AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

the thief and the policeman - ft Jenny Smith [Fini.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Âge : 18
Emploi : Policier
Avatar : Richard Madden
Quartier Résidentiel : The Strand
Messages : 86
Date d'inscription : 18/06/2018

MessageSujet: Re: the thief and the policeman - ft Jenny Smith [Fini.] Mar 21 Aoû - 23:25



-Et moi j’suis pas une voleuse.

La réplique de la jeune fille, prononcée avec ironie, ayant pour but d’insinuer que Tobias était bien évidemment un pervers, ne fit pas réagir Tobias. Non, il n’en était pas un. Il n’était pas puceau, comme la jeune fille le pensait. Mais il n’était pas non plus le genre d’homme à tenter de violer une femme. De toute façon, il n’était pas attiré par les très jeunes filles. On pouvait même dire, qu’au contraire, la femme qu’il avait le plus aimé était plus âgée que lui. Et enfin, les garçons manqués n’étaient pas son genre. Mais, bien sûr, cette phrase n’était qu’une petite pique sans fondement lancée par la jeune voleuse.

-Z’avez bourlingué quoi avec les bâtons blancs pour filer dans leur camps ? C’t’une déformation profesionnelle d’me d’mander pour qui j’tourne mes roues ?
- Je n’étais déjà plus un hors la loi depuis un moment quand je suis devenu policier. Je travaillais comme ouvrier et puis, j’ai saisi une opportunité pour changer de vie, répondit il. Il fit une pause et répondit ensuite à la seconde question. Oui, sans doute. C’est une déformation professionnelle de refuser de me répondre ?

Lorsque la jeune fille fit soudainement cogner sa tête contre la table de bois, Tobias fut indéniablement surpris et une sorte d'inquiétude le traversa. Bien entendu, il comprit ce qu’elle tentait de faire. Il tâcha toutefois de garder la tête froide et de réfléchir rapidement à ce qu’il convenait de faire. Oh, le faire passer pour le méchant policier violent, cela ne risquait pas de marcher. Une fois au poste, tout le monde le croirait lui, et non elle. Il était cependant temps pour Tobias de montrer plus d’autorité. Pour la décontenancer à son tour, il réprima tout cri ou geste agressif et se contenta de rire légèrement en levant les yeux au ciel.

- Oh god, tu es complètement folle ma petite !


the thief and the policeman
jenny smith & tobias wright

Il s’approcha toujours aussi lentement et ramassa d’une seule main l’ensemble des bijoux sur la table pour les mettre dans sa poche. Une précaution. La jeune fille aurait moins envie de fuir sans son butin et se rendrait sans doute compte de son idiotie en voyant qu’il ne lui avait pas encore confisqué et qu’elle venait peut être de perdre une chance d’en revoir la couleur.

- Tu crois vraiment que cela va t’aider ?
, il émit à nouveau un léger rire. C’est ta parole contre la mienne, et la mienne vaut plus vu que je n’ai rien volé. Oh, et tu ne feras pas croire au tavernier que je suis un homme violent ma chère, ça non, crois moi ! Il sait que tu ne risques rien avec moi.

En effet, le tavernier avait eu la preuve de l’humanité du policier qu’était Tobias, de son professionnalisme et du soucis qu’il s’était fait concernant le traitement que recevait les deux prostituées hébergées en ces lieux.

- Je vais être très clair avec toi, maintenant. J’essayais de t’aider et je n’y gagne absolument rien mais tu commences à me faire perdre patience.

Son ton était devenu bien plus froid mais il n’estimait pas pour autant avoir besoin de crier pour se faire respecter.

- Si tu recommences ton cinéma, je sors de cette taverne avec toi. Un de mes collègues est de service à une rue d’ici et nous serons deux pour t’escorter jusqu’au poste. Une fois, là bas, je te laisse avec lui. C’est un bon petit bourgeois qui méprise les gens comme toi. Et, tu n’auras qu’à te démerder avec lui. Pour ça, je te souhaite bonne chance car ta comédie ne l’atteindra pas. Tu pourras jouer les innocentes comme tu voudras. Je crois qu’il déteste les femmes autant que les voleurs, sauf bien entendu celles avec qui il couche. Mais, libre à toi ! Tu commences sérieusement à me gonfler alors tant mieux si tu peux devenir le problème de quelqu’un d’autre, je n’insisterais pas davantage. Est-ce que c’est bien clair ? Un autre geste comme celui là, et tu n’es plus mon problème mais celui d’un autre. Libre à toi de choisir.

Tobias avait plongé son regard intransigeant dans les yeux de la jeune fille. Avant qu’elle ne puisse répondre, il anticipa :

- ET…épargne-moi ton baratin provocateur. Tu choisis de te tenir correctement ou tu choisis de continuer ton cinéma. Il n’y a pas d’autres réponses qui tiennent.

Ni d’autres piques d’estimer à éviter la question. Tobias ne la lâcha pas du regard, froid et attentif.

- Alors, qu’est ce que tu choisis ?


a child from a workhouse shouldn't be a cop
"You're young, Tobias. So why have you got this old man look in the eye ?".©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Emploi : Aucune d'officielle
Avatar : Maisie Williams
Messages : 405
Date d'inscription : 23/05/2017

MessageSujet: Re: the thief and the policeman - ft Jenny Smith [Fini.] Mer 22 Aoû - 23:03

Jenny Smith a écrit:


The thief and the policeman

« Voleur un jour, voleur toujours »


L’effet espéré ne se produisit nullement au grand désespoir de Jenny, et ce malgré tout son investissement d’actrice. Aucune folie de sa part, seulement l’implication du désespoir pour enlever cette immonde paire de menotte.
Le sinistre David continuait à désenchanter Jenny, à croire qu’il appréciait cela si ce n’étais pas son travail. Tout d’abord en ayant peu de surprise face à la tentative de retournement de l’adolescente, ensuite pour la précaution de reprendre les quelques bijoux, babioles et autre objets déposé sur la table, pour finir parce qu’il l’avais appelé « ma petite ».
Jenny n’appartenait à personne, encore moins à ce rustre, et n’appréciait vraiment pas qu’on la réduise par sa taille ou son âge.

Le ton froid qu’il avait pris ne faisait pas broncher la crocheteuse. Elle s’y habituais et n’étais plus à ça près, il pouvait continuer si cela lui faisait plaisir. Il avait beau donner la leçon, il ne pouvais décidément par comprendre la difficulté d’être à la fois une jeune personne et une femme tout en vivant à la rue, quand bien même il avait mis sur la table le risque de viol et de prostitution.
C’était mal connaître Jenny que de croire qu’elle se laisserait aussi facilement faire, ce n’étais pas comme si elle avait déjà découpé la virilité d’un rival sous le regard horrifié de la cartomancienne du Cirque récemment.
Il était même tout à l’honneur de Jenny de ne pas vouloir ce mode de vie, voyant même une part d’hypocrisie de la part de l’homme ayant oublié ce qu’était la rue. Aux yeux de Jenny, il en aurais fait bien davantage que de ne pas l’emmener au poste de police. De son point de vue, il se montrait trop injuste envers elle en tapant sur ce qu’il était autrefois.

A la dernière question du policier portant sur le choix de son comportement, elle aurai répondu dans le plus grand des plaisirs qu’elle ne pouvait aller à l’encontre de son caractère. A la place, quelques bruits se faisaient entendre dans la salle principal de la taverne.
L’homme et la fille pouvaient l’entendre sans grandes difficultés pendant que dans la continuité des bruits naissant, ces mêmes bruits s’intensifiaient davantage faisant entendre des éclats de voix.
Le gérant de la taverne arriva contre toutes attente dans la pièce où se déroulait la conversation. Il s’avéra qu’il avait besoin d’aide en sautant sur l’occasion qu’un policier était sous son toit.
En effet, les éclats de voix qui s’étaient fait entendre provenaient d’un client ayant abusé de la boisson une partie de la nuit, n’ayant probablement pas assez cuvé le restant de la vie nocturne.

Si ce David était si impliqué que ça dans son professionnalisme, il ne laisserais pas un balourd saccager la boutique d’un honnête londonien.
Jenny ne savais pas si elle avait devinée le comportement de l’homme mais la rentrée surprise du tavernier et sa demande l’avais dévié quelques instant du centre d’intérêt de cette matinée qu’était Jenny.
Profitant de ce rapide laps de temps et d’être encore sous les effets troublant de la rencontre table et tête, l’adolescente glissa de sa chaise pour prendre appuie sur ses jambes et se lancer vers l’avant en direction de la porte. Le sol peu propre lui griffonna brièvement les cuisses mais c’était fort peu payer contre ce que cet investissement allait apporter.

Il y avait en effet un homme titubant et au comportement assez énervé typique de l’abus d’alcool. Jenny sauta sur l’occasion pour renverser quelques chaises et en jeter une sur cet énergumène pour activer davantage de brutalité de sa part.
Elle ne se retourna cependant pas pour en avoir la confirmation, préférant se rapprocher de plus en plus vers la sortie et surtout vers la liberté.

Étrangement, elle eue assez de facilité à fuir, sa taille aidant mais dont elle ne reconnaîtra jamais l’existence. Après un long moment de fuite à toutes jambes, Jenny se posa à l’abri des regards et pensa à cette rencontre du jour.  Certes, elle avais perdue son vol mais savait à quoi s’attendre le jour où elle recroisera cet homme.
Elle croisa les doigts pour qu’il soit encore dans sa taverne à calmer l’homme saoul aussi longtemps que possible, cela lui fera de la paperasse pour l’occuper. Sa journée à lui ne sera pas perdu.
Cette pensée se dispersa dans les minutes qui suivirent. Allait-elle boire le verre qu’elle souhaitais avoir plus tôt ? Peut être bien que oui, il y a toujours moyen de s’en procurer au sein de la Tribu.


©️ plumyts 2016


Si vous êtes impliqués dans ma douleur, et que vous n'êtes pas effrayés, alors vous ne comprenez rien.
Pour votre bien, comprenez ceci : je suis Jenny. Je viens vous voler et jamais, jamais, je ne m'arrêterai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

the thief and the policeman - ft Jenny Smith [Fini.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Règle #1 - Ne jamais trahir son partenaire [JENNY]
» 02. Gay Thief, really?
» Willow Smith {OK}
» Jenny Davis
» John Smith, ça ne vous dit rien? {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: Whitechapel :: Quartiers Résidentiels Pauvres-