« There's a bed for the boy and a rope for the father - Dagmar von Stierlitz »



 

Partagez

« There's a bed for the boy and a rope for the father - Dagmar von Stierlitz »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

« There's a bed for the boy and a rope for the father - Dagmar von Stierlitz » Empty
MessageSujet: « There's a bed for the boy and a rope for the father - Dagmar von Stierlitz » « There's a bed for the boy and a rope for the father - Dagmar von Stierlitz » Icon_minitimeJeu 25 Jan - 12:44



Dagmar von Stierlitz

« They're vermin as I said and worse »



FT. Aidan Turner
CARTE D'IDENTITÉ


Nom : von Stierlitz, bien que son vrai nom soit Steenwijk et qu'il en porte bien d'autres quand cela l'arrange.
Prénom(s) : Dagmar Immanuel aux yeux du monde, Ruben de naissance.
Âge : 31 ans.
Groupe : Bourgeoisie.

Nationalité : Allemand.
Lieu de naissance : Würzburg, Bavière, Empire Allemand; c'est ce qu'il dit. En réalité, il a vu le jour sur l'île de Java dans les Indes Néerlandaises.
Date de naissance : 15 juillet 1861.
Situation Civile : Célibataire.
Religion : Athée.
Orientation Sexuelle : «Expérimental»
Profession : Diplomate.
Quartier Résidentiel : Westminster.
Activités Illicites : Auriez-vous quelque soupçon ?
Escroquerie
Faux et usage de faux
Délit de fuite
Homosexualité
Meurtre
Détournement de fonds

Jolie petite histoire...

Mensonge. Tout n'est qu'exécrable, habile et absolu mensonge. Si c'est une mise au clair que vous êtes venus chercher, vous pouvez tout aussi bien passer votre chemin. Il n'y a pas plus sombre, plus confuse et plus malsaine situation que celle dans laquelle se retrouve aujourd'hui cet homme aussi épique que damné. Je ne l'adresserai pas en tant que «Dagmar von Stierlitz», puisque ce n'est pas son nom.
Au lieu de cela, laissez-moi plutôt vous raconter l'histoire de Ruben Steenwijk.


La famille Steenwijk était composée de colons installés aux Indes Néerlandaises dans la première moitié de notre siècle -prospère et aux milles ambitions. Le plan était d'étendre le royaume, faire jaillir l'étincelle des cendres de braise. Concurrencer les puissances mondiales en les soumettant à l'influence d'une nation qui, si longtemps mise de côté, n'a fait que se préparer pour sa fatale ascension.
C'est pour servir la glorieuse couronne de la Hollande que l'on avait envoyé Maarten Steenwijk sur l'île de Java. Maarten était un mercenaire aussi infortuné qu'immoral, et s'y est drastiquement chargé d'éduquer, convertir et exterminer les indigènes, aussi simplement que cela paraît. Ceux qui refusaient de parler la langue et de prier le bon Dieu se voyaient brûlés, calcinés jusqu'au dernier. Telle est la loi du Seigneur -c'est la loi du Roi et celle du plus fort. Une véritable jungle où l'homme blanc est le prédateur et son sang, aussi rouge que bleu, n'est versé que si gicle celui de ces infâmes sauvages.
Les Steenwijk eurent cinq enfants, trois desquels sont morts en bas âge -n'ayant résisté ni au climat, ni aux maladies courant dans le pacifique-. Les deux restants, respectivement nommés Piet et Ruben, ne sont pas restés frères bien longtemps. Si Piet connut un sort presque aussi tragique que celui des enfants locaux, Ruben fut indéniablement l'erreur de son père et la perte de sa mère.


Ruben Steenwijk était mal vu; il a donc fallu devenir quelqu'un d'autre. Quatre semaines de voyage et une escale à Cape Town en Afrique du Sud, ont laissé suffisamment de temps pour esquisser, mesurer, apprendre et incarner un tout nouveau personnage.
Si l'abominable Ruben Steenwijk est monté à bord du navire, il n'en est jamais descendu. À sa place, nombreux autres ont profité du périple. Que ce soit Pierre Marol, Harold Bleeker ou Hans Tallinn, tous avaient un point commun -celui de leur apparence quelque peu similaire -en d'autres termes, un infime détail lorsque leurs personnalités sont celles d'un dandy aux manières de courtisane, d'un catholique convaincu par ses aveuglements obsessionnels et celle d'un curieux parvenu héritant d'une fortune antique.
Ruben Steenwijk n'avait ni argent, ni réputation, ni manières. Ce qu'il avait, c'est une incroyable capacité d'adaptation, quelque charme et surtout, un désir ardent de devenir tout ce qu'il ne sera jamais.


Pourquoi l'Empire n'y a-t-il pas pensé plus tôt ? Dagmar von Stierlitz est un choix de qualité pour assurer certaines négociations diplomatiques. Aussi élégant qu'éloquent, il a le charme des manières autant que celui de l'esprit. Érudit et fin connaisseur en tout ce qui en vaut la peine, c'est un homme de culture qui, malgré son jeune âge, ne peut offrir qu'une image resplendissante et assurée de notre puissante nation. On savoure ses mots et on boit ses paroles. L'art du langage ne lui échappe pas, pas plus que celui de l'humble modestie. C'est donc lui qui partira à Londres, et il s'en ira avec une fleur à sa boutonnière.



CARACTÈRE ET TEMPÉRAMENT

Cruellement exquis est l'homme qui vit de sa propre image, aussi erronée soit-elle.
Il est un beau parleur et un somptueux menteur -une personnalité qui sait s'effacer au profit d'une autre, tellement plus réelle et admirable.
Dagmar von Stierlitz est un homme raffiné mais qui sait se faire valoir avec peu. Il est comme un diamant -on-ne-peut plus épuré et pourtant d'une valeur inestimable. Son caractère sied parfaitement ses allures; il est réservé mais de bonne compagnie, énigmatique mais honnête. Il trouve toujours un moyen de rester sincère et ce, grâce à des tournures de phrase aussi naturelles que travaillées. Il est d'un sérieux respectable et ne prend rien à la légère, soucieux du moindre détail tant sur lui qu'autour de lui.
Homme de lettres et intellectuel, sa culture est à la hauteur de la sobriété de ses costumes, à savoir qu'il ne donne qu'un léger aperçu de ses connaissances. Quiconque s'embarque dans une discussion romancée en sa compagnie ne peut-être que charmé par l'étendu de ses centres d'intérêts et de sa soif de nouvelles connaissances.
Stierlitz est un homme complexe d'apparence, simple dans l'âme. Sa philosophie de vie est celle d'un philanthrope passif, un homme contemplant la beauté de la vie tout en suggérant des idées pour améliorer les plus sombres facettes. Aussi, il défend ses intérêts comme une véritable mère défendrait ses enfants, même si sa fonction de diplomate suggère une certaine capacité à faire des concessions -ou plutôt, des arrangements.
C'est un individu digne de confiance dont le regard perçant ne trahit aucune agressivité. Il est passionné -il porte une fleur à sa boutonnière. Un gentleman d'attitude, respectable et respectueux. Mais il reste un caractère fort avant tout; un homme de parole, envers et contre tout. Charismatique mais doté d'humilité, il a un tendre sourire qui vient parfois dessiner les traits de son visage concentré.

Tout n'est qu'exécrable, habile et absolu mensonge.
CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES

Une silhouette longue et élancée dessinée trait pour trait par un costume ajusté au millimètre est ce que l'on remarque en premier. En la détaillant plus attentivement, on remarquera que l'homme se tient droit et qu'il ne peut tout simplement en être autrement. Vêtu de noir et de blanc avec une fleur à sa boutonnière, ses traits semblent brodés de fils d'or et sa peau, -de soie. Il resplendit de sa jeunesse et impose de son expérience.
Il a les yeux ardents, brûlants de passion, et lorsqu'il relève le regard, ses longs cils noirs papillonnent comme trille la plus sensible corde du plus capricieux des violons.
Il a les mains d'un pianiste -douloureuses et dramatiques, avec de longs doigts fins qui semblent être trop précieux pour toucher quoi que ce soit sur cette immonde Terre.
Il est le sucre et les épices. Ses cheveux sombres comme le plumage d'un corbeau lui donnent une allure singulière -celle d'un homme sûr de lui et dont on reste incertain. Il est particulier et pourtant, qui saurait dire où a-t-on déjà vu un pareil visage ?

Mais quel exécrable, habile et absolu menteur.

Dans la vraie vie, je suis...

Quel est ton pseudo ? Ellina. Un mec ou une fille ? Une fille. Quel est ton âge ? 16 ans. Comment as-tu connu le forum ? Recherche sur internet. Un avis dessus :  perlimpinpin  
DC ? Léonie & Olga.Pv/scénario/Inventé ? Personnage inventé. Code de validation : [Validée]


Code:
<t>Aidan Turner</t> → <y>Dagmar von Stierlitz</y>
©️ plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas

« There's a bed for the boy and a rope for the father - Dagmar von Stierlitz »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Father and Son will always be gone. // ft. Darwin + Willow [Flashback]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Retour au XXIe siècle :: Archives :: Anciennes Fiches-