Encounter between respectable person [David & Diana]



 

Partagez

Encounter between respectable person [David & Diana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Diana O'Farrell
Diana O'Farrell

Âge : 22
Emploi : Dresseuse de lion au Cirque d'O'Farrell
Avatar : Krysten Ritter
Quartier Résidentiel : The Strand
Messages : 55
Date d'inscription : 31/07/2018

Encounter between respectable person [David & Diana] Empty
MessageSujet: Encounter between respectable person [David & Diana] Encounter between respectable person [David & Diana] Icon_minitimeMer 23 Jan - 11:58



encounter between respectable person

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation



Quel miséricorde cela était parfois d’être la fille de Owen O’Farrell.
Bien qu’il n’était pas donné à tout le monde d’être l’enfant unique de la figure emblématique d’une importante entreprise au sein d’une capitale, la face caché n’en était pas pour autant reluisante.
Pas que le mauvais caractère de l’homme était un mystère pour le commun des mortels, cependant, endosser le rôle de Diana était à double-tranchant.

En effet, cela lui permettait d’avoir un avenir professionnel tout tracé (bien que non choisis mais qui peux se plaindre d’avoir un emploi ainsi qu’une rentrée d’argent assuré à priori pour toute sa vie ? ) mais cela rattachait tout autant de temps à ce personnage que l’on pourrais facilement qualifier de sinistre.
Diana était aux premières loges pour cerner Owen, sachant au mieux comment le gérer avec des pincettes afin d’espérer obtenir de lui certaines « faveur », avec les retours de bâton que cela comportait.

Cela lui était toujours utile afin de diriger le Cirque, apprenant depuis sa plus petite enfance en quoi consistait la fonction de directeur, la triste affaire de l’administration, la satisfaction de voir l’argent rentrer dans les caisses et gérer avec plus ou moins de difficultés les emplois que générait tout ce petit monde.
Il était justement question de ce dernier point en ce moment dans la vie de Diana. Il lui avait été rapporté en début d’après-midi d’une journée, qui semblais aussi banale que tant d’autre jusqu’à ce moment, qu’un employé à peine plus âgé qu’elle s’était retrouvé en bien mauvaise posture.
Il s’était retrouvé en mauvaise posture lors de la préparation d’une activité physique quotidienne pour entretenir la santé des animaux : il s’était apparemment blessé de manière sérieuse à la main, un soucis d’envergure lorsqu’on en a besoin pour exercer un travail de longue haleine chaque jour de la semaine. Une histoire de corde mal attaché, un objet lourd tombant au mauvais endroit, Diana s’importait peu pour l’instant des détails puisque le mal était fait et qu’il était nécessaire d’agir pour préserver la qualité ainsi que la rapidité du travail dans son entreprise.
Une simple attelle n’aurais certainement pas été suffisante, de la morphine aurais été peut-être trop forte. Quand bien même Diana aurai pu trouver l’exactitude de la blessure, elle n’avais ni les outils ni les compétence pour prodiguer les moindres soins.

Il n’était pas étonnant Diana soit mise au courant de l’affaire la première, avant son propre père. Elle n’avais pas le dernier mot pour décider de la tâche à suivre dans ce genre de cas, mais il était de notoriété pratiquement publique qu’il fallait passer par elle pour transmettre les histoires importante au directeur.
Sans que cela veuille dire qu’elle était davantage appréciée que Owen, ni même qu’elle était une personne sociable cherchant à toute heure la compagnie de ses pairs, mais se montrait d’un certain point de vu plus efficace à défaut de se montrer humainement aimante. Qui sait ce que le patron aurait fait, il portait une telle réputation que les personnes travaillant pour lui ne se seraient pas étonnés à ce qu’il veuille couper directement la main du pauvre bougre.
Il est évident qu’il faut réduire les dépenses aux maximum pour obtenir le plus grand gain possible, réinvestir un minimum l’argent dans la promotions des spectacles, l’entretien du matériel et des artistes, les animaux, tout cela coûtait un bras. Cependant, Diana préférait prendre soin des gens qui travaillaient pour elle plutôt que d’en obtenir de nouveaux dont elle ne savait pas grand-chose et encourir le risque à terme d’avoir plus de perte en tout genre que de profit.
Bien que le fait d’engager de nouvelles personnes puisse être bénéfique, que Diana l’avais fait à d’extrême rares occasion (ce qui valu par ailleurs qu’un unique investissement qui perdure depuis quelques années en mettant en place l’alléchante promotion de la cartomancie), avec les années ainsi que l’expérience, la fille O’Farrell préféra faire le choix d’être conservatrice.

Après l’annonce de la mauvaise nouvelle de la journée, il s’était avéré comme prévu assez difficile mais grandement utile de faire accepter au directeur bourru un choix médical sain. Seul hic à la chose : que Diana participe financièrement au soin ainsi que le suivi de bon rétablissement de l’employé.
Heureusement encore que son père était grandement sobre lors de l’entretien que Diana avait avec lui, qui sait quel idée il aurai eu pour soigner à sa manière ou comme contre-partie dans laquelle sa fille aurai dû s’engager. Une chance également qu’elle puisse mettre un prénom sur le blessé, afin de donner de la consistance pour faire pencher la balance de son côté. Diana a toujours su garder en tête qu’elle a affaire à des humains, plus qu’à des objets remplaçable par d’autre.
C’est un point d’une grande importance à ses yeux, savoir prendre les bonnes choses ainsi que les mauvaises de l’Etre Humain afin de pouvoir utiliser chaque chose à son avantage, un simple détail aussi infime qu’un prénom étant déjà salutaire. Bien qu’il portait le prénom totalement commun de Jake, il aurai pu s’appeler de manière bien plus étrange comme certain vétérinaire aux goûts vestimentaire plus que douteux.

Mais soit, Diana acceptait de payer une partie des soins. Cela faisait partie des points ingrats de son rôle non pas d’adjointe au directeur mais de fille de Monsieur O’Farrell.
L’après midi était loin d’être terminé, elle avait entièrement le temps d’aller chercher de l’aide à l’hôpital. Diana décida de choisir le St Bartholomey’s Hospital pour avoir affaire à de vrais professionnels et pas à stupide arracheur de dent.
Afin de ne pas étendre trop longtemps la souffrance de ce pauvre Jake, Diana s’y rendit en calèche. A pied, cela aurai pris bien trop de temps en prenant en compte le chemin du retour, l’hospice se trouvant tout de même de l’autre côté de la Tamise.

L’entrevue imprévu avec un homme de médecine présageait de ne pas connaître de réel soucis, Diana partait confiante.

plumyts 2016


On est comme on nait, on vit quand même en espérant qu'au moins quelqu'un vous aime.
Revenir en haut Aller en bas
David P. A. Williams
David P. A. Williams

Admin
Âge : 30
Emploi : Chirurgien.
Informations : Est né en Écosse. • Vient d'une famille de petits bourgeois. • Son père est pasteur. • A été abusé par sa mère pendant plusieurs années. • Santé fragile. • A passé quelques semaines à l'asile à cause de son homosexualité. • A un très fort caractère. • Arrogant parfois. • Se drogue. • Fume occasionnellement. • A tenté de suicider. • En a conservé les cicatrices sur son avant-bras. • A des marques de piqûre au niveau du coude.
Avatar : James McAvoy
Quartier Résidentiel : City of London.
Messages : 80
Date d'inscription : 27/09/2016

Encounter between respectable person [David & Diana] Empty
MessageSujet: Re: Encounter between respectable person [David & Diana] Encounter between respectable person [David & Diana] Icon_minitimeVen 1 Nov - 12:26



Encounter Between Respectable Person

« Enough, Enough Now. »

St Bartholomew's Hospital, 1892.

La journée avait été longue et pénible. Entre les idiots qui ne comprenaient pas qu’avec l’hygiène qu’ils avaient, il était tout bonnement normal voire logique qu’ils aient des problèmes de santé. Mais allez raisonner des petits brigands du dimanche qui pensent pisser plus haut que tout le monde. David était en réalité très las de l’espèce humaine en général. Fort heureusement, il y avait quelques êtres d’exception dans sa vie qui égayaient ses semaines, l’empêchant dans une morosité totale. Tandis qu’il était en train de prescrire quelques médicaments à base de plante à une vieille dame souffrant soi-disant le martyr pour quelques problèmes de rhumatismes mineurs, il jeta un coup d’œil à l’horloge au-dessus de la porte et soupira. Le temps passait lentement ces derniers jours. En réalité, David s’ennuyait. Si dans sa jeunesse, il avait été mué d’une volonté certaine d’aider les gens, de sauver des vies, plus les semaines passaient, plus il avait envie de changer d’air. Pourtant, cela ne l’empêchait pas d’être compétent et rigoureux dans son travail. Mais clairement, aider le peuple en recousant leurs plaies ou amputer un membre gangréné ne l’intéressait plus. Ainsi attendait-il la fin de journée avec impatience. Avec un peu de chance, il n’aurait pas à rester jusqu’à pas d’heure à l’hôpital.

Il dit vaguement au revoir à sa patiente et sortit de son cabinet pour prendre l’air. Cependant, à peine avait-il pointé le bout de son nez à l’accueil que la secrétaire l’intercepta pour lui coller un nouveau cas, assez urgent visiblement, dans les bras. David regarda ses patients, un homme avec la main en sang et une jeune femme qui semblait tout aussi agacée que le chirurgien qui venait d’être interrompu dans sa pause. Avec un soupir, il indiqua la direction à prendre au blessé et à son accompagnatrice avant de leur emboîter le pas. Il tira le rideau, créant une sorte de salle de fortune avec une intimité discutable et invita l’homme à s’asseoir. Il n’avait guère envie de leur parler, guère envie de savoir d’où ils venaient tous les deux et comment il avait pu s’infliger une telle estafilade sur la main. Cependant, vu leurs vêtements et leur odeur, ils ne venaient clairement pas de Westminster. Si l’homme se montrait négligent, il pouvait perdre sa main. David sortit alors ses ustensiles et commença à rincer la plaie. Le silence n’était pas tellement agréable, aussi se forçat-il à entamer une conversation bateau :

— Comment s’est-il fait ceci ?

Il jeta un bref regard à la femme qui semblait plus distinguée que l’homme aux allures de roturier. Non pas qu’il faisait un jugement de valeur, mais il avait une certaine flemme de devoir traduire l’argot de la rue, aux accents écorchés et aux syllabes avalées. Ensuite, sa question n’était nullement impertinente mais au contraire pertinente : s’il s’était coupé avec du métal, le risque de tétanos était présent et plus grave dans ce cas-là. Ainsi, fallait-il désinfecter rapidement, si la blessure était fraiche. Cependant, il vit au sang coagulé autour de la plaie que cela faisait plusieurs dizaines de minutes que l’homme se promenait avec sa plaie à l’air.

— Cela fait combien de temps qu’il s’est blessé ? Vous avez fait quelque chose dessus ?

Des questions froides, sans convivialité. David n’était pas un homme joyeux devant les inconnus, surtout quand il avait envie de partir le plus rapidement possible et retourner chez lui ou aller voir Harry. Être complice n’était d’aucune utilité dans un moment pareil. Plus vite sa besogne serait terminée, plus vite il pourrait prendre enfin un peu d’air, loin de l’oxygène étouffé d’alcool fort et de maladie de l’hôpital. Cependant, en regardant plus attentivement la jeune femme, il semblait l’avoir déjà aperçue plusieurs fois rôder du côté de Whitechapel. Simple coïncidence probablement. Il suffisait qu’elle habite dans le quartier pour qu’il la croise, habitant à la bordure de la City et du quartier le plus insalubre de Londres. Il reporta donc son regard las et sans éclat sur la main de son patient.
© plumyts 2016



Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas

Encounter between respectable person [David & Diana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» David et Goliath [Riful]
» Iseult ~ We come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly”
» David Nolan | Charming

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: City of London :: St Bartholomew's Hospital-