AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Il était un petit navire [Darius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Il était un petit navire [Darius] Ven 9 Juin - 23:50



Il était un petit navire

«On ne lève pas le voile du mystère, on le déchire.»


Les nouvelles vont toujours rapidement. La moindre petite information, intéressante ou non, ne prend jamais longtemps à faire le tour de la ville. D'ailleurs, la vitesse à laquelle celle-ci se propage est étonnement loin d'être proportionnelle au nombre d'habitant. La nouvelle possède sa propre allure. Petit, trop, galop...elle ne ralentit sa diffusion ou ne l'accélère que selon ses humeurs. Je divague? Bien sûr que non! Je réfléchi à un phénomène intéressant tandis que le cocher de ma voiture tente avec difficulté de nous faire sortir de cet amas d'autres véhicules qui s'est formé à un carrefour. Nous étions jour de foire et de nombreuses charrettes au contenu divers et variés encombraient le passage. Hunter, mon voiturier, m'avait mise en garde avant que nous nous prenions la route. Il serait peut-être difficile d'arriver à l'heure au port ce à quoi je l'avais sommé d'arrêter de perdre du temps à bavasser. Nous partirons dans l'immédiat, soit une heure  avant l'arrivée du bateau. Il avait grommelé, affirmant qu'il ne serait guère bon pour une jeune femme de traîner parmi les matelots. De nature angoissée, il ne quitterait aucunement son attelage de peur qu'on ne le lui vole. Oh, il ne craignait guère que je me fasse attaquer mais que dirait-on sur moi si on apprenait que je discutais avec les marins à la drôle de réputation?

"Où en sommes nous?" demandais-je par le biais de cette petite lucarne permettant la communication entre le voyageur et son cocher. Une voix des plus graves retenti peu de temps après que ma question fut posée.

"On dirait que ça commence à se dégager. Si cela ne dérange aucunement mademoiselle, je prendrais des rues moins populaire pour arriver à destination."

"Faites donc, c'est vous qui conduisez, non moi."

J'entend un grommellement auquel je ne donne suite. Si je comprend difficilement autrui, Hunter est un de ces interlocuteurs des plus compliqués à analyser. Il me semble que rien ne lui convient jamais et que quoi que je puisse lui dire, il ne saura s'en contenter. J'ignore ce qu'il attend réellement de moi. Pourtant il m'a toujours semblé moins fermé d'esprit que notre majordome. Je suppose donc que ce n'est pas mon manque de compréhension des règles de bienséance qui l'ennui. Je l'ai entendu dire un jour à mon père qu'à force de fouiner de partout, je finirai par m'attirer des ennuis et que peut être devrais-je finir par apprendre à être moins insouciante. N'est-il pas pure contradiction à lui seul? Le conducteur s'inquiéterait donc pour moi mais le voilà incapable de m'accompagner questionner quelques marins. Sauf si je passe après ses deux étalons ce qui ne m'étonnerait guère. Et je peux parfaitement comprendre. J'ai eu un Cavalier King Charles quand j'étais enfant. Je l'avais aimé bien plus fort que le reste de mon entourage. Du moins avant qu'il ne chute de la fenêtre en voulant attraper un pigeon. Sûrement avais-je eu un des canidés les moins intelligents que cette Terre ai pu porter.

"Nous voilà arrivés Mademoiselle Forbes."

Le bruit des mouettes se mêlant au brouhaha typique des ports auraient pu m'alerter si je ne m'étais pas encore perdue dans mes pensées. Je remercie donc Hunter tout en quittant la voiture. Ce n'est pas la première fois que je viens en ces lieux. Ma mère voyageant régulièrement entre l'Amérique, l'Europe Continentale et La Vieille Angleterre, je viens souvent l'accompagner prendre ses navires. Mais aujourd'hui, ce n'est pas pour elle que je suis ici. Un bateau militaire est sensé arriver d'ici une petite demi-heure et des rumeurs des plus étranges courent sur lui. Certains marins, venus de villes auxquelles le même bateau aurait accosté, auraient entendu dire que celui-ci aurait rencontré d'énormes créatures lors de sa traversée. Ce ne sont peut-être que des mensonges, j'en ai parfaitement conscience mais ma curiosité ne pourra être assouvie si je ne viens pas enquêter sur l'affaire. J'accoste un docker pour lui demander des informations. Il me pointe du doigt un énorme bâtiment, m'indiquant alors que c'est ce que je cherche. Les eaux ont été calme ce qui a permis un voyage plus rapide. Je peste contre moi même de ne pas avoir pensé à ce facteur tout en me dirigeant vers l'immense navire. J'entend quelques rires tandis que je monte sur le pont de celui-ci, je sais que je ne devrais pas être ici mais je perdrais bien du temps à tenter d'interroger quelques militaires qui ne pensent qu'à retrouver les bras de femmes. Je n'obtiendrais rien d'intéressants de leur part. Autant directement discuter avec leurs supérieurs. Supérieurs que je ne mets guère longtemps à repérer. Darius Lloyd dont j'ignore le grade mais ses présences à certaines soirées mondaines ainsi que le nombre de demoiselles gloussant autour de lui me font croire qu'il n'est un simple soldat. Je m'en vais donc à sa rencontre, ignorant un autre homme qui m'affirme que les femmes sont interdites sur le pont.

"Lord Lloyd?", je me souviens vaguement avoir entendu un invité du bal d'ouverture de la saison le nommer ainsi, "Mademoiselle Forbes, du clan Forbes et biologiste. Je ne vais pas vous ennuyer longtemps donc j'en viendrais directement aux faits. J'ai entendu dire que votre bâtiment avait fait de drôles de rencontres lors de votre voyage et j'aimerais vous poser quelques questions sur le sujet. Est-ce vrai que vous avez fait la rencontre d'immenses créatures? Je ne vous parle évidemment pas de baleines ou grands requins dont l'existence est avérée depuis des millénaires mais plutôt de créatures que certains aiment penser comme étant seulement légendaires."  

© plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il était un petit navire [Darius] Sam 10 Juin - 21:32

Lorsque Darius se présenta sur la passerelle de commandement du Aldenham l'équipage ne remarqua pas de suite sa présence. Il observa le commodore pendant un instant. Il lui tournait directement le dos, perdu dans les explications désordonnée que tentait de faire passer les commandants. Un jeune Commodore avait-il constaté lorsqu'il était monté à bord, et maintenant il ne pouvait que l'affirmer. Sans doute lui avait ont mit ce jeune homme comme second pour que Darius le forme un peu mieux ... un "futur contre-amiral" lui avait-on dit "un élément précieux". Soit l'Amiral n'avait pas la même définition du mot "élément précieux" que son supérieur, soit la famille de ce jeune homme devait être sacrément riche ! Darius décida de se racler la gorge pour faire remarquer sa présence.

"- A ... Amiral, commença le jeune commodore, vous êtes là !

- Il semblerait en effet, puisque l'officier que vous avez envoyé me chercher m'a dit que vous aviez besoin de moi sur la passerelle, expliqua l'amiral.

- Oui Amiral, les commandants était en train de me faire parvenir des nouvelles alarmante.

- A moins que nous n'ayons débarqué sans que j'en sois avertis, il me semble, jeune homme, que nous avions un capitaine à bord, et que c'est à lui, et non à ses commandant de bord, de vous faire un rapport. Si nous commencions déjà par respecter les chaînes de hiérarchie, peut être serait-ce moins la panique à bord, répondit Darius en se tenant le front avec deux doigts, montrant son exaspération.

- Justement Amiral ... c'est l'une des mauvaises nouvelle ... Le capitaine ... est introuvable à bord, articula difficilement le commodore."

Darius le regarda avec insistance. En effet, voilà un réel problème, et il voyait mal un homme déserté en plein océans.

"- Le bateau semble avoir heurté des bas-fond. Il y a quelques minutes, si je ne m'abuse, il y a bien eu une secousse, personne n'était avec lui ? Il y a peut être eu un homme à la mer ! Un capitaine ne doit jamais être seul sur le pont, demanda Darius.

- Il était en inspection avec un commandant et quelques lieutenant ... qui sont aussi introuvable. De plus Amiral, nous n'avons aucune réponse du Holycrown ...

- C'est le Vice-Amiral Adler qui était sur ce bâtiment. ça ne lui ressemble guère, vous n'avez aucune réponses visuelle ? questionna l'Amiral.

- Aucune monsieur, il y a vingt minute, leurs lumières ont disparus dans le brouillard, nous avons tenté de le repérer mais en vain, répondit l'un des commandants

- Et il y a quelque chose monsieur, reprit le commodore, les marins parles d'un cris de baleine.

- Et alors ? Aussi grosses soit une baleine bleue je la vois mal gober un cuirasser toute seule, répondit Darius avec cynisme.

- Non, le problème Monsieur, c'est que nous sommes en plein milieu de l'océan pacifique ... il n'y a pas de baleine dans la régions, répondit le commodore."

Darius prit un instant pour réfléchir. Voilà en effet un détail qu'il avait totalement oublié, concentré sur la disparition d'un capitaine, d'un cuirasser, et par conséquent, d'un vice-Amiral qu'il estimait grandement, et de tout un équipage. Il approcha de la table pour regarder les cartes. A cet instant précis, il aurait donné n'importe quoi pour que le capitaines et ses commandants ai été des incapables et qu'ils aient dirigé le navire en pleine océan Arctique. Cela l'aurait grandement soulagé, même s'il aurait été par la suite attristé d'avoir été envoyé en mer avec des gens aussi incompétent. Mais il n'y avait qu'à sortir dehors pour constater que ce n'était pas un climat Arctique. Puis un hurlement survint dans la nuit, le hurlement d'une chose énorme.

"- Ce n'est pas une baleine, lança Darius, c'est bien plus gros !

Il put voir de ses propres yeux les lumières du Dailybetty disparaître Mais le Navir étant plus proche, ils entendirent un très lointain craquement, comme lorsque des plaques d'acier sont pliés. Puis il la vit, l'ombre ... et il ne lui fallut pas plus pour comprendre que ce n'était pas une baleine.

- Vous quel est votre nom ?! lança Darius au commandant qui lui semblait le plus capable.

- Ford, mon Amiral, Walter Ford ! répondit celui-ci

- Félicitation Capitaine Ford, vous venez de monter en grade, préparez les hommes à tirer sur cette chose !

- A vos ordre mon Amiral ! répondit Walter avant de donner des ordres aux autres commandants pour coordonner le navire. "

Il ne fallut que quelques secondes pour que les puissants canons du pont ne se tourne vers l'ombre et ne commence à tirer. La dernière pensée fugace de Darius fut de se dire que, soit l'empire Prussien avait développé une arme incroyablement puissante, soit les termes de leurs missions venait de changer par un concours de circonstance.

--------------------------------------------------------------------------

Quelques jours plus tard, l'Aldenham était au mouillage au port de Londres 3 vaisseaux de guerre étaient manquant à l'appel, dont le Holycrown et le Dailybetty. Le troisième Navire, le Queenliberty n'était qu'une corvette, qui s'était retrouvé sur le passage de la créature. Mais Darius allait avoir un rapport extrêmement chargé, pour expliqué la pertes d'un cuirassé, d'un destroyer et d'une corvette. Il espérait juste que le retour de la flotte avec 2 semaines d'avance à Londres n'allait pas faire trop de bruit.

- Lord Lloyd ?!

Sans même avoir à se retourner Darius eu une forte idée de qui se trouvait derrière lui. En premier lieu cela signifiait que pour la discrétion du retour, il allait devoir faire une croix dessus. En second lieu, une voix féminine sur un navire de guerre, navire interdit au civil d'une part, mais surtout aux femmes, signifiait que la personne en question était assez obstinée pour aller contre les règles éthique, mais surtout jouissait d'une position suffisamment importante pour ne pas en tenir compte. Or de toute son expériences mondaine, il n'avait rencontré, ou tout du moins entendu parlé, que d'une personne dans la haute société qui pourrait correspondre a cette description. Lord Forbes décrivait lui même sa fille comme "une femme très instruite", mais les autres nobles utilisaient plutôt le termes "très particulière" et "ayant tendance à mettre son nez dans des sujets dont elle ne devrait pas s'occuper". Il se retourna pour se rendre compte qu'il avait raison, puisqu'elle correspondait exactement à ses souvenirs.

Elle se présenta comme faisant partie du "clan" Forbes ... très écossais.

"- Je suis ravis de vous rencontrer. Je crains malheureusement que ce navire ne soit interdit aux ... civils, termina-t-il après une légère hésitation, Cependant, je pense pourvoir faire une exception pour votre père. "

Le commodore ouvrit des yeux de la tailles de deux soucoupes de cafés. Il était déjà impensable pour lui qu'on laisse un civil vagabonder sur le navire, alors pour ce qui était d'autoriser une femmes à simplement y marcher.

"- Veuillez me suivre pendant mon inspection je tâcherais de vous répondre du mieux que je peux. Commodore, veuillez ramener ces documents à la capitainerie, et informez les que j'arrive d'ici quelques minutes, accompagnés, et que je souhaite qu'il prépare une table avec du thé pour mon invitée, lança Darius d'un ton qui ne tolérait nul contestation.

- B... bien monsieur", répondit le commodore.

Ce dernier récupéra le dossier, et passa devant Selina Forbes, en s'inclinant légèrement pour la saluer, toujours aussi outré malgré lui, qu'un tel coup d'estoc soit portés à l'étiquette militaire et navale.

"- Par ici Miss Forbes je vous pris, indiqua l'Amiral en présentant son bras. Je ne vous ferais pas l'insulte de vous mentir, votre père vous décrit comme quelqu'un de clairvoyant et les autres nobles ... comme une femme ... tenace, expliqua-t-il malgré le fait que le véritable termes utilisé par les mauvaises langue été "opiniâtre", Je n'ai pas la moindre idée de ce qui nous a attaqué il y a trois jours au large du Cameroun, mais ça n'était pas prussien, ça je peux vous en assurer. Ce dont je peux vous assurer cependant, c'est que cette choses à couler un cuirasser en l'espace de quelques minutes, et n'a fait qu'une bouchée d'un destroyer."

Il accompagna la demoiselle sur le bord du bastingage et lui montra une chose qu'on ne pouvait voir depuis le quai, et qui était la raison pour laquelle Darius avait demandé à ce que le bâtiment soit mit au mouillage dans ce sens, qui avait demandé à l'énorme navire de faire un demi-tour dans la tamise. Une sorte de trou béant situé à une vingtaine de pied au dessus du niveau de l'eau, de la taille de quatre hommes.

"- Et il ne s'en ai fallut que de peu que nous ne soyons au fond de l'océan nous aussi. Si elle avait attaqués légèrement plus bas, elle aurait brisé deux de nos compartiment de flottaisons.

- Amiral ! lança une voix derrière eux"

Darius se retourna et put découvrir le jeune Ford, nouvellement Capitaine du Aldenham.

- Capitaine Ford, laissez moi vous présenter mon invités à bord, Miss Forbes, lança Darius.

- M... Miss... ? commença le jeune homme.

- Vous étiez sur le point de me dire quelque chose ? le coupa l'Amiral.

- Euh.... et bien ... Des journalistes sont présents sur le quai ... ils demandent pourquoi la flotte est revenue incomplète avec deux semaines d'avance, répondit le capitaine

- Répondait leur que nous avons eu un soucis technique, de laissez l'armée faire son travail et que quand nous auront de plus amples informations, ils en seront les premiers informés, répondit Darius.

- C'est que ... je n'ai jamais répondu à la presse Sir ... ! commença à expliquer le garçon.

- Bienvenue dans vos nouvelles fonctions capitaine. termina simplement Darius.

Le jeune Capitaine fit le salut Militaire et s'en retourna vers les quais.

- Y a-t-il autre chose que vous souhaitez voir Miss Forbes ? Nous devons avoir encore, une dizaine de minutes devant nous avant que la capitainerie n'arrive à trouver du thé.

Darius eu un léger sourire en imaginant les officiers du port paniquait en se demandant comment ils allaient bien pouvoir faire pour trouver du thé aussi loin de la ville.
Revenir en haut Aller en bas

Il était un petit navire [Darius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» «Il était un petit navire, qui n'avait ja, ja, jamais navigué» Adeline A. Romanov [terminé]
» il était un petit navire qui n'avait ja-ja-jamais navigué, ohé ohé.
» C'était un petit navire ... [Flashback Milan Sethni - Aurora, mer méditerranée]
» Histoire sans fin
» Il était un petit marin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Retour au XXIe siècle :: Archives :: RP Déchus-