EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12



 

Partagez

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
Jonathan R. A. Williams
Jonathan R. A. Williams

Admin
Âge : 31
Emploi : Pasteur à l'Église St Mary Matfelon
Informations : EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 1527542749-ezgif-com-resize-1
♦️ Ma Fiche de Présentation
♦️ Mes Liens
♦️ Mes Rps

♣️♣️♣️
Je n'aime pas me décrire...mais on me dit quelqu'un de gentil, tolérant envers beaucoup de choses; et il est vrai que le Seigneur m'aide à voir le bien dans le cœur de tous. Cependant, cette même capacité me rends aux yeux des gens très fanatique et naïf. Je n'avais jamais vu les choses sous cette angle, mais il faut croire que les gens ne voient en moi qu'un pasteur de pacotille. S'il y a une facette de moi que j'apprécie particulièrement, c'est le fait que je sois quelqu'un de très romantique ! Même si tout le monde préfère dire que je suis quelqu'un de niais...mais ne croyez pas que je sois stupide, car il m'arrive d'être très fier et impulsif. Je ne suis pas très courageux, mais je ferai toujours de mon mieux pour protéger les gens que j'aime, comme mon petit frère. J'ai aussi une profonde attirance pour les rousses. On me surnomme Quasimodo à cause de mon apparence quelque peu trapu -et certes poilu bien que blond, par opposition à la magnificence de mon frère.
Avatar : Ewan McGregor
Quartier Résidentiel : Whitechapel
Messages : 240
Date d'inscription : 13/10/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeVen 31 Aoû - 23:48



Event n°3 – Howling Night

« Cette histoire va prendre fin au cimetière, comme toutes les histoires. »

Cimetière de Highgate, 16 avril 1892.

Le silence revint dans le cimetière, comme s’il ne l’avait jamais quitté. La détonation fut le point d’orgue d’un terrifiante tragédie. Devant ses yeux, la masse noire et informe de la Créature s’écroula dans une ultime secousse. Jonathan tint bon, tenant fermement son ami entre ses bras. Il entendait bien ses paroles fantomatiques, d’une voix cruellement blanche qu’il entendait à peine. Il était hors de question qu’il l’abandonne, ce n’était pas possible. Comment pouvait-il se laisser ainsi mourir, en ne pensant pas à sa famille avant tout ? Jonathan était presque choqué des paroles de Felix. Ce dernier déclarait que sa femme et lui avaient assez vécu et que le pasteur devait lui aussi se trouver femme et aller de l’avant. L’horloger était effectivement bien placé pour connaître les souffrances qu’il avait du endurer… mais des paroles d’un tel égoïsme le glacèrent au plus profond de lui-même.

S’avançant consciencieusement -afin de ne pas blesser davantage son ami, Jonathan sortit à la lumière spectrale. Il constata assez rapidement que Lucy n’avait pas été blessé par le coup de feu, et que son amie s’en sortait assez bien, même sonné. Rassuré, il continua de marcher vers l’entrée, dépassant la jeune femme noire qui avait donné plus tôt une étrange chose à manger au mourant, ainsi qu’une pâte sur son mollet. Quand il se fut éloigné suffisamment, Jonathan dit à son ami :

- Vivre pour les autres est un honneur, Felix. Je veux réussir à faire le bien autour de moi, et ce n’est que lorsque les gens que j’aide parviennent à s’en sortir que je me sens bien. Toi, tu as une femme qui t’aime profondément, des enfants qui ont encore besoin de leur père. Tu n’as pas le droit de décider à leurs places qu’ils ont assez profité de toi. Je te ramène chez vous et j’irai chercher David. Comme tu le dis si bien, moi aussi, j’ai encore besoin de mon ami… alors tu vas rester en vie, d’accord ?

Jonathan se moqua éperdument du cadavre abandonné d’Harper, sa dernière transformation ne lui arrachant à peine un haussement de sourcil. C’était la fin du cauchemar, c’était tout ce qui importait. Que les autres, ceux qui l’avaient combattu, se partagent la récompense de l’honneur. Jonathan voulait juste rentrer chez lui, et sauver son ami. Quand les hommes lui bloquèrent le chemin, et que ce grand énergumène se posa devant eux avec des paroles grandiloquentes, le pasteur poussa un profond soupir. Quel bel affaire… c’était exactement ce qu’il comptait faire, rentrer chez lui et oublier tout ce qu’il venait de se passer. Ses ouailles n’avaient en aucun cas besoin qu’on vienne leur compter fleurette de créatures démoniaques poussant comme du chienlit dans les cimetières. Les ridicules rumeurs de vampire avaient déjà fait assez de mal -il savait pourquoi à présent. Mais le peuple avait des préoccupations autre. Jonathan se chargerait de les guider, et laisserait cette nuit se transformer en un ancien cauchemar immatériel. Il n’avait miraculeusement aucune blessure, absolument rien qui puisse lui rappeler cette épreuve à travers le physique d’une cicatrice. Pourquoi avait-il été épargné dans cette mascarade ? Il serra les dents, cherchant à se cacher l’évidence : de la chance, et une capacité hors du commun à rester en retrait, en suspens, en arrière ligne où tout va bien.

Quand les hommes de ce nouveau Renfield partir, Jonathan prit l’opportunité à bras le corps. A quoi bon partir dans les grands cris, de voir avec autant de clarté que le gouvernement -ou du moins une partie reculée de la noblesse, semblait en lien avec tous ces étranges évènements ? Jonathan ne les avait jamais véritablement porté dans son coeur, préférant la sobriété et l’humilité de ses croyances. D’un pas lent mais décidé, le pasteur passa à côté de Lucy. A cette dernière, il offrit un regard contrit, presque peiné. Elle avait risqué sa vie sans se soucier de ce qui aurait pu lui arriver, sans se soucier de ce que sa possible perte aurait pu causé au pasteur. Comme Felix, elle avait fait preuve d’un certain égoïsme. A moins que cela ne fut le courage de dévouer sa vie à sauver une autre. L’horloger avait effectivement obtenu ses blessures en tentant de sauver la vie de quelqu’un. Jonathan, lui, était resté en retrait et avait gueulé contre tout ceux qui lui demandait de venir en secours au noble Home Secretary, coupable quelque part de tout ceci. Sans l’ombre d’un sourire, le pasteur détourna le regard, et disparut à travers le portail du cimetière, prêt à quitter ce cauchemar pour toujours.

[Jonathan quitte l'Event.]

©️ plumyts 2016


i won't say i am in love
"Lune. Avant, que le jour ne vienne. ✻ Entends, rugir le coeur de la bête humaine. C'est la complainte de Quasimodo qui pleure, sa détresse folle, sa voix, par monts et par vaux s'envole, pour arriver jusqu'à toi. Lune, veille sur ce monde étrange qui mêle sa voix au chœur des anges."
Revenir en haut Aller en bas
Felix J. Adler
Felix J. Adler

Admin
Âge : 33
Emploi : Horloger Royal.
Informations : Souffre d'un autisme d'Asperger • Dyslexique • Est obsédé par son métier • Rêve de travailler sur l'horloge de Big Ben. • Insomniaque. • Parle peu • Se sent mal à l'aise dans une foule • A quelques bases d'Allemand et de Français • A le corps glacé et est d'une pâleur à faire peur • Origines Juives • Possède une Pamphobeteus Platyomma mâle pour animal de compagnie • Est le mari d'Amy S. Adler.
Avatar : Johnny Depp
Quartier Résidentiel : Lambeth.
Messages : 3699
Date d'inscription : 14/09/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeSam 1 Sep - 0:36



Event n°3 – Howling Night

« DEAD MEN TELL NO TALES. »

Cimetière de Highgate, 16 avril 1892.

Felix était toujours dans les bras de Jonathan, ne pouvant de toute façon plus faire grand-chose d’autre. Aucun de ses muscles ne réagissait, il n’était qu’un esprit plus ou moins lucide dans une coquille brisée et paralysée par la fatigue et la perte de sang. Il avait à peine entendu le coup de feu, comprenant à peine ce qu’il se passait autour de lui. Il avait cette désagréable sensation de glisser lentement vers la mort, et cette idée l’effraya au plus haut point. La peur de périr faisait partie des nombreuses phobies de l’horloger et pour rien au monde il voulait savoir ce qui se passerait après. Et pourtant, le décès était un acte qui attendait chacun, que ce soit la volonté du destin ou le travail inéluctable et immuable du Temps, dont tout était la proie. Cependant, lui qui avait donné sa vie pour mesurer cette dimension imperceptible et unique, il avait espéré en avoir un peu plus à passer auprès d’Amy. Il ne lâcherait pourtant pas l’affaire. Il avait déjà tout donné une fois pour la retrouver, même s’il avait failli y risquer sa vie. Là, il souhaitait juste la retrouver même s’il n’avait pas fait le don de son existence pour elle, il l’avait fait pour son père biologique.

Il aperçut d’ailleurs ce dernier, vivant dans les bras du Lord Renfield. Une partie de lui fut soulagée. Son stupide sacrifice n’aurait pas été vain, s’il venait à ne pas s’en sortir. Il eut un petit soupir qui ressemblait presque à un dernier souffle, l’esprit en paix. Mais Felix était toujours vivant dans ces minutes-ci. Il vit une ombre se dresser au-dessus des bras de Jonathan et reconnut Callisto qui lui parlait vaguement, au loin. Le ton de la voix de la jeune femme était autoritaire et ferme, le reprenant certainement sur des mots qu’il n’aurait pas dû dire. Elle déchira la jambe de son pantalon et l’horloger put alors sentir le vent frais de la nuit sur sa blessure à vif. Il n’était pas très à l’aise en sentant toutes ses mains étrangères se promener sur son corps en général, mais il savait qu’il devait restreindre ce genre d’agacement et de gêne, surtout dans la situation actuelle. Il ne pouvait de toute façon, pas faire grand-chose d’autres que subir. Il lui tardait réellement d’être de retour chez lui et de profiter du confort de son lit où il ne parvenait pourtant pas à fermer l’œil.

Callisto lui enfonça une sorte de pâte dans la bouche. Il trouva l’aliment très insipide mais il n’eut pas d’autre choix que de l’avaler, même si cela fut plus compliqué que prévu. Il n’avait cependant même plus la force de dire merci, ce fut pour cela qu’il ferma quasiment les yeux, ne laissant qu’un faible entrebâillement par lequel il pouvait apercevoir les étoiles et la pleine lune. Il sentit Jonathan reprendre sa marche et l’entendit parler. L’horloger fit l’effort d’ouvrir ses oreilles pour comprendre ce que son ami disait. Entre temps, il tenta de trouver son frère du regard, savoir s’il se portait bien mais l’obscurité et sa vision brouillée ne lui permirent pas de reconnaître Harry. Jonathan, quant à lui, le sermonna sur les quelques paroles qu’il avait dites plus tôt, lui rappelant ses obligations familiales. Felix avait une nouvelle fois l’impression de s’être mal fait comprendre. Comme quoi, même aux portes de la Mort, il restait fidèle à lui-même dans son incapacité à dialoguer. Il resta plusieurs instants silencieux, laissant passer d’étranges personnes qu’il n’avait jamais vues auparavant mais à qui il ne pouvait pas prêter attention, avant de reprendre, une fois qu’ils furent éloignés :

— Je… Je ne compte pas… mourir, tu le sais… Je les aime… Si fort… Je ne veux pas mourir, Jonathan… Mais vu mon état, c’est… c’est une éventualité indéniable… Mais je ne veux… pas… je ne veux pas mourir…

Les derniers mots avaient eu du mal à sortir, si bien qu’il fit une grimace de fatigue. Il était exténué. Il ignorait combien de temps il allait dormir mais il espérait seulement que cela soit suffisamment bref pour n’inquiéter personne. Il n’osait même pas imaginer l’état de panique dans lequel serait Amy quand elle le verrait. C’était notamment pour cette raison que Felix se battait pour rester éveillé. Non seulement c’était dangereux pour lui, mais en plus, il voulait rassurer son épouse sur son état, même si son côté pessimiste lui disait qu’il avait perdu trop de sang et que s’en sortir allait s’annoncer compliqué. Mais il s’il devait y rester, il voulait voir une dernière fois le sourire d’Amy dans la chaleur de leur maison.

— Jo’… Ne… Ne m’amène pas à l’hôpital… Je veux… Je veux aller chez moi…

Cela sonnait peut-être complètement irréfléchies comme paroles puisqu’il manquerait forcément du matériel pour l’opérer convenablement mais il interprétait cela un peu comme une sorte de dernière volonté.

— Et pense à toi… un peu… Quelque part… Cette situation… C’est un peu la vie en général… Une allégorie... Les autres sont des fardeaux qu’on… qu’on doit porter… Il faut trouver… celui ou celle… qui soit prêt à traîner les boulets que nous sommes…

L’esprit de Felix commençait à divaguer complètement mais peut-être que cela le rendait plus lucide sur certains sujets. Il eut un doux soupir, luttant pour garder les yeux entrouverts.

[Felix est emmené se faire soigner et quitte ainsi l’event.]
©️ plumyts 2016



       
Revenir en haut Aller en bas
Devlin Stanton
Devlin Stanton

Âge : 35
Emploi : Détective / Gentleman-Cambrioleur / Chasseur de créatures surnaturelles.
Informations : -1m75 (5’’74), 73 kg (167 lbs)
-Yeux ambre
-Détective depuis 11 ans. plus par passion et goût du défi que pour en vivre.
-Est devenu gentleman-cambrioleur, laissant sur les lieux de ses forfaits une carte: un valet de cœur, ce qui lui vaut le surnom, par les journaux, de "Jack of Heart" ("Valet de Cœur" en anglais.)
-A créé, avec Lydess Hentswig et Katherina Romanov, la Fondation Luna, un groupe de gens qui affrontent les dangers surnaturels.
La Fondation recrute de nouveaux protecteurs ayant assez de courage pour affronter l'inconnu.

-Jamais marié, aucune descendance... du moins, connue.
-Possède un Doberman nommé Athos dont il ne se sépare jamais.
-Asocial et légèrement misogyne en apparence. En réalité, égalitaire.
-Pratique la lecture labiale
-Est devenu le tuteur de Joséphine par la force des choses.
-Fume la pipe uniquement en soirée, la porte à la bouche non allumée pour réfléchir.
-Excellent tireur et virtuose du combat à mains nues, alliant boxe, savate et techniques de lutte. manie aussi la canne de combat et la rapière.
-Musculature fine mais très dense et efficace, doté d'une force insoupçonnable pour son gabarit et d'une grande résistance aux coups.
-Très discret, marche toujours sans faire de bruit et sait observer sans être repéré.
-Siffleur musical de talent et bon chanteur. A une ouïe bien entrainée.

<> Fiche de personnage

<> Fiche de liens

<> Fiche de Rp

Avatar : Robert Downey Jr
Quartier Résidentiel : The Strand
Messages : 1020
Date d'inscription : 26/11/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeLun 3 Sep - 1:07



Event: Howling Night

Dans les cieux… l'astre luit…

Cimetière Highgate, 1892

La bête était inerte, debout... immobile.
Malgré l'ordre intimé par Alyson, logique, normal, Devlin ne rechargea pas l'arme.
D'une voix un peu étranglée, mais rassurante, il se contenta d'un simple :
-C'est fini !

Sa main soutenant l'arme se fit moins tension, afin que la jeune femme comprenne que leur ennemi surnaturel, monstrueux, avait enfin décidé de rejoindre ses pères.
La silhouette s'effondra au sol et fut traversée de convulsions étranges, immondes.
Le monstre désormais mort rendait son apparence première à celui dont elle s'était appropriée le corps, ambassadeur effroyable de la bestialité humaine poussée au delà des limites du soutenable.

-Alors, Miss Dale ? Suis-je toujours sénile ?

Demanda-t-il, son espièglerie naturelle reprenant le dessus, même si derrière la plaisanterie, il espérait que cette mésaventure ne l’ait pas trop choquée.
Il allait enchainer lorsqu'il fut interrompu par une forme qui vint près d'eux, à demi distincte dans la brume.
Loban ?
Il portait Andrew Renfield... euh, non... Downcry!... et les regardait avec un air... que Devlin n'avait jamais vu.
Estomaqué par la sollicitude du jeune homme, sa politesse, son sourire, le détective ne su quoi répondre à la demande et regarda dans toutes les directions, rapidement, comme s'il essayait de voir s'il ne rêvait pas, décontenancé.
Il s’etait mâtiné de plaisanterie et lui faisait une blague? C’et Réussi!
-Euh... ben... C'est-à-dire que... Vous êtes sûr... d'aller bien, Renfield ?

Le changement était radical. Ce Loban-là n'était pas l'excité énervé que Stanton avait l'habitude de côtoyer.
C'était très... perturbant !
Tellement surpris qu'il ne réalisait pas que si sa main qui aidait la visée avait lâché, celle qui soutenait la taille de la jeune femme était restée en place.

Il la retira dans un « Désolé ! » un peu gêné quand il s'en rendit compte avant de regarder autour de lui pour se situer, presque sans vraiment être conscient. Il ne réalisait pas... il n'arrivait à admettre.

-A 40 mètres dans cette direction, il y a un sac en toile près d'un noisetier. Il y a des scones, des biscuits aux pommes et 2 gourdes de thé frais. Ca devrait faire l'affaire...

Il était toujours sidéré par la situation. Les yeux ronds comme des billes, incapable de fermer la bouche tant l'ambiance était incongrue, il ne savait quoi dire face à ce Loban... inimaginable.
Le coup reçu ? Peu probable: Devlin en avait pris 2 et était toujours inchangé... « Hélas », diraient certains... une remise en question? Cela était plus probable.
-A croire que tuer cette chose était un tort !

Il se leva et s'apprêta à tendre la main à Alyson pour l'aider quand un nouveau venu arriva.

Toute cette arrogance ! Tout ce discours de sale type se prenant pour un dur à cuire juste parce qu'il avait l'avantage de la forme physique et du nombre. Devlin détestait cela. Toute cette suffisance tellement caractéristique.

-Un monologue ! Encore un gars qui nous sert un monologue sur le secret ! Ca ne vous rappelle rien ? La Patte de Lapin... Les monologues ne vous épuisent pas, vous? Restez-là, je vous prie.

Boitant, épuisé, il se dirigea vers le nouveau venu et se planta devant lui, le ton très gentleman malgré les circonstances.
-Dites, Renfield... Par pitié, ne me faites pas, vous aussi, le coup du « Lord Renfield ! », c'est fatigant !
Donc... Renfield... Je vais vous appeler "Renfield II", ça m'évitera de confondre, même si ça fait pape! Si vous voulez un loup-garou, évitez de piquer dans l'assiette des voisins et allez le chasser vous-même.
Maintenant, si vous arrêtiez de nous faire votre laïus de grand maître du monde sur le retour et nous disiez ce que vous avez à voir dans cette affaire, ainsi que les raisons de votre aimable présence, Messire.


Impertinent et à contre-courant, ces mots définissaient parfaitement le détective du Strand.
Son regard se planta dans celui de l'homme qui lui faisait face, sans aucune peur. Chaque victoire le rendait plus fort, chaque défaite plus hargneux.
Devlin était faible, certes, mais pas dans sa tête. Déterminé, il examinait son interlocuteur sous toutes les coutures tandis qu'un sourire narquois se dessinait sur son visage.
Mais derrière ce visage détendu, l'homme était vigilant.


©️ plumyts 2016


Night is my home!
Jack of Heart

Revenir en haut Aller en bas
Lucy E. Wood
Lucy E. Wood

Âge : 25
Emploi : Fille de joie
Avatar : Eleanor Tomlinson
Messages : 463
Date d'inscription : 15/02/2017

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeJeu 6 Sep - 14:09



Event n°3 – Howling Night

« Avril 1892 »

Cimetière de Highgate

Lucy avait bien entendu l’appel désespéré du pasteur. Mais il était trop tard. Jonathan ne la ferait plus reculer désormais, d’autant plus que, lorsque le cri déchira le voile d’horreur recouvrant le cimetière, la prostituée se trouvait déjà à genoux près de sa cadette semi-consciente. Les paupières lourdes de somnolence s’ouvraient lentement sur le cauchemar que l’esprit d’Indianna avait quitté en sombrant dans les affres de l’évanouissement. Le réveil, brutal, semblait rude, si bien que la jeune fille demanda si la Bête était morte. Dans le regard sinistre et affolé de Lucy, dans son hochement de tête presque imperceptible, son amie dut comprendre que non. Mais, sous cette ombre éthérée et fantomatique qui peinait à reprendre ses esprits, la véritable Indianna ressurgissait. Et cette petite boule d’énergie, au courage inné, confinant à l’inconscience, pouvait parfois se révéler déroutant. Aussi lorsqu’elle tâcha d’affirmer le ton de sa voix, tout en conservant son équilibre précaire, pour déclarer à la fille de joie qu’il fallait qu’elles, blessées, minces et mal nourries, restent pour aider des hommes, des gens armés et bien nourris contre cette bête, Lucy faillit lui hurler dessus. Ce fut d’une voix paniquée mais égale qu’elle lui répondit, presque scandalisée :

- Es-tu folle ? Tu as vu ton état ? Nous ne pouvons rien faire…Tu ne tiens pas debout, et moi je n’ai rien pour nous défendre !! Ils sont armés, partons !!

Lucy affermissait la prise de son bras autour de la taille de sa jeune amie, comme appuyer ses propos. Il était inconscient, idiot et inutile qu’elles restent pour aider des personnes plus fortes qu’elles. D’ailleurs, qu’auraient-elles bien pu faire de concret ? La fille de joie s’apprêtait à faire un pas, lorsque la terre trembla sous ses pieds. Chancelante, appréhendant une nouvelle horreur, elle se retourna. La bête, féroce, monstrueuse, tombait enfin. Le dernier tir avait enfin vaincu l’immonde créature que l’on avait crue invincible. Et elle sombrait enfin, gisante sur l’asphalte, dans sa laideur de monstre, dans l’horreur de la mort qui défigurait un peu plus encore les traits bestiaux. Ce trépas salvateur sembla sonner le glas de la nuit, de l’horreur du temps qui s’était figé dans une atmosphère de cauchemar ou rien d’autre ne bougeait que les protagonistes. Lucy sentit le vent ébouriffer une mèche de ses cheveux roux. Les échos de la cité grouillante, lointains, parvenaient à ses oreilles, comme le souvenir nostalgique d’un monde qu’elle aurait quitté des années plus tôt. La fille de joie laissa donc le temps à Indianna de reprendre ses esprits. La chose était bel et bien morte, le danger n’était plus imminent. De plus, Lucy ressentait une grande fatigue. Elle s’apprêtait à rassurer sa cadette en lui apprenant la mort de la Bête, lorsqu’elle aperçut, à l’entrée du cimetière, un étrange groupe d’hommes. Leur élégance froide, en harmonie avec le masque glacé de leur visage, avait quelque chose d’inquiétant. Avant même que le cerveau embrumé de cauchemar de la prostituée n’ait pu avoir une quelconque réaction devant cette apparition, un homme se détacha du lot, s’avançant vers la petite foule de protagonistes qui avaient survécu à l’horreur. Ses mains délicatement gantées applaudirent et sa voix glaciale s’éleva, ironique et acerbe. Il paraissait être le maître de ce qui avait été un jeu sordide, dans lequel la bête hideuse n’avait été qu’un pantin et eux tous des proies potentielles ayant servi au divertissement de ce petit groupe d’hommes étranges. Comme dans un rêve, rendue imbécile par la consternation, la peur et la fatigue, Lucy les regarda sans rien dire disposer le cadavre de la Bête sur un brancard et disparaître. Seul restait le premier homme, celui qui semblait le maître. Il salua comme son cousin le jeune insolent, rendu amnésique par le choc de sa tête contre une pierre tombale. Il les invitait à partir. La fille de joie ne se fit pas prier. Elle eut un regard derrière elle. Callisto s’occupait de l’ami de Jonathan. A présent que la chose était morte, le pasteur ne risquait plus rien, et sa priorité était son ami grièvement blessé. Aussi Lucy raffermit sa prise autour de la taille d’Indianna, lui demandant si elle se sentait prête à marcher désormais. Puis, après le hochement positif de tête de sa cadette, la fille de joie répondit :

- D’accord, mais tu n’es pas en bon état, je vais te ramener chez toi. Allons-nous en.

Une ombre immense et vêtue de noir frôla Lucy à l’instant même où elle s’apprêtait à se diriger vers la sortie. La fille de joie leva les yeux et croisa le regard déçu et embrumé de chagrin de Jonathan. Lucy lui rendit la pareille. Car dans les yeux de la prostituée, on pouvait lire la désolation d’avoir causé de l’inquiétude au pasteur, auquel elle n’avait pas obéi. Mais surtout on lisait qu’elle n’avait pas eu le choix, et qu’elle l’aurait épargné sans hésiter si il y’avait eu une seconde option. Le regard fut bref, des obligations bien plus primaires aux sentiments étant à remplir d’urgence. L’ami de Jonathan avait besoin de soins rapides, tandis qu’Indianna menaçait de sombrer de nouveau dans l’évanouissement à chaque seconde. La préoccupation première de chacun était, à présent, de s’extirper de cet enfer sépulcral pour retrouver la vie normale, au sein de laquelle les créatures monstrueuses ne se retrouvaient que dans les pires cauchemars…

[Lucy quitte l’Event]


©️ plumyts 2016

Revenir en haut Aller en bas
Indianna Peters
Indianna Peters

Admin
Âge : 20
Emploi : Servante, fille à tout faire.
Informations : Se pense orpheline ➸ Es servante pour Miss Bolton au bordel depuis toujours ➸ Est en réalité la fille illégitime de M. Harrington. Mais ignore tout, évidement ➸ Est sous la protection de Miss Bolton pour une obscure raison, mais la considère comme une mère. Même si cette amour n'est pas réellement réciproque ➸ Travail très dure chaque jour, mais ne s'en plein jamais ➸ Ne sais pas lire mais tente d'apprendre seule ➸ Parle assez peu, mais écoute beaucoup ➸ Peu avoir un tempérament de feu. Pourtant la plupart du temps elle sera douce, agréable et serviable ➸ Malgré son corps de femme c'est une enfant qui à grandi trop vite ➸ Son plus grand plaisir, courrir dans les champs sous la pluie. Ce sentir libre et sans attache ➸ Est "amoureuse" d'un homme qu'elle ne connais pas an réalité ➸ Dessine parfois le soir à la lumière d'une bougie, quand Morphée lui refuse ses bras.
Avatar : Sophie Turner
Quartier Résidentiel : Londres
Messages : 480
Date d'inscription : 29/09/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeJeu 6 Sep - 18:09


Howling night
Les blessures d'Indianna étaient assez graves, du moins les conséquences de ses blessures. Cette tête trop lourde qui manquait de s'effondrer, qui peut-être s'effondraient par instants pour revenir à peine plus tard. À vrai dire elle semblait n'avoir que des flashs. Se laissant porter par Lucy. Sa férocité, son courage inconscient la poussait à vouloir revenir en arrière, aider ceux qui n'en avaient visiblement plus besoin. Mais Lucy avait raison, elles devaient partir, elles n'étaient plus en état. Lucy, déjà de sa jambe blessée portait la plus jeune à bout de forces. Indianna tentait pourtant de reprendre la vigueur, mais ses forces l’abandonnaient au fur et à mesure de chacun de leurs pas. Rentrée, la ramener chez elle... C'étaient les mots de Lucy... D'accord... Non pas d'accord. Pas chez Bolton... Et pourtant elle n'avait pas le choix. Du bout de ses lèvres, Indianna indiqua alors la maisonnée qui lui offrait un toit. Et avec difficultés, mais empressement les deux filles quittèrent le cimetière. Une ombre passa, des gens quittaient eux aussi l'endroit infernal. Laissant derrière eux le chaos de cette soirée. Si les deux peurs des deux rousses battaient à l'unisson avaient plus de calmes à présent, leur regard toujours en arrière, de peur d'être suivi par une de ses choses. Mais c'est sans trop de mal qu'elles réussir à attendre la maisonnée Bolton, qui leur offraient pour la nuit au moins un refuge, à tous deux. Protéger par la bonté d'âme de Bolton, qui comme rarement avait fait preuve de matérialisme envers les deux femmes pour leur porter les soins nécessaires à leur remise en forme.

[Indy quitte également l’événement. Merci coeur C'était génial]
285 mots ⊰ Gif by Tumblr, fiche by Summers



EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 N6gn
Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 25
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeDim 9 Sep - 10:47



Event n°3 – Howling Night

« BIRDS ARE SILENT FOR THE NIGHT. »

Cimetière de Highgate, 16 avril 1892.

L’amnésique se tenait toujours proche du couple qui était parvenu à abattre le monstre. Il ne savait pas quel artifice ils y étaient parvenus mais les faits étaient là : la bête était morte et personne n’allait la pleurer. Ceux qui étaient blessés étaient entre de bonnes mains et le prétendu Wolfgang tenait toujours le doyen entre ses bras, se demandant s’il ne devait pas partir comme les autres pour trouver du secours plus compétent que lui-même. Il ignorait où il se trouvait exactement, dans quel cimetière et, par conséquent, où se trouvait l’hôpital le plus proche. Il ignorait aussi si le blessé qu’il tenait avait besoin de soins immédiatement ou si son état était beaucoup plus stable que l’homme au teint pâle qui semblait se vider de son sang ou encore que celui de la jeune rousse qui s’était retrouvée nez à nez avec la gueule du monstre. Par ailleurs, ce dernier semblait avoir pris forme humaine dans son agonie, chose que Wolfgang eut du mal à croire. Cette chose était humaine…? Comment cela était-il possible ? Son amnésie dont il était conscient lui avait-elle fait oublier ce genre de choses ? Que les créatures folkloriques existaient réellement ?

L’homme au visage familier à qui il avait demandé de l’eau lui demanda si tout allait bien, visiblement très perturbé par le comportement de l’amnésique. Ne sachant trop quoi en penser, surtout qu’on venait de l’appeler une nouvelle fois Renfield. Wolfgang ne sut s’il devait accepter le fait que les gens semblaient mieux savoir son nom de famille que lui ou si tout le monde le confondait avec quelqu’un d’autre. Néanmoins, l’homme familier lui indiqua où l’amnésique pouvait trouver de l’eau pour son blessé. Cela lui semblait assez loin, mine de rien, surtout si cela était perdu dans les broussailles du cimetière avec une luminosité si faible, malgré la lumière de la pleine Lune. Mais il tenait à remercier celui qui l’avait répondu d’un geste de tête humble, toujours avec un sourire poli. Son front, cependant, lui faisait vraiment mal et il se demandait s’il ne devait pas chercher quelque chose de frais à se mettre dessus afin d’éviter une bosse trop importante. Mais la santé de quinquagénaire dans ses bras l’importait étrangement plus. Lui n’avait plus que mal, les nausées s’étant estompées depuis qu’on avait arrêté de le frapper. L’autre homme semblait avoir plus ou moins perdu connaissance entre temps.

Mais au moment où Wolfgang voulait s’avancer pour tenter de trouver le fameux sac dont on lui avait parlé, des hommes débarquèrent dans le cimetière avant de prendre le cadavre du monstre et de le mettre sur une civière. L’amnésique préféra rester là où il était, ne voulant pas attirer l’attention sur lui face à cette entrée en scène assez improbable. Tout le monde laissa le leader du groupe d’inconnus s’exprimer, comme si tout cela n’avait été qu’une mascarade habilement préparée. Puis on s’adressa à lui et le chef prétendit être son cousin. Wolfgang ne dit rien sur le moment, ne bougea pas non plus, surtout quand l’homme annonça s’appeler Renfield aussi. L’amnésique soupira, conscient que quelque chose lui échappait vraiment. Puis, ce fut celui qui lui avait indiqué le sac qui s’avança courageusement vers Raynard, lui tenant tête et se moquant de lui. Lui, ne put qu’assister à la scène sans rien dire, repositionnant le quinquagénaire dans ses bras qui avait légèrement glissé entre temps. Il se sentait incroyablement étranger à tout ceci, ne comprenant rien à ce qu’il se passait. Il voulait aider, être utile, mais se sentait complètement désemparé par la situation, ne sachant pas ce qu’il faisait ici et pourquoi il semblait tant y être impliqué. Impuissant, il chercha vainement à capter le regard de quelqu’un qui pourrait l’aider, passant par la compagne (épouse ?) de l’homme qui tenait au vrai Renfield ou encore par le grand gringalet au regard déterminé.
©️ plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Harry J. Downcry
Harry J. Downcry

Admin
Âge : 33
Emploi : Vétérinaire
Avatar : David Tennant
Quartier Résidentiel : Whitechapel
Messages : 376
Date d'inscription : 27/09/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeJeu 13 Sep - 13:36



Event n°3 – Howling Night

« La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. » - Jules Renard

Cimetière de Highgate, 16 avril 1892.

Un instant, et il crut que tout était fini. Il pouvait sentir l’haleine chaude et sanguinolente de la Créature, tout contre son visage. Plus que quelques secondes, et tout serait fini. La lenteur triste d’une vie monotone,  qui disparaîtrait comme une virgule dans l’existence de tant de gens. Harry le savait bien, il ne resterait pas longtemps dans les esprits. On se souviendrait principalement de lui pour ses excentricités, mais son être lui, ne valait rien. Sa vie se finirait ici, et peut-être les autres trouveront le temps de s’enfuir pendant que ses chairs se feraient déchiqueter par la force herculéenne de ces terribles mâchoires acérés. Une partie de lui priait intérieurement, pour que quelqu’un le sauve, pour que Devlin parvienne à le rejoindre et à détruire ce démon. Il pria jusqu’à la dernière seconde.

Finalement, ces prières furent écoutés. Ce fut un coup violent qui siffla dans son oreille, le rendant à moitié sourd de celle-ci, pendant quelques minutes, brûlant légèrement son cou. La balle pénétra le coeur du loup-garou et celui-ci s’étendit sur le sol, raide mort. Sous le choc, et ne croyant pas à sa chance, Harry resta immobile, sans bouger. Il observait l’ultime transformation de ce monstre avec le regard vide et sombre d’un exécuteur. Effectivement, tout était fini. Tout le monde allait pouvoir partir se soigner, dont son père, son frère, ses connaissances. Au loin, des jeunes femmes commençaient déjà à partir vers le portail. Il vit rapidement que Jonathan portait Felix, ce qui le soulagea dans ses craintes. Lui restait immobile, comme mélancolique de ces stupides événements traumatiques. Le vétérinaire finit pourtant aussi par remarquer le groupe d’hommes en noir qui venaient récupérer le cadavre humain sur une civière. Tout faisait sens, mais Harry s’en moquait. A quoi bon jouer dans la cour des grands, tout ceci les dépassait. S’il avait préféré faire le vétérinaire dans un coin paumé de Whitechapel, ce n’était pas pour soudainement se faire le chevalier servant d’une noble cause, à se battre contre les organisations bien trop riches et bien trop puissantes. Il faudrait bien des arguments pour le convaincre de se lancer dans pareilles folies. Se cantonner aux petits crimes de la basse-ville, c’était bien plus facile.

Devlin se précipita sur l’homme, se moqua de son monologue qu’Harry n’avait écouté que d’une oreille discrète. Tenant toujours l’arme dans sa main, le vétérinaire se rendit compte qu’il pouvait rentrer chez lui. Il se retourna et marcha vers la blonde qu’il savait être du côté de Devlin. En tout cas, il s’en doutait. Quand il s’approcha, il remarqua qu’elle avait encore l’arme fumante dans la main. Etait-ce donc elle qui avait tiré, le sauvant ainsi d’une mort certaine ? Dans le doute, il lui confia la deuxième arme, vide celle-ci. Au pire, elle finirait bien par la donner à son compagnon d’infortune.

- Merci.

Fit-il avec sincérité, bien que d’une voix blanche qui laissait à désirer. Il observa Loban, qui ne semblait plus savoir où il en était, portant son père dans les bras. Tout le monde semblait s’occuper de tout à sa place, que pouvait-il faire de plus. Il posa une main sur l’avant bras de son père, le regardant tristement. Il était encore en vie, dieu merci. Mais un peu amoché. Peut-être comprendrait-il enfin ce qu’Harry avait tenté de lui dire, il y a un an. Triste qu’il ait fallu pareil monstruosité pour qu’il put le croire.

- Papa, je vais appeler quelqu’un, faire venir un cab, il faut qu’on te guide à l’hopital… vous voudrez bien m’aider Lord Renfield ? Je ne suis pas assez fort pour le soulever...

Faisant volte face, il se rapprocha à nouveau d’où le Renfield « II » et Devlin se jouaient une bataille des regards. Cela ne l’intéressait pas. Aussi fixa-t-il le détective avec des yeux désolés et un long soupir. Peut-être avait-il encore l’énergie à toutes ces conneries, mais ce n’était pas son cas. Aussi s’en alla-t-il, le dos légèrement courbé dans sa haute stature. Il appela rapidement un taxi trop curieux qui s’était rapproché en cette heure tardive de soirée, les cris l’avaient intrigué. Harry savait bien ce que c’était. Le cab se plaça devant le cimetière, bien que le cheval fut nerveux, et le conducteur peu rassuré également.

[Harry appelle un cab pour emmener son père à l’hopital et quitte l’Event.]
©️ plumyts 2016


Will you love me till it hurts?
Never leave me at my worst?

Break this cycle - Break this curse
We all get what we deserve
Tell me do I have your word?
Revenir en haut Aller en bas
Reine Victoria
Reine Victoria

Admin
Avatar : //
Messages : 157
Date d'inscription : 13/09/2016

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitimeJeu 13 Sep - 21:52



Event n°3 - Howling Night

« the rest of the dead will not be respected »

16 avril 1892.

La pleine lune, redevenue inoffensive, continue sa route au dessus de vos têtes sans se soucier le moins du monde de quoique ce soit. Le calme est revenu, et la grande majorité d’entre vous ont décidé de partir pour soigner leurs blessures. D’autres encore indécis s’interrogent devant le nouveau venu et ses paroles arrogantes. Un souffle d’air frais passe le long de vos membres ensuqués par le froid et la peur, l’adrénaline doucement descendant. Vous entendez les hennissements d’un cheval qui s’approche. Loin d’être la porte de sortie de votre étrange interlocuteur, il ne s’en intéresse pas le moins du monde. Le deuxième Renfield continue de vous fixer en souriant, se moquant bien de votre fuite précipité. Le conducteur du cab vous observe, inquiet. Il ne sait pas ce qu’il s’est passé, mais il a très envie de partir.

Cela ne semble pas être le cas de quelques uns d’entre vous. Quand le détective s’approche de Raynard, ce dernier ne se départ pas une seule seconde de son expression carnassière. Les moqueries sur son titre, sur son monologue, ne lui fient ni chaud ni froid. Il s’amuse même, et le regarde avec une certaine hauteur. L’usage de « Renfield II » passa pourtant un voile noir sur son regard, abaissant son sourire. Il reprend la parole, sa voix se fait plus cassante.

« Mmh, j’ai déjà entendu parler de vous. Stanton c’est ça ? Je pense que l’on peut se passer des titres, effectivement. Je sais que vous mourrez déjà d’envie de me tuer, mais ce n’est pas le moment. Alors vous allez ravaler votre fierté, car de toute façon vous ne gagnerez jamais. Mon maître y veillera, et vous êtes dans sa ligne de mire. Vous n’êtes qu’un pion, comme Jonathan Harker.


A ces derniers mots, il eut un mouvement de recul. En l'espace d'une seconde, un mouvement de bras de sa part déclenche une bourrasque de vent, dérangeant poussière et caillou jusque dans vos yeux. Quand vous pouvez enfin rouvrir les yeux, c'est une chauve-souris qui s'élève jusque dans le ciel... bientôt rejointe par une autre, plus grande. A nouveau, le silence.

Plus rien ni personne n’est à présent là pour vous retenir. Vous pouvez sereinement rentrer chez vous. Dès à présent, ceux n’ayant encore jamais vu pareil expérience savent que plus rien ne sera jamais pareil. Ceux qui ont déjà vécu cela, savent que quelque chose de plus grand encore se trame dans l’obscurité. Quelque chose dont vous ne pouvez pas parler, mais vous savez que cela éclatera au grand jour. Peut-être pas de votre fait, malheureusement.


Mais le plus important restera:
Vous avez Survécu.


- Fin de l'Event -
Merci d'avoir participé à ce deuxième Event organisé du Forum.

TRES IMPORTANT: Vos avis nous intéressent ! Répondez au sondage se trouvant le  Topic de Discussion dédié aux membres de l'Event qui vous est réservé [ICI], n'hésitez pas à nous formuler votre opinion de manière construite -ou non- à la suite de ce Topic.

• Nous espérons du fond du coeur que cet Event vous a plu ! coeur

©️ plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
http://taavt.forumactif.org
Contenu sponsorisé


EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: EVENT N°3 - HOWLING NIGHT EVENT N°3 - HOWLING NIGHT - Page 12 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

EVENT N°3 - HOWLING NIGHT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Sujets similaires

-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» Les upgrade event.
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]
» DESMOND » I got the need for speedin' on a hot night, pushing 150 just to get a rise
» EVENT Prideland — Héritage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: The Strand :: Cimetière de Highgate-