pour que ce soit clair : je t’aimerais toujours comme ma sœur. Mais en même temps, je suis profondément amoureux de toi.

Il se redressa pour se mettre à genoux sur le lit, remarquant enfin que Lydess avait retiré une bretelle de sa robe. Il souffla de façon sonore de l’air comme pour se calmer devant son envie qui remontait à vue d’œil, bien plus maintenant qu’il était en sous-vêtement. Il reprit alors :

— Alors fais ce que tu veux de moi. Dans mon ignorance, je ne peux te guider et n’arriverai sûrement pas à te satisfaire du premier coup. Ou du moins, autant que tu le voudrais. Mais laisse-moi acquérir de l’expérience. C’est une promesse que je te fais.

Il la regarda dans les yeux, se disant qu’il était sûrement profondément ridicule. Après tout, il n’avait même jamais embrassé de sa vie.
© plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Lydess Hentswig
Lydess Hentswig

Admin
Âge : 29
Emploi : Cartomancienne
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps
Avatar : Georgina Reilly
Messages : 255
Date d'inscription : 25/11/2016

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Icon_minitimeDim 9 Avr - 22:01



It's Hard To Lose A Chosen One.

« But you won't see me fall apart. »

Cirque O'Farrell, Southwark, 1890.

Toutes ses déclarations lui venaient droit au coeur, réchauffant son corps tremblant de froid. Il était si touchant, avec ses petites attentions, avec ses hésitations et son malaise. Même s'il n'avait pas la carrure viril de l'être auquel elle s'était attendue à trouver, il n'en restait pas moins un homme d'une immense tendresse, quelque chose de plutôt rare à trouver en ce moment. Entre ceux qui ne la considéraient que comme une grande soeur et ceux qui n'avaient aucune attention que la faim bestiale, il était difficile de trouver cet équilibre fragile. Si Loban était de ce camp là, alors il serait difficile de ne pas le prendre pour l'homme de sa vie. Au moins, ce dernier aveu du plaisir solitaire la fit rire doucement, ce n'était donc pas non plus un être prude réfractaire. Juste, adolescent. Quand elle lui posa cette indécente question, tandis que son sein se libérait de cette fraîche humdité de pluie, elle écouta les hésitations de Loban, ne sachant effectivement pas quoi lui demander. Donc, pas non plus de lectures érotiques ? C'était en effet ce qu'elle se mit à songer. Mais ce n'était pas si grave que cela. Elle n'avait pas tant l'habitude que ça d'avoir une magnifique et virile petite poupée avec laquelle jouer à son bon plaisir.

- C'est vrai... mais après tout, je suis ta grande-soeur...

Un petit rire coquin sortit d'entre ses lèvres. Il était tellement chou au fond, on aurait dit que jamais elle n'avait quitté le Loban de l'orphelinat, comme si cet être avait traversé le temps pour entrer dans un nouveau corps sans jamais avoir évoluer dans son esprit. C'était à la fois désespérant et pourtant terriblement mignon. Lydess avait toujours adoré jouer les mamans. Alors autant dire qu'elle était totalement servie. Quand il se retourna alors vers elle, la seule chose qu'il lui vint à l'esprit fut de plonger son regard dans celui soudainement déterminé de Loban. Cette force dans l'iris la faisait frissonner de partout, mais ce qui la fit totalement tomber en extase, ce fut cette tirade venant du coeur. Tant de mots d'un romantisme exceptionnel. C'était une déclaration si soudaine, et les mots manquaient à Lydess pour exprimer combien elle en était heureuse. Le fait qu'il puisse à ce point aimer tout ce qui faisait sa personnalité, tout ce que l'on pouvait soit adorer soit détester, le fait qu'elle n'était pas un personnage en demi-teinte et qu'elle avait toujours eu un très fort caractère. Les larmes auraient pu apparaître sur son visage en même temps que son sourire, si elle ne s'était retenu. Il lui disait à cette seconde tout ce qu'elle avait bien pu vouloir entendre dans sa vie, ce discours était ce qu'elle voyait dans ses rêves, quand il y apparaissait tout beau vêtu.

Oh, bien entendu, il était toujours merveilleusement bien vêtu sans ses vêtements. Alors qu'il se mettait sur les genoux, Lydess put faire glisser son regard de manière bien ostentatoire, remarquant du même coup la véracité de ses premières paroles. Pourtant, sa faim dévorante d'il y a plus tôt avait été largement arrosé par les paroles si douces et délicates de son petit frère. Quand il lui dit qu'elle pouvait tout faire d'elle, et qu'alors ce fut une promesse de sa part que de bien apprendre de ses enseignements, Lydess ne sut quoi faire. Posant ses mains sur ses épaules, et souriant de toute sa tendresse, elle murmura.

- Ne bouge pas.

La diseuse de bonne aventure n'en pouvait plus. Se levant du lit, elle s'approcha de la petite malle qui composait ses vêtements les plus sommaires. Quand bien même elle n'avait ni sous-vêtements ni chemise de nuit, elle ne pouvait rester dans cette loque humide. Sans prendre la peine de tirer un quelconque rideau, et tournant à peine le dos à Loban, la petite demoiselle retira sa robe qu'elle laissa tomber à ses pieds. De sa boite, elle retira une chemise, peu courte ni longue, d'une taille odieusement audacieuse mais suffisante pour suggérer plus que pour montrer. Elle n'avait jamais imaginé que cela pourrait officier comme tenue de nuit, mais elle n'avait plus le choix. Se retournant vers Loban, la chemise à moitié ouverte sur sa poitrine, elle se remit à la place qu'elle avait occupé devant lui. A genoux à son tour donc, elle prit ses joues entre ses mains et continua sur son doux murmure.

- Cette stupide robe était trempée par la pluie...ce n'est pas confortable si je veux te câliner.

S'approchant de plus en plus, avec doucement, Lydess finit par déposer un tendre baiser, le plus merveilleusement sobre qu'elle avait jamais pu confier de sa vie. Un baiser long et amoureux, quand bien même leur retrouvaille avait été si tumultueuse et compliqué. C'était le fameux coup de foudre dont on parle tant, cette évidence soudaine qui crevait toutes les bulles et que l'on ne pouvait éviter sous peine de souffrir. Quand elle eut finit le baiser, elle se permit de faire une douce petite léchouille sur les lèvres de Loban, gloussant doucement. Ses mains remontèrent dans les cheveux de Loban qu'elles chatouillèrent pour les rendre un peu moins humide. La nuit avançait de plus en plus et ce n'était pas les bougies qui allaient correctement les sécher. Posant une main sur le torse de Loban, elle le fit doucement glisser pour qu'il s'allonge sous les draps. Ainsi, elle pouvait de son autre main les couvrir tous les deux de ces tissus. Tendresse, Lydess se mit par la suite à câliner comme prévu son petit-frère.

- Je suis tellement heureuse de ce que tu m'as dit... Je faisais souvent des rêves où tu me retrouvais et où tu me disais ça... Comme un véritable prince charmant. Ensuite je t'engueulais en te disant que je t'aimais plus que tout au monde mais que tu aurais pu venir plus tôt parce que la perruche du voisin avait pondu des oeufs de serpent et que tout était de ta faute. Un jour, j'apprendrais à lire les rêves comme je lis les cartes.

Lentement, elle fit de petits bisous dans le cou à Loban, faisant courir sa main sur les pectoraux musclés de son petit frère, descendant de plus en plus jusqu'à sa taille délicatement taillée.

© plumyts 2016


☾ Sassy Big Witch Sister ☽

Fog starts to lift, is my mind playing tricks?
Cause you look like home
Then I know this real, I trust what I feel
That neither of us has to be alone
You don’t have to be alone.
Revenir en haut Aller en bas
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 25
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Icon_minitimeDim 9 Avr - 23:25



It's Hard To Lose A Chosen One.

« But you won't see me fall apart. »

Cirque O'Farrell, Southwark, 1890.

Loban attendit donc sa sentence, non sans une once d’appréhension mêlée à de l’excitation. Il sourit doucement quand elle posa ses douces mains sur ses épaules nues et attendit patiemment quand elle lui demanda de ne pas bouger. Il ne comptait pas partir, après tout. Il regarda son entrejambe plutôt visible et essaya de replacer son caleçon de sorte à moins mettre en valeur l’illustration parfaite de son état hormonale actuelle. Quand il releva les yeux, il vit sa sœur lui tourna le dos en train de changer rapidement de tenue. Elle n’avait même pas pris le temps de mettre en place le rideau. Il ne put alors retenir son regard qui analysa soigneusement toutes les courbes du corps de Lydess. De son dos nu en passant par ses fesses charnues. Loban resta là à la regarder sans rien dire, posant machinalement la main sur la garde de son épée. Elle enfila alors une chemise qui cacha juste le nécessaire, mais le jeune noble pouvait encore bien profiter d’une jolie vue sur ses cuisses. Il ne put s’empêcher de regarder entre celles-ci mais la chemise de nuit de fortune de sa sœur s’arrêtait juste à cet endroit-là, à la grande déception de la curiosité de Loban.

Celui-ci regarda silencieusement Lydess s’installer devant lui après une telle exhibition aussi soudaine que… chaste et aguicheuse. Oui cela ne voulait rien dire, étant un oxymore pur et dur mais Loban, lui-même dur, l’interprétait ainsi. Il était même convaincu que sa sœur avait choisi soigneusement cette tenue et chacun de ses mouvements pour mieux capter son attention et faire tomber les dernières barrières de cette timidité adolescente. Loban avait désormais sur le regard rivé sur cette poitrine à moitié offerte mais dut rapidement changer de contemplation quand Lydess prit ses joues entre ses mains, ramenant ses yeux dans les siens. Elle se justifia sur ce changement de tenue et il lui sourit doucement en guise de réponse. En réalité, son esprit est bien ailleurs, songeant déjà à d’autres choses. Cependant, une fois de plus, elle l’arracha de ses pensées quand elle l’embrassa. Loban ferma instantanément les yeux, afin de profiter le plus possible. Jamais il n’avait ressenti une telle douceur mais une telle ardeur en même temps. Submergé par un surplus de bonheur, il se laissa faire, rendant son baiser par la même occasion malgré son cruel et sûrement visible manque d’expérience. Il se lécha les lèvres avec envie quand elle finit par retirer les siennes définitivement.

Il la regarda dans les yeux, souriant timidement mais un bonheur se lisant dans son regard. Docilement, il se laissa allonger en silence. Il ne dit rien et une fois que Lydess s’était allongée sur lui à son tour, il ferma les yeux avec un sourire heureux tout en l’enlaçant tendrement. Sa voix était une caresse dans ses oreilles, même s’il ne comprenait pas trop l’histoire de la perruche et du serpent. Cependant, il finit par rouvrir les yeux et la regarda avec un sourire amoureux. Peu importe s’il se faisait engueuler même dans ses rêves. Cela prouvait qu’il y avait toujours une place pour lui dans le cœur de sa sœur, comme le baiser venait de le montrer ainsi que les douces caresses qui descendaient sur son torse. Il ferma doucement les yeux sous les petits baisers de Lydess dans son cou et ne put qu’en profiter, augmentant sa gêne dans son sous-vêtement, comme une envie pressante. Une envie de pressante de tenter quelque chose de nouveau, de s’adonner à la démonstration de son amour pour sa sœur qui l’écrasait sa forte poitrine sur son torse, les deux peaux séparées par le simple tissu.

Cependant, il dut remettre en place son caleçon, dont une couture appuyait un peu trop sur ses attributs masculins en pleine activité. Malheureusement, ceci favorisa l’angle de son appareil qui vient rentrer doucement en contact avec l’arrière de la cuisse de Lydess, malgré le tissu du sous-vêtement mais se sentit tout de suite beaucoup. Mais tout ceci ne s’arrêta pas là. La chemise de Lydess avait bougée et il pouvait sentir deux sensations bien différentes provenant de sa sœur. Le tissu qui servait à recouvrir sommairement le corps complètement dénudé de la voyante ne protégeait maintenant plus que le haut de son corps et Loban aurait pu tout sentir en détails s’il avait bougé sa cuisse. Mais il n’en fit rien, le subjectif le laissant dans un état d’excitation incommensurable. Son visage brûlait de nouveau d’envie. Son souffle était brûlant, comme avide de quelque chose, comme assoiffé. Ni pouvant plus, il se redressa alors, entraînant Lydess dans son mouvement. D’un geste brusque, il arracha les deux pans de la chemise, faisant sauter tous les boutons. Il lui en rachèterait une digne de ce nom, ce n’était pas problème. Son regard fut alors attiré par la majestueuse poitrine complètement dénudée cette fois-ci.

Il resta là quelques secondes, déjà essoufflé sous l’excitation. D’une main, il en caressa un, jouant toutes ses formes. Il l’embrassa alors dans le cou, bien que légèrement fébrile. Mais cette fébrilité était traduisible par une certaine appréhension mais surtout un désir qu’il ne pouvait contenir. De son autre main, il se soulagea de son sous-vêtement, ne prenant même pas la peine de l’enlever correctement, avant de prendre une des fesses de Lydess pour repositionner son bassin pile sur l’angle d’impact.
© plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Lydess Hentswig
Lydess Hentswig

Admin
Âge : 29
Emploi : Cartomancienne
Informations : ♦️
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps
Avatar : Georgina Reilly
Messages : 255
Date d'inscription : 25/11/2016

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Icon_minitimeLun 10 Avr - 14:17



It's Hard To Lose A Chosen One.

« But you won't see me fall apart. »

Cirque O'Farrell, Southwark, 1890.

Depuis combien de temps s'étaient-ils désormais retrouvé ? Peut-être un peu plus de trois heures, et déjà la tension qui régnait entre eux les avait plongé dans les bras l'un de l'autre, comme si toutes ces années n'avaient pas existé, comme un puissant et délicieux coup de foudre. Les choses auraient pu être différentes, mais c'était ainsi qu'elles s'étaient écoulés, et Lydess n'allait pas lui en vouloir. Car même si depuis ces quelques heures, ils traversaient des hauts et des bas plutôt aléatoires, à cette seconde précise, ils s'étaient ouvert l'un à l'autre, réunis dans leurs bras ouverts. La diseuse de bonne aventure continuait de caresser ce torse merveilleux, savourant son contact qui se fit de plus en plus érotique. Si le haut de sa chemise était doucement remonté sur son ventre, son intimité ne pouvait que davantage en apprécier le sous-vêtement de son petit frère, qui restait terriblement aguicheur. Elle sentait quelque chose caressant l'arrière de sa cuisse, la rendant plus fébrile encore. A prendre son temps comme ceci, elle savait que ce qu'elle recevrait pourrait très facilement être au delà de ses espérances. Même si elle se demandait jusqu'où elle pouvait pousser Loban avant de faire réveiller la bête se trouvant en chaque homme. Tellement rassurée par ses confidences, Lydess avait acquis une patience qui en aurait étonné plus d'un.

Finalement, ce fut Loban qui se réveilla en premier, le souffle brûlant contre sa blanche peau. Il la fit se redresser d'un seul coup et arracha les pans de sa chemise. Sur le coup, elle aurait pu lui crier dessus que ce n'était pas facile de récupérer des chemises dignes de ce nom, et qu'elle n'avait déjà pas beaucoup de vêtements pour en plus s'amuser à les déchirer comme un rustre. Mais elle était finalement beaucoup excitée par cet acte plein de virilité pour en dire quoique ce soit. De toute façon, c'était une vieille chemise. Peut-être même que si elle jouait bien, elle pourrait lui en demander une autre, tout en gardant sa petite fierté.

- Owh, mais voilà que le petitt lion s'est réveillé !

Quand la première chose avec laquelle joua Loban fut ses seins, Lydess eut un petit gloussement de contentement, le laissant faire tout en lui offrant sa gorge. Dans l'obscurité tremblante de la roulotte où ils pouvaient à peine voir que leurs ombres sur les murs, la voyante ne put apprécier visuellement la probabilité matérielle du sceptre.  Mais ce n'était pas grave, car un corps aussi parfait ne pouvait pas être mal représenté par son attribut spécial. Ce dont elle ne doutait pas, alors qu'elle s'empala volontiers sur le pal, c'était l'hypothèse qu'il fut un peu trop bien représenté. Ses ongles alors sur les épaules de Loban se plantèrent dans sa peau, tandis que la seule façon qu'elle vit pour étouffer son cri de plaisir tout autant que de douleur, fut de plonger à son tour ses dents dans cette fragile peau de noble. Elle l'avait clairement sous-estimé en le surnommant petit lion. Mais le mal était fait, et doucement son corps s'habituait à cette force de la nature. Langoureusement, elle commença très lentement à danser sur son corps, savourant toutes les formes de cet épée ayant trouvé son parfait fourreau. Lydess posa ses mains sur le torse de Loban et le poussa à s'allonger pour se détendre, afin qu'elle prenne le contrôle de l'appareil. N'était-elle donc pas là pour lui apprendre ? Alors comme un sage étudiant, il allait se tenir tranquille et écouter la maîtresse. Quand bien même celle-ci ne soupirait que de longs gémissements de plaisir, preuve que même sans expérience, il y avait grandes matières à faire.

Mais après de trop courtes minutes, notre précieux noble n'étant qu'à son premier coup d'essai ne put tenir plus longtemps. Que Lydess fut trop étroite ou trop talentueuse, le résultat fut le même et ce fut donc encore insatisfaite qu'elle prit les devants pour continuer à se faire plaisir sur le poteau. Un mât aussi imposant tenant un peu plus longtemps malgré l'énergie perdu, fut suffisant pour que Lydess accède à son tour à la petite mort. La bougie, la vraie sur la table de nuit cette fois-ci, n'avait même pas fini de se consumer tant leur échange avait été bref. Mais comment la diseuse de bonne aventure pouvait se plaindre, quand elle était déjà heureuse de l'avoir pousser à lui confier sa première fois. Toute remplie d'amour dans tous les sens du terme, elle recommença à caresser le torse de Loban pour finalement le couvrir de baiser, offrant un dernier plaisir aux lèvres de son petit frère. Pour la fin, elle tapota l'un de ses pectoraux et murmura à son oreille:

- Alors...? Tu es rassuré...?

© plumyts 2016


☾ Sassy Big Witch Sister ☽

Fog starts to lift, is my mind playing tricks?
Cause you look like home
Then I know this real, I trust what I feel
That neither of us has to be alone
You don’t have to be alone.
Revenir en haut Aller en bas
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 25
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Icon_minitimeLun 10 Avr - 15:45



It's Hard To Lose A Chosen One.

« But you won't see me fall apart. »

Cirque O'Farrell, Southwark, 1890.

Il n’y avait pas de mots pour décrire ce que ressentit précisément Loban à ce moment-là. Sa tête fut complètement déconnectée, il ne pensa à rien pendant plusieurs minutes. Si Lydess lui parlait, il lui répondait machinalement. Il se laissa doucement allonger, profitant du magnifique spectacle sous ses yeux. Sa sœur avait beau mener la danse, il ne pouvait s’empêcher de la regarder avec un plaisir sans nom, le visage parfois déformé par un bonheur sans nom. Il caressa ses cuisses, son ventre, remontait un peu plus haut avant de redescendre, profitant de cette peau douce qui était à sa disposition. Mais plus les minutes passaient, plus il sentait une douce chaleur l’envahir et plus ses caresses devinrent imprécises. Sa voix se résumait à de longs soupirs de plaisir qui se perdaient dans le silence de la nuit et du bruit de la pluie sur le toit de la roulotte. Il ne sut combien de temps s’écoula exactement mais ce fut beaucoup trop court à son goût. Il aurait voulu que cela dure en effet plus longtemps mais la dernière sensation, cette extase sortie de nulle part alors que pourtant, il l’avait senti monter en lui. Dans un ultime et profond son soupir, il sourit, heureux.

Cependant, sa sœur continua et Loban ne put que la laisser faire. Si elle n’était pas arrivée à un stade similaire au sien, alors elle était parfaitement dans son droit d’émousser cette lame encore toute neuve. Quand elle eut fini, il s’empressa de la serrer dans ses bras. Vidé, épuisé, fatigué, il ouvrit un œil et regarda sa sœur avec tendresse et bonheur. Pour rien au monde il aurait voulu être ailleurs à ce moment-là. Non il était bien, avec sa sœur encore brûlante contre lui, ayant l’impression de mourir de bonheur sous ses douces caresses. Il lui rendit son baiser, passant une main dans ses cheveux, espérant que cela dure éternellement. Cependant, elle retira ses douces lèvres, à la grande déception de Loban qui en voulait encore malgré ce sommeil qui commençait à lui clore les yeux. Elle continua de le caresser avec douceur, le corps de Loban demandant presque grâce sous tant de bonheur. Elle lui parla, et il sourit une nouvelle fois. Rassuré était un bien grand mot. Pour l’instant, il ne l’était pas tant que ça sur ses capacités. Mais il se savait débutant alors pour une fois, il se pardonnait.

— Oui… Oui, c’était… Je n’ai pas de mots…

Il sourit un instant et la regarda un instant tout en lui caressant les cheveux puis la joue. Puis, un bâillement sauvage et inattendu le prit qu’il ne put réfréner, mettant son poing pour se cacher. Il déposa un dernier baiser sur le front de sa douce et, sachant qu’il ne pourrait faire quoique ce soit d’autre, il dit avec un sourire :

— Bonne nuit grande sœur.

Il était le plus heureux des hommes à cet instant présent. Et il n’aurait pu songer à meilleur moyen de célébrer leurs retrouvailles que celui-ci.
© plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini] - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

It's Hard To Lose A Chosen One. [PV Lydess H.] [-18] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Sujets similaires

-
» ❝ don't let your happiness depend on something you may lose ❞ - gillian
» Petit Bain [|PV: Shina|]*Hentaî* [|Fini'sh|]
» ~Poyo Rainyday~ [fini]
» So freakin' bad • ft. Ana -FINI.
» Min-Li Ishikawa (fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: Southwark :: Cirque O'Farrell-