AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

.Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Emploi : Son deuil est son emploi.
Informations : Bourgeoise des hauts quartiers, autrefois jeune fille de ferme. Maintes fois épouse et autant de fois veuves. Elle a toujours aimé, reste à savoir qui.
Avatar : Evan Rachel Wood
Quartier Résidentiel : Quelque exposition.
Messages : 4
Date d'inscription : 26/06/2017

MessageSujet: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 20:51



Dora Oppenheim

« Sweet little dear, you can't even imagine how much I love you. »


FT. EVAN RACHEL WOOD
CARTE D'IDENTITÉ


Nom : Oppenheim se révèle avoir une espérance de vie miraculeusement étendue.
Prénom(s) : Dora s'empara du pouvoir un soir où Dorothea la distinguée s'était absentée.
Âge : Quelques trente-trois années s'obstinent à progresser, tout en ignorant le fait qu'un si délicat minois ne saurait être altéré par l'âge.
Groupe : Elle n'est pas née bourgeoise mais l'est devenue par l'intervention du seigneur et également celles de ses époux.

Nationalité : Prussienne.
Lieu de naissance : Un sombre village minier portant le nom de Oberhausen et se dressant fièrement au Sud-Est de la prussienne Ruhr.
Date de naissance : Le second jour de Janvier, 1858.
Situation Civile : Veuve d'un homme à la magnificence toute relative mais à la richesse affirmée.
Religion : Une catholique ignorée, une orthodoxe méconnue ou une protestante en dormance ? Dieu seul le sait.
Orientation Sexuelle : Elle se dit hétérosexuelle, elle se voit hétérosexuelle, elle se sait vacillante.
Profession : Le deuil la connait si bien qu'elle devrait se dire endeuillée.
Quartier Résidentiel : Réponse ici.
Activités Illicites : Son seul crime fut de trop aimer.

Jolie petite histoire...

Vingt-deuxième jour d'Octobre, 1868 - La joliette du village, disait-on. Un soleil sous l'orage de la misère qui, par ses chants d'enfant, caressait les coeurs et illuminait les regards. Les mères riaient allègrement à son passage, tandis que les éternelles stériles la couvaient d'un oeil tantôt attendri tantôt amer. Elle les saluait tous, ces villageois. Elle les saluait tous et ils la saluaient en retour. Puis reprenaient ses gais sautillements, ses joyeuses exclamations à la vue d'une bête ou d'une autre, ses jeux auxquels elle seule s'amusait mais que tous aimaient observer. Cette fillette commentait inintelligiblement des noms qu'elle citait parfois par dizaines. On ne savait pas d'où elle apprenait tout cela, mais on s'en divertissait, et on retournait à ses besognes quotidiennes tout en se disant que c'était fort certainement une de ces merveilleuses inventions enfantines. Le soir, on la retrouvait à la messe, dans les bras du curé du village. Toutes ses soirées s'attelaient à un apprentissage rudimentaire en compagnie de l'ecclésiastique de la commune. On ne savait de quoi ceux-ci s'entretenaient mais les maths et la grammaire s'imposaient bien souvent en supposition. L'école du père devait financer les dépenses de la chapelle, seulement, une élève disposait d'un enseignement sans frais. Les villageois ignoraient avec plaisir la question qui en naissait pourtant. On déduisait que le devoir de chrétien de l'homme d'église avait forcé la concession, on ne ferait pas payer à la famille la plus démunie du bourg la réussite de leur progéniture. Alors, on ne s'interrogeait pas un instant sur les intentions du bon catholique, on ne s'interrogeait pas ne serait-ce qu'un seul instant sur la nature de ses leçons. Eh bien, c'était fort simple, pourtant. Il lui enseignait l'art, lui faisait découvrir les grands maîtres de la peinture et de la sculpture, lui apprenait leurs techniques et méthodes. Ils passaient de longues heures à contempler le Rembrandt de la chapelle, le même qui avait été acheté avec les économies des dévoués contributeurs. Ces soirées à contempler les chefs-d'oeuvres du XVIIe portaient un faux air enchanteur... jusqu'à qu'elles ne le portent plus. L'enfant s'agrippait parfois au Vermeer. Elle tentait d'oublier son monde en admirant telle beauté. Ses doigts fins caressaient la toile, en quête du vain espoir de la libération. Quelques inutiles larmes s'obstinaient à s'échapper, quelques larmes qu'elle ne laisserait jamais approcher quelconque oeuvre. La douleur ne la poussait jamais à omettre le précieux de cette collection. Elle fermait donc les yeux, brutalement, à en souffrir, et parcourait tant bien que mal les paysages rayonnants qui s'étaient un jour posés sur le lin.
Non, on ne se préoccupait pas de la fillette dans les bras du curé. Un sourire creusait toujours ses joues et sa main s'agitait joyeusement à chaque passage. On ne s'inquiétait pas pour elle car il disait que c'était un secret et qu'elle avait promis que jamais elle ne le révèlerait, croix de bois, croix de fer.

Douzième jour de Juillet, 1862 - Sur cette toile, elle se serait couchée en attente d'un sommeil qu'elle ne rencontrerait qu'une seule et unique fois. Sur cette toile, elle aurait déposé ses plus tendres baisers d'enfant. Sur cette toile, elle aurait attardé ses doigts des heures durant pour en saisir la moindre subtilité, le moindre détail. Elle en connaissait les maladresses, les imperfections, les indélicatesses. Elle en aimait le toucher, sa peau flânant à sa surface, à en frôler sa peinture striée des crins du pinceau. Son regard embrassait les couleurs, enserrant ses nuances et ses ombres d'une douce étreinte qui embellissait un peu plus encore les camaïeux de bleus et de rouges qui s'offraient à ses candides prunelles illuminées de l'ardente lueur de l'admiration. Une brutalité divine côtoyait une délicatesse diabolique en une déflagration de magnificence assurément vermeille et merveilleusement azur. La nitescence l'enlaçait et la transperçait, la torturait de milliers d'éclats tranchants qui ne faisaient que caresser sa chair tendre. Sans la couper, ni la scalper, ils la courtisaient, la convoitaient, la forçaient tant vers le danger que l'éviter était une jouissance violente et exquise. Le vide l'appelait mais elle ne répondait qu'à son bord. Jamais telle splendeur n'avait séduit si jeune fille, jamais telle jeune fille n'avait séduit si splendide. Jamais plus telle splendeur ne se donnerait à d'autres car la jeune fille découvrait la jalousie, et la jeune fille embraserait la jalousie.

Cinquième jour de Mai, 1876 - Elle paraissait jeune de dix-huit années, tout au plus. Son arrogance embrassait l'insolence de ses traits détestablement divins, imprégnait ses gestes outrageusement inconvenants. Son regard fuyait le vôtre tant et si bien que vous auriez juré qu'il le faisait en toute conscience. Pourtant, vous vous délectiez de ces iris fugaces, rayonnant de vivacité et de malice. Aucune finesse n'était requise à l'observation attentive de sa robe, qui, malgré les efforts déployés à la rendre authentique onéreuse, ne l'était pas. Mais les oeillades méprisantes de quelques riches jalouses se perdaient, désorientées par sa confiance rayonnante. Sa main blanche s'aventurait malencontreusement sur ses lèvres délectablement vermeilles, caressait son cou dressé à la bourgeoise et frôlait la naissance de sa gorge, vous frémissiez. Et alors, elle riait, divertie par la plaisanterie d'un bourgeois, et vous étiez conquis par cet éclat de raffinement purement juvénile.
Elle se joignait à une table d'habituées dont la surprise ne se dissimulait pas, s'exagérait même dans l'espoir de gêner l'irrévérencieuse jusqu'à ce que départ s'ensuive. Seulement, son insouciance -ou plus certainement, sa fierté- semblait ne pas entendre ces clairs messages et gaiement s'épanouir au coeur d'une société qu'elle n'avait que trop peu côtoyée. Elle s'asseyait auprès des élites féminines de la populace sans se soucier de son jupon indécemment mais malencontreusement relevé au dessus de la cheville. Le simple aperçu de ces merveilleuses jambes suffit à attiser le brasier d'un désir intarissable. Son assurance habitait son corps à la beauté encore méconnue et caressait la moindre parcelle du vôtre.
Le lendemain, elle serait votre fiancée.

CARACTÈRE ET TEMPÉRAMENT

Madame Oppenheim tenait à sa merci toutes les splendeurs du monde, courbait du moindre regard et tuait d'une simple esquisse de geste. Elle était de ces femmes qui jouaient d'un magnétisme certain sur tout autre être doté de désirs charnelles pour assouvir sa soif de... non, on ne savait pas quelle soif elle s'évertuait à étancher. Et celle-ci n'était assurément ni sanglante ni avare. Mais qui s'était un jour interrogé à ce sujet ? Qui pouvait douter d'une pauvre veuve aux larmes éreintées qui tentait dignement de se redresser ? Qui d'autre qu'un monstre, dites moi ? Et, sachez-le, Madame taisait les monstres autant que faire se peut.
L'honneur, par ailleurs, s'emparait de chacun de ses faits et gestes. Les maints deuils de ses époux s'étaient écoulés sans le moindre frémissement, le moindre pleur. Son sempiternel sourire forçait une admiration que certaines auraient volontiers réprimée, mais qui, faute de justifications, s'étaient pliées à l'émerveillement qu'on portait à cette toute jeune veuve. Elle savait éblouir son monde, cette toute jeune veuve, par son érudition et sa finesse. Elle ravissait les passionnés par sa connaissance et les traditionnels par son savoir-vivre. Elle débattait tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, sans jamais contrarier mais en éduquant avec une brutalité au long manteau de diplomate. Elle, elle, elle, on ne parlait plus que d'elle. Les perplexités se trouvaient bien vite balayées par une esquisse enchanteresse et une discussion des plus prenantes et on riait de bon coeur jusqu'à qu'une nouvelle de ces rencontres au sommet s'achève au beau milieu de la nuit londonienne.
Le doute osait à peine entacher un tableau si merveilleux, alors on s'en allait ravi d'un dîner plaisant sans s'intriguer de l'extrême courage d'une femme dont tous connaissaient l'historique mais dont personne ne se méfiait. Oh, cette femme savait étouffer ce doute. Elle savait même l'empoisonner.
CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES

Une beauté à se damner, disait-on. Beaucoup s'y étaient risqués, rares étaient ceux qui n'y avaient pas succombé. Un visage fruit du Diable, bercé de Dieu, joyau diablement divin de la Création. Une magnificence dont Satan était le géniteur et le Seigneur -la nourrice. Des traits saintement imprégnés du péché qu'on ne pouvait haïr par sa foi la plus pure. Tout cela se faisait bref et réducteur résumé de la splendeur d'une certaine femme aux allures bourgeoises, à l'esprit passionné et aux origines incertaines.
Étendons ce résumé, rendons le description ; que serait une fresque littéraire de Madame Oppenheim sans un assidu éloge pour la plus flamboyante des chevelures ? Malheureuses étaient celles qui, mordues de jalousie, osaient donc n'offrir aucune louange au fauve de sa resplendissante crinière. Car oui, les flatteries jaillissaient des riches salons. Souvent délassés, parfois même négligés, Dora semblait jouir d'un vicieux plaisir à paraître décoiffée sous son meilleur jour tandis que d'autres s'affairaient des heures et des heures pour n'en devenir qu'une pale copie. Une couleur aux reflets écarlates, qu'on croyait à quelques lieux du malin, s'égayait sous l'astre solaire comme tant de flammes crépitantes en attente du moindre rayon pour s'attiser.

Dans la vraie vie, je suis...

Quel est ton pseudo ? Le Djo  gunzz Un mec ou une fille ? Jolie (enfin, c'est discutable) petite femelle. Quel est ton âge ? 16 ans. Comment as-tu connu le forum ? Oh, vous savez, les murmures de rues. Un avis dessus : Je dirais... pas dégueu. Du tout. As-tu un DC ? Nein, nein. Pv/scénario/Inventé ? Réponse ici. Code de validation : [Validée]

Code:
<t>Evan Rachel Wood</t> → <y>Dora Oppenheim</y>
©️ plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Diplomate.
Avatar : Aidan Turner
Messages : 43
Date d'inscription : 04/06/2017

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 20:55

Meine Liebling. coeur


Tout en beauté, toujours en finesse; suprême consolation qu'est une victoire funeste. Une nouvelle fois, la chance sourit -et par chance, nous entendons bien l'adresse de son esprit.

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 2695
Date d'inscription : 14/09/2016
Âge du Joueur : 21

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 21:12

Bienvenue ! love

Je vois que Dagmar a ramené quelqu'un. huhu Si tu as des questions n'hésite pas à nous les poser ! coeur


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne (Maddie), qu'il va épouser en octobre 1891 ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un noble, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 300
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 21:27

OMFG EVANNNNNNNNNNNNN OMG OMG OMG OMG OMG Je t'aime kiss
Cette femme huug huug huug huug
Bienvenue parmi nous, j'ai hâte de te lire davantage et d'avoir un lien avec toi luv


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Fondeur
Informations : Orphelin déposé au seuil d'une institution quelques semaines après sa naissance ✘ Ignore tout de ses origines, et n'y accorde aucune importance ✘ Fraie dans le monde de la petite délinquence depuis sa plus tendre enfance ✘ Ancien chef d'une bande gosses aventureux, à présent dissolue ✘ Suite à ça, a passé plusieurs mois en maison de correction ✘ La mort d'un de ses meilleurs amis, atteint de syphilis, a suffi à le convaincre de ne pas s'approcher des prostituées, règle qu'il suit toujours ✘ A fondé la Tribu, gang des rues sévissant à Whitechapel, dont il connait les moindres recoins ✘ Participe régulièrement à des combats illégaux organisés dans des bars, desquels il tire un joli pactole, ainsi que quelques petites cicatrices sur tout le corps ✘ Amateur d'armes blanches, il se sépare rarement de son couteau de boucher, tout comme de son vieux chapeau melon ✘ Se moque bien des forces de police, avec lesquelles il n'hésiterait pas à en découdre ✘ Ne voue que mépris à l'aristocratie et aux autres parvenus, mais grâce aux paiements reçus en échange de l'aide de son gang, il recrute de plus en plus d'adeptes, et accroît l'influence de la Tribu : son ambitieux objectif n'est autre que de faire tomber sous sa coupe Whitechapel et Southwark, pour mieux leur donner un second souffle, ainsi qu'une capacité de réponse envers les injustices infligées par les strates plus aisées de la société.
Avatar : Michael Fassbender
Quartier Résidentiel : Les bas quartiers de Whitechapel, son modeste fief
Messages : 297
Date d'inscription : 05/10/2016
Âge du Joueur : 23

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 21:37

Bienvenue demoiselle, bon courage avec ta fiche ! OMG


La belle Dora et Dagmar, ça promet huhu



Wreaking havoc
We're going out tonight to kick out every light
Take anything that we want, drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

Emploi : Son deuil est son emploi.
Informations : Bourgeoise des hauts quartiers, autrefois jeune fille de ferme. Maintes fois épouse et autant de fois veuves. Elle a toujours aimé, reste à savoir qui.
Avatar : Evan Rachel Wood
Quartier Résidentiel : Quelque exposition.
Messages : 4
Date d'inscription : 26/06/2017

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 22:35

Guten Abend !
Sachez juste que je ne parle absolument pas allemand, j'ai simplement la chance d'avoir un ami nommé Reverso tsihihi
Eh oui, le Djo est ici et il vous remercie pour ce chaleureux accueil !
Je consommerais volontiers mon amour avec Evan, il est vrai fuck Et au plaisir de côtoyer Bartholomew (décidément, je ne peux prononcer ce prénom sans imiter le chat).
Non, je n'ai pas hâte, pas du tout, pas du tout, ouhlala, nooon excited


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Femme de chambre
Avatar : Kaya Scodelario
Messages : 6
Date d'inscription : 12/06/2017

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Lun 26 Juin - 23:45

Oh la sublime Evan coeur Je me permets un petit message de bienvenue même si je suis toujours en cours de fichage, ton personnage promet keur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Détective (aurait pu être rentier, mais c'est pas un métier et c'est ennuyeux!)
Informations : -1m83 (6"00), 78 kg (172 lbs)
-Yeux ambre
-Détective depuis 11 ans. plus par passion et goût du défi que pour en vivre.
-Jamais marié, aucune descendance... du moins, connue.
-Possède un Doberman nommé Athos dont il ne se sépare jamais.
-Asocial et légèrement misogyne.
-Lecture labiale
-Est devenu le tuteur de Joséphine par la force des choses.
-Fume la pipe uniquement en soirée, la porte à la bouche non allumée pour réfléchir.
-Excellent tireur et virtuose du combat à mains nues, alliant boxe, savate et techniques de lutte. manie aussi la canne de combat.
-Musculature fine mais très dense et efficace, doté d'une force insoupçonnable pour son gabarit et d'une grande résistance aux coups.
-Très discret, marche toujours sans faire de bruit et sait observer sans être repéré.
-Siffleur musical de talent et bon chanteur. A une ouïe bien entrainée.

<> Fiche de personnage

<> Fiche de liens

<> Fiche de Rp

Avatar : Robert Downey Jr
Messages : 814
Date d'inscription : 26/11/2016
Âge du Joueur : 42

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Mar 27 Juin - 5:13

Bienvenue chez les fous, chère amie de la lointaine Prusse!

Je vous souhaite un bon amusement parmi nous et une bonne fifiche! dance


You've earned a new companion!
Devlin S. - Level 42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Aucune d'officielle
Avatar : Maisie Williams
Messages : 279
Date d'inscription : 23/05/2017

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Mar 27 Juin - 8:47

Welcome ! J'aime beaucoup ta fiche, c'est bien original gnon
J'espère que tu te plaira bien ici ! flowerdance


Si vous êtes impliqués dans ma douleur, et que vous n'êtes pas effrayés, alors vous ne comprenez rien.
Pour votre bien, comprenez ceci : je suis Jenny. Je viens vous voler et jamais, jamais, je ne m'arrêterai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Gardien de cimetière.
Avatar : Brendon Urie
Messages : 227
Date d'inscription : 24/03/2017
Âge du Joueur : 27

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe. Mar 27 Juin - 12:52

Bienvenue jolie demoiselle coeur cookie gnon love

Bonne chance pour la suite de ta fiche et je te souhaite bon jeu parmi nous! nyan unicorn alpagay



« I am a cemetery by the moon unblessed. »
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: .Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe.

Revenir en haut Aller en bas

.Dora Oppenheim ┋ Die Schwarze Witwe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Life, Nothing More {Dora}
» ANTEY - c'est un bisounours-tortue-ninja et sa pote dora l'exploratrice
» [1/2] RP {Dora}
» Théo(dora) - Little beast x)
» N°2 ; Tonight gonna be a good night [Dora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Londoniens :: Who are You?-