AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Au mauvais endroit au mauvais moment w/ Jonathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Au mauvais endroit au mauvais moment w/ Jonathan Mar 13 Fév - 12:59



Au mauvais endroit au mauvais moment

« Ave Maria »

1890, Whitchapel

Anne était une âme désespérée, en perdition, voguant entre l'égoïsme et la compassion, la méchanceté bête et méchante et la générosité. Elle avait été élevée dans la bonté et l'amour de ses proches, recevant tout ce qu'une jeune fille pouvait espérer avoir et même au-délà. Pourtant, la haine ne se trouvait jamais très loin d'elle, l'observant de loin. Elle se cachait derrière des sourires, des étreintes aussi fausses que le regard de compassion aux reflets gris se posant sur elle. Celle qu'elle appelait autrefois “mère” ne l'avait jamais été, malgré ses nombreux efforts pour se faire accepter comme sa propre fille. Mais comment pouvait-elle accepter d'élever une enfant née de l'infidélité de son époux, qui plus est venant d'une prostitué qu'il chérissait ? La jeune Lacey ne pouvait pas lui en vouloir de ne pas l'avoir aimé, au contraire elle ne pouvait que la remercier. Feu sa belle-mère lui avait appris que le jugement des autres pouvait être dur, impitoyable et sans coeur, et qu'il était difficile de se faire une place dans ce monde.
La dureté de la vie, Anne la côtoyait depuis plusieurs années. Son monde enfantin et presque paradisiaque avait laissé place à un monde de désillusion. Son père autrefois bon et doux avec elle, se montrait désormais autoritaire et violent. La vie qu'elle menait avait soudainement changé, transformant avec elle une jeune femme au caractère réservée en une femme sans scrupule.

Au diable le jugement dernier et ses conséquences ! Elle se savait perdue depuis sa naissance et la première fois qu'elle se fit appelée bâtarde. Le pasteur pouvait bien lire un extrait de la Bible, Anne n'écoutait que d'une oreille sourde. Elle avait beau se rendre chaque jour saint à l'église et croire fermement au Tout-Puissant, elle savait que cela ne la sauvera pas de son destin pré-écrit. Elle savait sa vie courte et peu réjouissante, son âme perdue. A quoi bon tenter de la sauver quand on savait que cela était impossible ? Bien sûr, la blanchisseuse aurait pu prendre une tout autre fois : celle de la légalité. Travailler un peu plus lui aurait permis d'obtenir plus simplement ces précieux médicaments qui calmaient les douleurs de son paternel, mais bien malgré elle, elle avait choisi la solution de facilité d'où il était difficile d'en ressortir. Mais pour être tout à fait honnête, Anne ne regrettait pas son choix. Qui avait-il de plus excitant que de jouer au chat et à la souris, dépassant les règles fixées par la bonne société ? Les commérages pouvaient fuser à son encontre, cela ne la rendait que plus heureuse.

Malgré la situation des plus tendus, elle ne put s'empêcher de sourire timidement. Cela rassurait peut-être le pasteur de se dire que derrière ce petit minois enfantin et pas bien méchant se trouvait autre chose que de simples caprices d'enfants gâtée. Si seulement il pouvait avoir raison… Son innocence, Anne l'avait perdu il y a bien longtemps. S'ils s'étaient rencontrés un peu plus tôt, peut-être aurait-il pu la sauver de son triste sort et lui prédire un avenir plus radieux que celui auquel elle se destinait.

-Comme vos paroles sont pleines de bon sens…

La jeune Lacey pourrait presque envier le personnage pour ainsi rester dans son rôle, sans que rien ne semble le contrarier, accrocher au livre saint comme s'il s'agissait de la chose la plus précieuse qu'il possédait. Sans doute était-ce le cas, comment pouvait-elle le savoir. Quoi qu'il en soit, elle n'était pas là pour tenter de découvrir qui était ce pasteur encore inconnu il y a de cela quelques minutes. Et pour dire vrai, elle se moquait royalement de savoir s'il était riche ou pauvre, comme la majorité des personnes peuplant ce quartier de Londres. Une fois ce moment très dérangeant comme l'un comme pour l'autre, il est certain qu'ils ne se reverront plus… Même si tout pouvait encore arriver, d'autant plus qu'Anne avait tendance à se rendre de plus en plus à Whitechapel, bien que ce ne soit pas l'endroit plus recommandé ces derniers temps.
L'écoutant attentivement, elle croisa ses bras délicats sous sa poitrine, réfléchissant au fur et à mesure que ses paroles sortaient d'entre ses lèvres. Le pasteur commençait déjà à s'éloigner qu'elle s'exclama, déterminée :

- Attendez ! Je ne veux pas de témoin… Vous comprenez, vous en savez beaucoup trop sur moi et rien ne m'assure que vous ne me chercherez pas de problème.

Le pauvre avait déjà dû subir les “attaques” de la brunette, était-ce vraiment qu'il soit mêlé davantage à sa petite affaire ? Pas sûr, aussi bien que pour sa sûreté que pour celle d'Anne, qui au final ne savait pas s'il tiendrait sa langue face à cette incartade malvenue.

- Donnez-moi simplement l'adresse. Ne vous en faites pas, je sais contenir ma lame lorsqu'il le faut.

D'un geste assuré, ses paroles ressemblant plus à des ordres, elle campa sur ses deux jambes, comme si elle était prête à sévir en cas de mensonge.

©️ plumyts 2016


Choix:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Admin
Âge : 31
Emploi : Pasteur à l'Église St Mary Matfelon
Informations :
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Je n'aime pas me décrire...mais on me dit quelqu'un de gentil, tolérant envers beaucoup de choses; et il est vrai que le Seigneur m'aide à voir le bien dans le cœur de tous. Cependant, cette même capacité me rends aux yeux des gens très fanatique et naïf. Je n'avais jamais vu les choses sous cette angle, mais il faut croire que les gens ne voient en moi qu'un pasteur de pacotille. S'il y a une facette de moi que j'apprécie particulièrement, c'est le fait que je sois quelqu'un de très romantique ! Même si tout le monde préfère dire que je suis quelqu'un de niais...mais ne croyez pas que je sois stupide, car il m'arrive d'être très fier et impulsif. Je ne suis pas très courageux, mais je ferai toujours de mon mieux pour protéger les gens que j'aime, comme mon petit frère. J'ai aussi une profonde attirance pour les rousses. On me surnomme Quasimodo à cause de mon apparence quelque peu trapu -et certes poilu bien que blond, par opposition à la magnificence de mon frère.
Avatar : Ewan McGregor
Quartier Résidentiel : Whitechapel
Messages : 233
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Au mauvais endroit au mauvais moment w/ Jonathan Jeu 15 Mar - 8:44



Wrong Place, Wrong Time

« don't catch the little bird »

1891, une ruelle de Whitechapel,

Jonathan aurait voulu pouvoir aider cette jeune femme, et ceci tout naturellement du plus profond de son cœur. C'était cet étrange altruisme qui l'avait poussé dans la voie de la religion. Il pensait vraiment que la croyance en une force supérieure permettait de confier ses peines et ses désespoirs à une voix plus haute que soi, afin que l'on se décharge du fardeau de notre existence. C'était ce qui l'avait épaulé, lui, durant toutes ses années de détresse, quand bien même il n'avait pas été physiquement dans le besoin. Avec un petit sourire qui se voulait amical, il observait ce petit bout de femme qui hésitait visiblement à le suivre. Elle répondit à ses paroles en invoquant leur sagesse, mais Jonathan était bien trop naïf pour savoir si cela était ironique ou pas. Il croyait en la force des paroles de la Bible et n'envisageait pas qu'il puisse en être autrement -bien qu'il conservait une certaine forme de critique vis-à-vis de celle-ci, développant sa propre vision de choses aussi complexe que l'Amour et des sentiments équivoques.

A cet instant précis, le pasteur reprenait lentement le contrôle des battements de son cœur qui s'était échappé à la suite de cet agression. Il ne lui fallait pas grand chose pour perdre pied, et le temps qu'il reprenne contact avec la réalité, son agresseur aurait très bien pu fuir sans demander son reste; et le fait qu'elle soit encore là, faisait croire à Jonathan qu'il avait réussi à acquérir un peu de sa confiance, si ce n'était le strict minimum. Un effroyable silence suivit ce simple échange, à cet invitation sincère à le suivre. Le jeune homme se sentit un peu mal à l'aise, n'ayant pas l'habitude qu'on lui refuse ainsi l'aide qu'il s'évertuait à donner. Car mis à part quelques vieillards trop fiers et agacés, peu de gens ne lui tenaient ainsi tête.

Mais voici qu'elle s'exclamait enfin, brisant ce silence gênant qui s'était interposé en travers d'eux. Rapidement pourtant, la jeune femme lui répondit par la négative, parlant du fait qu'elle refusait des témoins et qu'il en savait déjà beaucoup trop sur elle. Jonathan fit une moue, songeant qu'il ne savait en vérité rien de cette femme qui désirait juste de la drogue pour une « bonne cause » avait-elle dit. Pour miséricordieusement aider l'un de ses fidèles. Jonathan voulait bien la croire. Mais c'était encore une ombre qui se trouvait devant lui, sans nom et bientôt sans visage reconnaissable dans les méandres de sa mémoire. Tant de faciès qui disparaissaient dans le néant après une aide fortuite, de ces personnes que l'on a sauvé et qui nous seront pourtant à jamais oublié.

D'une voix toujours plus assurée, la jeune femme lui demanda l'adresse de cette personne qui pourrait accéder à sa demande, insistant sur le fait qu'elle pouvait tenir le revers de sa lame à l'abri des regards. Jonathan ne voyait donc plus de raison pour réfuter sa demander et sortit un morceau de papier de sa Bible. Ce n'était pas un marque page, mais simplement un morceau de brouillon comme il en gardait dans ses livres afin d'en avoir à tout instant. Il sortit également une plume et un peu d'encre de la bourse qu'il tenait accroché à sa ceinture, sous la soutane mystérieuse. On n'était jamais trop prévoyant et à vivre dans deux endroits à la fois, Jonathan avait pris l'habitude de se promener régulièrement avec tout ce dont il pouvait avoir besoin à chaque seconde. Après avoir rapidement esquisser l'adresse, il lui tendit le bout de papier sans crainte. Elle se tenait sur ses jambes avec une posture des plus confiantes, tentant de compenser ses formes fémininement simples par le biais d'une forte attitude. En d'autres moments, peut-être Jonathan aurait-il pu être attentif à ses charmes, mais ses cheveux n'étaient pas roux.

- Voilà, c'est une femme qui vit dans le Cirque d'O'Farrell... et si jamais vous repassez par ici, n'hésitez pas à venir me passer le bonjour. … bonne chance pour la suite, je prierai pour vous.

Ainsi, il s'en retourna, sans avoir peur de lui tourner le dos et s'en alla. Le plus sincèrement du monde, il espéra que la jeune femme trouva ce qu'elle cherchait sans qu'aucun mal ne lui soit fait. En effet, nul doute que plus belliqueux que lui n'aurait pas attendu que la lame s'approche pour répliquer. Jonathan aurait pu répliquer et défaire l'étreinte mortelle de cette demoiselle aux bras blancs. Mais il n'était pas de ceux-là.

Dans sa roulotte bancale, Lydess terminait la lecture d'un client à moitié sourd. Elle lui répéta plusieurs fois l'explication de ses cartes, et quand bien même cela lui permettait d'affiner sa description et son analyse à chaque fois, elle commençait lentement à perdre patience. Le café qu'elle avait prise il y avait de cela l'aube commençait à s'enfuir de ses veines. Elle qui avait accepté ce rendez-vous uniquement de la part d'une agréable cliente dont il était l'ami, voilà qu'elle se demandait pourquoi elle avait été aussi conciliante. Mais au final, la chance avait fait qu'il n'y avait que des choses positives dans ce tirage, elle n'avait pas eu besoin de jouer la comédie ou d'épancher les larmes d'un malheureux. Elle n'avait eut qu'à dire les choses comme elle était. Néanmoins, la cartomancienne eut presque à se justifier de tant de chance heureuse. Le client ne croyait pas à ce qu'elle disait, malgré que tout fut bon. D'habitude, c'était l'inverse qui se produisait, les clients qui ne croyaient pas au malheur qu'on leur tendait.

Mais cette fois-ci, il fut si hargneux de ne pas vouloir croire qu'elle dut lui expliquer les symboles même dessinés sur la carte. Cela faisait presque deux heures qu'elle s'arrachait les cheveux, quand enfin satisfait, le bonhomme voulut bien croire et la paya avant de repartir. Lydess laissa tomber sa tête sur la table : un café se trouvait dans le besoin vital. Se levant pour en faire, elle s'apprêtait à verser l'eau à chauffer dans un petit bac à braise quand elle entendit la porte frapper. S'attendant à ce que cela fut un retour du client à moitié sourd, la voyante se massa les tempes et grogna intérieurement. Que les bienheureux sont terriblement agaçants. Laissant son eau lentement chauffer, elle se dirigea vers la porte et se départit d'un sourire sympathique en ouvrant la porte.

©️ plumyts 2016


Spoiler:
 


i won't say i am in love
"Lune. Avant, que le jour ne vienne. ✻ Entends, rugir le coeur de la bête humaine. C'est la complainte de Quasimodo qui pleure, sa détresse folle, sa voix, par monts et par vaux s'envole, pour arriver jusqu'à toi. Lune, veille sur ce monde étrange qui mêle sa voix au chœur des anges."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Au mauvais endroit au mauvais moment w/ Jonathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James)
» Au mauvais endroit au mauvais moment [Shin-Il&Dong Sun]
» (flashback) Au mauvais endroit...au bon moment [Pv Lyra]
» Au mauvais endroit au mauvais moment (May)
» Au mauvais endroit, au mauvais moment? [ PV Tsuw, Warren ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Retour au XXIe siècle :: Archives :: RP Déchus-