Enoch - Oh brother, I will hear you call!



 

Partagez

Enoch - Oh brother, I will hear you call!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Enoch - Oh brother, I will hear you call! Empty
MessageSujet: Enoch - Oh brother, I will hear you call! Enoch - Oh brother, I will hear you call! Icon_minitimeVen 23 Mar - 23:59



Oh brother, I will hear you call!

« Enoch & Julian»

21 mars 1891
C’était un jour assez froid en Angleterre en ce samedi et les domestiques s’affairaient à réchauffer au plus vite la demeure de leur maître avant qu’il se réveille.  Non, ils n’étaient pas effrayés par lui… Au contraire!  Ils voulaient tout simplement faire plaisir à leur maître qui avait toujours été bon avec eux. Ils savaient que la plupart des nobles ne voyaient pas leurs employés comme des égaux et que très peu les traitaient comme ils le méritaient. Julian était de ces gens qui n’aimaient pas ces classes sociales. Il espérait qu’un jour, les richesses soient plus égales entre les pauvres et les riches. Ainsi, il appliquait son idée en donnant un salaire plus haut à ses employés. Ces derniers étaient bien contents et avaient même droit à des congés. Les gens autour jugeaient que c’était idiot de la part de Julian, mais il disait toujours que des employés heureux faisaient un meilleur travail, ce qui n’était pas faux. Alors, on le laissait tranquille.

L’homme se réveilla vers 9h du matin comme à son habitude et il resta pourtant un petit moment entre les draps chauds. Au mur était accroché le tableau de sa défunte femme. On lui avait lourdement conseillé de le retirer afin de refaire sa vie maintenant que trois ans s’étaient écoulés, mais il n’arrivait pas à s’y résoudre. Son décès l’avait lourdement affecté. Il n’avait pas seulement perdu sa femme, mais sa fille aussi. Ainsi, le matin, il réfléchissait à sa vie en admirant le portrait de sa défunte épouse jusqu’à ce qu’il sente le courage de se lever et s’habiller convenablement.  Pour une fois qu’il avait un peu de temps pour lui, il allait en profiter. Alors, il descendit et il rejoignit le salon où était posé le piano qu’il aimait tant. Il se mit à jouer la chanson préférée d’Amélia en sachant parfaitement qu’il aurait de la visite. Son frère, Enoch, viendrait lui rendre visite dans la journée. Il ne savait pas quand, mais il attendait son arrivée. Il aimait bien recevoir sa visite de temps en temps. Cela lui permettait de socialiser avec quelqu’un qu’il appréciait et aussi de libérer le pauvre jeune homme de la maison familiale quelques heures au moins même s’il avait bien voulu l’accueillir chez lui afin qu’il ait une vie décente.

- Monsieur?, il entendit soudain pendant qu’une vieille servante approchait. Votre frère cadet est arrivé. Peut-il rentrer?
- Évidemment que oui, miss! Invitez-le à me rejoindre au grand salon au plus vite et proposez-lui du thé et des petits gâteaux! Vous connaissez ses préférés!
- Bien monsieur, bien sûr monsieur! J’y vais tout de suite! , elle dit avant de sortir, laissant son maître continuer sa mélodie.

©️ plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Enoch - Oh brother, I will hear you call! Empty
MessageSujet: Re: Enoch - Oh brother, I will hear you call! Enoch - Oh brother, I will hear you call! Icon_minitimeDim 25 Mar - 13:54



Oh brother, I will hear you call!

« Julian »



Enoch aimait ces jours où il pouvait rendre visite à son grand frère. Ces jours où il n'était pris par nulle obligation familiale, nulle soirée, nul événement devant le pousser à se représenter et à endurer la socialisation inhérente à ce type de rassemblements.

Oh, ce n'était pas qu'Enoch n'appréciait pas de rencontrer des gens, bien au contraire. Mais, durant ces soirées, tout était si... faux. Si compliqué. Il ne se sentait pas à sa place et était bien plus à l'aise dès lors qu'il pouvait échapper à tout cela. Ce qui était le cas aujourd'hui. Pas de salons. Pas de représentation. Juste Julian et lui. C'était tout ce dont il avait besoin.

Après avoir timidement annoncé son arrivée aux serviteurs de Julian, Enoch patienta, se balançant lentement sur ses pieds, laissant son esprit s'envoler vers d'autres contrées. Il se souvenait encore du jour où son frère était parti du domicile familial pour mener sa propre vie. De ses pleurs, de ses cris, de cette intense sensation qu'un rouage de son existence si huilée, un rouage essentiel, n'était plus en place. Que quelque chose s'était brisé.

Sans Julian à la maison, tout était... morne. Froid. Enoch ne trouvait plus amour ni chaleur. Juste... ce que ses parents ressentaient pour lui et qu'il n'arrivait pas vraiment à définir. Malgré tout, Julian avait été toujours là pour lui et c'était encore le cas aujourd'hui. Du plus profond de son coeur, Enoch espérait pouvoir offrir à son grand frère autant que tout ce qu'il avait pu faire pour lui. Julian méritait le monde et Enoch aurait aimé pouvoir le lui donner. Mais les choses n'étaient pas aussi simples...

Quelqu'un tira sur sa manche. Revenant brusquement à la réalité, Enoch se retira prestement, un peu violemment. Sa réaction tira un sursaut à la vieille servante, qui se recomposa toutefois rapidement, habituée au jeune homme et à son comportement.

"Suivez-moi jusqu'au grand salon, Monsieur. Votre frère vous y attend."

Enoch hocha la tête, suivant la vieille femme d'un pas rapide. Bien qu'il l'ait vu encore très récemment, le prodige brûlait toujours de passer du temps avec Julian et de pouvoir profiter de sa présence. Il était la personne la plus chère à ses yeux et tout son être se languissait de lui dès lors qu'il n'était pas à ses côtés.

Lorsque la musique du piano parvint à ses oreilles, Enoch oublia tout semblant de bonne tenue et distança la vieille servante, parcourant cette maison qui n'était pas la sienne, mais qui lui était pourtant aussi familière que si elle l'avait été. Il entra dans le grand salon, alors que la pauvre femme s'efforçait tant bien que mal de le rattraper, et rejoignit Julian au piano.

S'il se laissa fasciner un bref instant par les couleurs de la musique que son frère jouait, il eut tôt fait de revenir à l'instant présent. Ses bras saisirent Julian et il le serra avec force, avec l'intensité qui lui était si caractéristique. C'était ainsi qu'il préférait les marques d'affection. Engagées par lui et puissantes. Il ne supportait pas qu'on le touche sans l'en avoir informé auparavant et détestait les caresses, mais ce genre d'expression affectueuse, il pouvait tout à fait le supporter. Et même l'apprécier.

Il resta ainsi un court instant, yeux fermés, s'imprégnant de la présence de son frère et de son parfum, son odeur reconnaissable entre mille. Enfin, il se détacha, les yeux brillants, ses lèvres dessinant maladroitement un demi-sourire.

"Bonjour, mon frère !"

Il s'installa au piano aux côtés de Julian, effleurant les touches du bout de ses doigts. C'est à ce moment que la servante arriva au grand salon, essoufflée par l'effort qu'elle avait dû effectuer pour son grand âge. Enoch lui prêta à peine attention, tout occupé qu'il était à profiter de la présence de Julian et à se remémorer leurs leçons de piano. Peut-être pourrait-il à présent enseigner à Julian ? Enoch brûlait de pouvoir lui apporter quelque chose, lui qui avait toujours tout reçu de sa part.

"Tes doigts n'étaient pas assez détendus. Ils frappent le clavier avec trop de... de sévérité. Il faut que tu les relâches. C'est la musique qui te porte et pas l'inverse !"

A sa plus grande frustration, Enoch avait parfois du mal à exprimer ce qu'il pensait, à trouver les bons mots pour se faire comprendre. Il aurait souhaité s'exprimer avec l'aisance de Julian ou même celle de Martin, mais là n'était pas son talent, malgré tous les efforts qu'il pouvait fournir.

Songeur, Enoch glissa son index à ses lèvres, le mordillant distraitement. A peine était-il arrivé qu'il prenait déjà conscience que ce moment devrait se finir, tôt ou tard, et ce n'était pas ce qu'il souhaitait. Il aurait voulu que cet instant soit éternel. Julian et Enoch. Sans le reste du monde.

Enoch se balança sur son siège, évacuant les mauvaises pensées. Il devait se concentrer sur le moment présent. C'était le plus important.

"J'étais trop crispé lors de ma dernière représentation. Père était mécontent. Mère l'était tout autant. J'espère mieux faire lors de ma prochaine prestation. Penses-tu pouvoir être-là, mon frère ?"

Il voulait rendre Julian fier. Fier de ce qu'il était en mesure d'accomplir. Et ce n'était pas en se laissant ronger par le stress et dépassé par l'environnement qui l'entourait qu'Enoch y parviendrait. Il lui faudrait peut-être recourir à son "remède magique" pour demeurer suffisamment détendu...

"Je pourrais jouer ta mélodie. C'est ma préférée."

Enfin, ce n'était plus un demi-sourire, mais un vrai, grand sourire qui s'étirait sur ses lèvres. Un sourire maladroit, un peu tremblant, mais qui témoignait de l'amour qu'il portait à son frère et à la musique.
©️ plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Enoch - Oh brother, I will hear you call! Empty
MessageSujet: Re: Enoch - Oh brother, I will hear you call! Enoch - Oh brother, I will hear you call! Icon_minitimeLun 26 Mar - 16:45

Le voilà qui arrivait. Son petit frère, Enoch, entrait dans le salon avant d’être suivit un peu plus tard par la domestique qui posa un plateau avec du thé et du dessert sur une table basse plus loin. En attendant, Julian restait assis sur son piano à jouer sa mélodie. Il se dirigeait rarement le premier vers son frère. Le connaissant, il n’aimait pas être toucher sauf d’une seule manière. Alors, il préférait le laisser venir et décider s’il avait envie d’un câlin et le laisser l’initier. Ainsi, cela évitait les malaises. Il attendit avec bienveillance que son paternel fasse le premier pas, le laissant s’imprégner de la musique tout d’abord. Il savait qu’Enoch avait un regard particulier avec la musique. Il semblait que la musique avait une « couleur » pour lui. S’était assez difficile à comprendre, mais il était très curieux de ce phénomène. Il voyait les choses si différemment des autres... S’en était passionnant de l’entendre en parler. Finalement, ce dernier prit la décision d’approcher et Julian se retrouva rapidement avec son cadet dans ses bras et il lui tapota le dos avec camaraderie. C’était étonnant à quel point il avait de la force! Cela lui rappelait son adolescence où il était tout maigre. Heureusement, la nature avait fait un bon travail et il était bien plus fort qu’avant, mais il aurait sûrement eu mal sous un câlin d’une telle force a cette époque. Aujourd’hui, il avait l’habitude et cette force ne l’étonnait plus.

Bonjour Enoch! Tu as aimé ma mélodie?

Son frère le reprit en lui disant qu’il devrait être plus détendu et qu’il devait se laisser porter par la musique. Il l’écouta avec une grande attention. Cela l’amusait beaucoup, a vrai dire, de se rendre compte que c’était au tour d’Enoch de lui apprendre des choses. Il lui avait montré les bases, mais son jeune frère étant bien meilleur, il avait toute la technique qu’il pouvait lui apprendre ainsi que des connaissances bien plus poussées qu’il n’avait pas à son âge. Certains auraient vu cela d’un mauvais œil, mais il était vraiment content pour son frère en le voyant si épanoui et talentueux. Il avait trouvé sa voie. Lui-même ne pourrait pas devenir pianiste professionnel, mais cela lui allait. Comme passe-temps, il aimait bien, mais il ne se voyait pas faire des concerts. Sa vrai passion était les causes sociales et l’écriture. Il aimait réfléchir. Chacun avait ses propres talents qu’il pouvait développer. Bref, il n’avait pas honte de suivre le conseil de son frère et il tenta de se détendre.

Merci beaucoup!  Cela est vrai que la mélodie est bien plus belle comme cela! Mon frère est un génie! , il dit avec un petit sourire.

Il le perdit bien vite en voyant la nervosité de son frère. Il bougeait sur son siège, mordillait son index... Quelque chose lui disait que quelque chose n’allait pas et effectivement, il finit par lui dire ce qui s’était passé. Encore la faute de leurs parents... Il les respectait comme le demandait les bonnes manières, mais il n’approuvait pas du tout leur comportement et cela l’attristait. A quoi cela allait servir de s’en prendre à Enoch? Il avait le talent de la musique. Suffisait juste de l’encourager. Le forcer ne serrait qu’un boulet de plus à son pied. Lui aussi, il avait les siens. Un boulet représentant le société, un autre l’héritage, un troisième étant son deuil, puis le dernier était son manque de temps. La vie avait, alors, plus de goûts et devenait de plus en plus lourde à portée plus les boulets s’accumulaient.

Bien sur, je serais là! Je ne manquerais jamais une telle invitation! Tu sais bien que j’aime ce que vous fais. Puis « ma chanson »... C’est ma préférée aussi. C’est tellement gentil de ta part. Elle est magnifique, vraiment! Tu n’a pas pensé à lui trouver un nom?

Elle en vaut peut-être une, mais avec ses problèmes et le fait que son frère la nommait« sa chanson », il avait l’habitude de lui donner ce titre aussi. Il eut un certain silence entre eux avec le piano et le bruit que faisaient les serviteurs qui travaillaient. L’ainé des Dormer hésitait à traiter d’un certain sujet.

- En parlant de... Père et mère... J’aimerais te dire quelque chose. Tu n’as jamais pensé te libérer de leur emprise? Tu es un homme maintenant. Ainsi, tu peux partir si tu veux ou tout simplement jouer si tu en a envie. Cela m’attriste beaucoup de les voir se servir de toi...


IRL :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Enoch - Oh brother, I will hear you call! Empty
MessageSujet: Re: Enoch - Oh brother, I will hear you call! Enoch - Oh brother, I will hear you call! Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Enoch - Oh brother, I will hear you call!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» On Streets We Call The Zoo
» There is a house in New Orleans they call the Rising Sun { pv La Fouine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Retour au XXIe siècle :: Archives :: RP Déchus-