Loban || Oh, Hello Sir.



 

Partagez

Loban || Oh, Hello Sir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitimeMar 11 Oct - 1:36



Oh, Hello Sir.

« Loban et Daisy »


Daisy sourit en entrant sur scène. Elle ne se sentait jamais aussi bien que lorsqu’elle était sur les planches. Tout était si simple, elle savait exactement ce qu’elle avait à faire, et elle savait que ce serait bien. Elle était sûre d’elle, sûre de chacun de ses gestes, chacun de ses pas. Si au début, elle avait été un peu nerveuse, comme toute personne censée, mais, au fil des représentations, elle s’était épanouie telle une délicate rose, prenant de plus en plus d’assurance. Jusqu’à être plus à l’aise sur scène que dans la vraie vie.

Mais pour l’instant, rien n’importait. Rien, à part l’attention qu’on lui portait alors qu’elle se déplaçait gracieusement. Elle était au centre de l’attention, et elle aimait ça. Les regards posés sur elle, l’admiration qu’elle sentait dans certains d’eux, c’était ce qui lui plaisait le plus au monde. Elle ne faisait pas ce métier pour rien après tout. Et vu ce qu’elle gagnait, ce n’était pas pour l’argent qu’elle le faisait. Mais bien pour ça, cette attentions, ces regars, cet amour…

Et ces applaudissement alors qu’elle faisait son salut final et repartait, un sourire encore plus grand qu’à son arrivée fixé sur ses lèvres. Même s’il disparu assez vite une fois de retour en loge. Elle s’assit devant son miroir, plus trouble et bien moins éclairé qu’elle ne l’aurait voulu. Attrapant un joli pompon rose, elle tapota légèrement ses joues avec, avant de retoucher le rouge sur ses lèvres. Malgré ce qu’on aurait pu croire, la nuit était loin d’être finie pour elle, comme pour la plupart des autres danseuses…

C’était d’ailleurs elles qui l’avaient convaincue de se livrer à ce genre de pratique. Les temps étaient durs, ce n’était facile pour aucune d’elles. Une fois le loyer payé, il ne restait pas grand chose, à peine de quoi finir la semaine. Alors, puisqu’il y avait des gens prêt à les payer pour… Un moment, disons, passé avec elles… Pourquoi se priver ? Certaines choisissaient de se rassurer en se disant qu’elle n’avaient pas le choix après,  d’autre justement, se disaient que puisqu’elles choisissaient de rester en compagnie de ces hommes, l’argent qu’elles y gagnaient n’était que du bonus…

Daisy s’en fichait. Elle faisait ce qu’elle avait à faire, et ça s’arrêtait là. C’était le seul moyen pour qu’elle continue à danser, et ça lui suffisait comme raison. Elle savait que c’était temporaire, qu’un jour, elle n’aurait plus à faire ça. Et qu’elle se vengerait des clients les moins plaisant… Le visage de la jeune femme s’assombrit à cette idée. Elle ne refusait personne, mais disons que certains des hommes qui venaient étaient plus agréable que d’autre… Mais c’était assez rares. Ceux qui venaient voir des danseuses étaient soit bannis des bordels environnants, soit des fanatiques qui voulait entretenir l’illusion d’une relation privilégiée avec elles, quitte à y passer toute leurs économies.

Mais l’homme qui se présenta devant sa porte ouverte ce soir était bien différent de tout ceci. Elle ne l’avait jamais vu, que ce soit dans sa loge ou dans le public… Peut être était il déjà venu auparavant, mais ce n’était pas un habitué. Et il était grand… C’était assez surprenant. Daisy n’était pas vraiment petite, alors être étonnée par la taille de quelqu’un n’était pas dans ses habitudes. Mais ce qui l’étonnait plus encore, c’était la richesse de ses vêtements. Elle n’était pas sûre de si ils étaient vraiment si riche que ça mais… Il n’avait pas l’air pauvre, ni vraiment de la classe moyenne.

Et ça, c’était quelque peu effrayant. S’il avait de l’argent, il pouvait se permettre d’aller dans de vrais bordel. Et s’il ne le faisait pas, c’était surement qu’on lui en refusait l’accès… Et elle n’osait même pas imaginer ce qu’il avait fait pour qu’une telle chose arrive. Ce n’était pas comme Owen qui était juste en défaut de paiement… Même si lui non plus, n’était pas très plaisant, loin de là… Mais Daisy ne préférait pas y penser, ce n’était pas le moment. Si vraiment il avait de l’argent, ça voulait dire qu’elle allait être mieux payée qu’à l’habitude, et elle n’allait certainement pas refuser ça.

« Bonsoir… »

Elle sourit chaleureusement à l’homme, se levant de sa chaise pour se diriger vers lui. La danseuse lui prit la main, l’entrainant à l’intérieur.

« Je m’appelle Daisy, entrez, je vous en prie ! »

© plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 26
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Re: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitimeMar 11 Oct - 12:15



Oh, Hello Sir.

« Greetings, Miss. »

Whitechapel, 1890.

Loban s’était ennuyé toute la journée au parlement de Westminster. Les autres députés avaient passé toute leur séance à se disputer sur une loi à propos d’une taxe sur le commerce d’épices provenant des Indes, certains pays de transit voulant eux aussi déposer un impôt sur le transport de ces marchandises sur leurs territoires, etc. Des choses auxquelles le jeune député se moquait totalement. Il avait passé ces heures-là à regarder ses ongles, à gratter les petites imperfections de la table en bois, à bailler… Oui, il s’était clairement ennuyé et avait estimé qu’il avait bien le droit de sortir ce soir-là, ce qu’il faisait presque à chaque fois, tous les soirs, depuis ses 15 ans. Et ce n’était pas son majordome qui allait l’en empêcher. Il n’avait jamais pu de toute façon. Loban allait souvent se promener à l’endroit le plus éloigné de chez lui, donc de Westminster. C’est pour cela qu’il n’était pas rare de le voir traîner dans les quartiers de Whitechapel, Southwark ou encore Lambeth. Ce soir-là, il avait jeté son dévolu sur le quartier le plus au Nord, celui à plus mauvaise réputation aussi. Les enfants et des estropiés dormaient à chaque carrefour, sur le trottoir humide et crasseux. Loban donnait toujours quelques pennies à ces gens-là, bien qu’il ne pouvait pas tous les sauver. Il essayait bien évidemment de faire construire des sortes de refuges, améliorer les orphelinats aussi, mais la taxe sur les commerces de curry d’Inde semblait autrement plus problématique.

Il entra alors dans un petit cabaret dans lequel il semblait y avoir une petite animation. En effet, une musique entraînante s’élevait de l’entrebâillement de la porte d’entrée mal fermée. Loban y entra alors et il ne fallut que quelques secondes pour qu’ils sentent une armée de regards inquiets, jaloux ou surpris se poser sur lui. Mais il avait l’habitude. Certains même le reconnurent et ne se préoccupèrent pas plus de lui. Le Lord s’installa alors à une table libre, en face de la scène où performait une jeune danseuse. Il commanda une bière, histoire de rester classique et simple, le choix n’étant pas non plus énorme dans ce coin de la ville. Mais peu importe. Il regarda le spectacle sur la scène, songeur. La jeune fille n’était guère plus jeune que lui. Leur différence d’âge devait se comptait sur le doigt d’une main. Et pourtant, elle semblait bien pauvrement vêtue par rapport à son talent. C’était pour cela que Loban aimait bien traîner dans les endroits lugubres de Londres. Non pas pour y étaler sa richesse et se sentir supérieur mais bien pour dénicher des perles rares, des diamants bruts de talent emprisonnés dans la pauvreté. Et cette danseuse en était l’exemple parfait. Le Lord en avait vu, des spectacles professionnels au théâtre Alhambra, des danseuses d’opéra étant supposées être les meilleures de l’Empire mais rares étaient celles qui avaient une grâce aussi innée que celle devant ses yeux. Enfin. Il était peut-être de mauvaise foi et exagéré légèrement. Mais il ne faisait aucun doute que cette jeune fille avait un potentiel extraordinaire et qu’entre de meilleures mains, elle pourrait être en tête d’affiche.

Le spectacle se termina et Loban finit sa bière avant d’aller demander au barman s’il pouvait accéder aux loges. Le sourire gras et sale de l’homme l’inquiéta légèrement mais il ne posa pas de questions. D’ailleurs il ne lui demanda pas d’argent en échange, comme s’il n’était pas le premier à lui demander ceci. Il l’accompagna jusqu’à la loge de la danseuse dont la porte était ouverte. Le barman le laissa alors et repartit servir ses clients. Loban jeta un regard dans la loge et la vit en train de se maquiller de nouveau. Les inquiétudes du jeune noble se trouvèrent être vérifiées. Normalement, elle était censée se démaquiller et non pas se le refaire, sauf si la nuit n’était pas terminée pour elle, ce qui semblait être le cas. Il soupira très légèrement, attristé par cette condition, et frappa à la porte, doucement, attendant qu’elle remarque sa présence. Elle vint alors le saluer et, en surprenant grande le Lord, prit sa main pour le conduire à l’intérieur, l’invitant à entrer ou plutôt, le tira à l’intérieur. Il ne put que se laisser faire, un peu dépassé par le comportement de ladite Daisy. Il ne le prit pas mal pour autant. Au contraire, il la trouvait très… à l’aise. Encore une fois comme le barman. Comme si tout ceci était normal. Il s’éclaircit légèrement la gorge.

- Et bien... bonjour, Miss Daisy, je suis le Lord Renfield.

Il eut un doux sourire, essayant de chasser tout air hautain que pouvaient lui donner ses vêtements. Il se retourna et ferma la porte. S’il devait la sortir de ce trou, il valait mieux que son employeur ne l’entende pas. Pas sûr qu’il approuve qu’un noble sorti de sa luxure lui vole son gagne-pain. Il se tourna vers elle, son sourire n’étant pas parti et préféra entrer dans le vif du sujet.

- Vous savez, vous avez un incroyable talent qui peut encore être… comment dire, développé, travaillé. Je connais des gens qui pourraient vous aider.

Il eut un léger ricanement amusé.

- Dit comme cela, ça peut paraître un peu brusque. Pardonnez-moi.

Il s’inclina très légèrement, toujours avec son sourire rieur qui pouvait passer pour charmeur.
© plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Re: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitimeJeu 27 Oct - 1:40



Oh, Hello Sir.

« Loban et Daisy »


Un lord. C’est cela.

Daisy eu un sourire légèrement amusé en entendant ça. Pas moqueur, elle n’était pas assez folle pour risquer de s’attirer la fougue d’un de ses clients, juste...Amusé. Certes, il avait l’air riche mais peut être à ce point. Elle n’était pas crédule au point de croire que quelqu’un de la haute societée fréquentait ce genre d’endroit. C’était loin d’être l’endroit le plus miteux dans lequel elle avait travaillé, mais ça restait un endroit pitoyable. Qui ne la méritait pas, d’ailleurs. Qui ne méritait même pas de rester ouvert… Daisy supportait de moins en moins ce cabaret, cette loge, cet endroit en général, et surtout ce patron… Un jour elle le ferait enfermer, ou pire…

Mais là n’était pas la question. Elle devrait plutôt se préoccuper de son “ Lord “ Renfield. Qui venait tout juste de fermer la porte. Lord ou pas, il avait les même intentions que les autres et venait de le confirmer. Un homme reste un homme après tout. Il a de l’argent, voit une jolie femme qui lui plait et se croit tout permis. Qu’est ce qu’on ne pouvait pas acheter de nos jours après tout...Elles n’étaient que des objets pour eux. Daisy était amère à cette pensée oui, plus que d’autre soirs…

Surement parce qu’elle agissait de sorte à lui donner raison. Si elle se permettait parfois de refuser certains clients, là, ce n’allait clairement pas être le cas. Parce que justement, il avait de l’argent. Alors il paierait bien. Et dans ce cas là, c’était évident qu’elle ne dirait pas non et serait par conséquent l’énième poupée d’un énième homme riche dans un énième cabaret. Mais c’était bien trop de mauvaises pensées pour le moment, si elle continuait sur ça, elle allait perdre son doux. sourire et devenir boudeuse. Et un client, ça n’aime pas les femmes aigries et amères. Visiblement, son truc à lui, c’était de se sentir au dessus des gens.

Que cela ne tienne ! Si Lord il voulait être, Lord il sera. Ce n’était pas la première fois qu’elle se prêtait à ce genre de petits jeux avec des clients, et ce ne serait certainement pas la dernière, elle le savait bien. Et ça ne la dérangeait pas plus que ça… Après tout, c’était plutôt agréable comme jeux. Elle en connaissait des biens pires avec certains de ses clients réguliers… Mais bref. Elle écoutait plutôt son visiteur sans perdre son doux sourire.

C’était un des petits discours habituels. Il y en avaient plusieurs aux choix, soit ceux sur sa beautée, ceux sur son charmes, sur son talent… Lui, il avait choisit le dernier. C’était celui qu’elle préférait, elle ne s’en cachait pas. Oh, elle les aimait tous, elle pourrait écouter des hommes lui vanter ses mérites à longueur de journée, mais ce qui lui tenait le plus à coeur, c’était la danse, alors forcément, elle avait un petit faible pour celui là. Surtout quand il ajoutait qu’il connaissait des gens pour l’aider… Elle eu un petit rire en réponse au sien, sur un ton aussi léger qu’une plume.

« Vous m’en direz tant… »

Elle n’était pas sûre de s’il était sincère en disant ça, ou si il y avait un quelconque sous entendu malsain, mais elle s’en fichait. De toute façon, elle s’en fichait bien… Elle continuait de croire au prince charmant qui viendrait la sauver de ce trou perdu, oui, mais… Elle ne lui faisait pas confiance, sans trop savoir pourquoi. Et ce n’était pas à cause de la brusquerie dont il s’était excusé, il était bien plus doux et galant que la plupart des gens qui passaient par ici. Peut être était ce d’ailleurs pour ça qu’elle n’arrivait pas à le croire…

« Vous êtes tout excusé. »

Elle lui sourit de nouveau, cette fois avec un brin de lust [CHANGER MOT ICI] dans le regard. Tel un chat, elle se dirigea doucement vers l’homme, se glissant derrière lui pour lui retirer sa veste, glissant au passage ses doigts sur ses épaules. Elle reprit la parole, d’une voix plus suave.

« Mais je vous en prie, dites m’en plus ! »


© plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 26
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Re: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitimeMar 8 Nov - 14:55



Oh, Hello Sir.

« Greetings, Miss. »

Whitechapel, 1890.

Loban avait conservé son sourire poli mais toujours un peu prétentieux. Cela ne le quitterait jamais vraiment. Rares étaient ceux qui pouvaient lui faire perdre son éternel sourire qui semblait être gravé sur son visage. Son regard, en revanche, n’était pas baladeur. En entrant dans la loge, bien évidemment, il avait jeté divers petits coups d’œil aux alentours afin d’inspecter brièvement et avec curiosité les lieux. Mais maintenant, ils étaient rivés sur elle. Dans ses yeux du moins. Pas question de la mettre mal à l’aise, il se doutait bien qu’elle devait guetter le moindre de ses mouvements et si elle trouvait son regard beaucoup trop fuyant, elle aurait sûrement des suspicions. Certes erronées, mais il ne voulait pas prendre de risques. Néanmoins, il capta tout de même le doute dans les yeux de son interlocutrice. Comme si elle ne croyait absolument pas ce qu’il était en train de dire, ce que Loban ne comprit pas. Pourquoi douter de la véracité de ses propos ? Certes, il n’était pas une perfection d’honnêteté mais il ne voyait vraiment pas ce qui pouvait la pousser à avoir des doutes. Après, c’était comme ça qu’il l’avait perçu, malgré le ton léger qu’elle avait adopté.

Mais ce n’est pas ce qui le dérangea. Qu’une danseuse perdue dans les cabarets malfamés de Whitechapel soit méfiante par rapport à un Lord qui venait la féliciter n’avait rien d’insolite. Ce fut quand elle se dirigea vers lui pour lui prendre son manteau, tout aussi noir que le reste de ses vêtements. Mais c’est quand il sentit ses doigts sur ses épaules qu’il fronça les sourcils et fut légèrement inquiet à son tour. Enfin inquiet. Il avait deviné qu’elle avait quelque chose en tête. Quelque chose qui semblait pourtant complètement à l’opposé de son idée à lui. Mais qu’importe. Après tout, il se fourvoyait sûrement. De toute façon, il ne parvenait pas à mettre un doigt sur ce qu’elle avait derrière la tête. Ou alors il ne voulait pas savoir. Comme s’il voulait fermer les yeux sur les conditions de vie misérables dans ce quartier. Il le savait pourtant. Et il voulait justement sortir cette jeune fille talentueuse de là, mais il ne pouvait pas envisager ce qu’elle devait faire pour arrondir les fins de mois. Il avait beau avoir vécu ses plus jeunes années dans la rue, il a été adopté trop jeune pour pouvoir savoir les horreurs qui se passaient parfois entre les humains.

Néanmoins, il ne perdit pas la face. Son sourire, brièvement disparu, était réapparu et il avait remercié la jeune demoiselle de son attention en s’inclinant légèrement mais respectueusement. Il se redressa et s’engagea à répondre à sa requête :

- C’est quelqu’un d’assez relativement haut placé dans la société, plus spécialisé que moi dans le domaine de l’art. Il pourra éventuellement vous former. Ou plutôt, vous perfectionner. Votre talent dépasse de loin ceux de certaines danseuses professionnelles qu’il m’ait été donné de voir. Néanmoins, j’aurai pu me pencher sur votre cas, ayant quelques connaissances sur le sujet, mais mon emploi du temps est trop chargé pour cela. Je suis navré.

Il eut une moue désolée pour venir appuyer sa réponse. Il était parfaitement sincère dans ce qu’il disait et le sérieux était présent dans la légère étincelle dans ses yeux. Il reprit alors son sourire doux qu’il voulait rassurant. Il sortit alors une bourse qui semblait pas mal remplie. Il devait y avoir de quoi manger à sa faim pendant plus de deux semaines voire plus dedans. Il la posa sur la coiffeuse de la danseuse avant de se tourner vers elle de nouveau. Il reprit alors, toujours souriant.

- Voyez ceci comme une aide financière pour vous prouver ma bonne volonté.

Il mit les mains dans ses poches et ne rajouta rien, la regardant simplement dans les yeux.
© plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Re: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitimeMer 3 Mai - 14:09



Oh, Hello Sir.

« Loban et Daisy »


Quelqu'un d'assez haut placée, bien sur... Daisy écouta le prétendu Lord tout en souriant. Un discours comme celui ci, ce n'était pas la première fois qu'on lui en tenait... Moi je vais te faire devenir célèbre, moi je connais du monde, moi je peux t'aider... Elle le connaissait par cœur. Elle s'était même faite avoir une fois. Et elle ne comptait pas recommencer... Bien sur, elle n'allait pas le jeter dehors, au contraire. Elle avait besoin de l'argent qu'il pourrait éventuellement lui donner, mais ce n'était pas pour autant qu'elle se ferait avoir...

Elle allait juste se laisser prendre au jeu, l'écouter en souriant, en le regardant comme si elle buvait chacune de ses paroles, tout en lui faisant une entière confiance. Mais bien sur, il connaissait quelqu'un, qui pourrait la former en plus. Mais pas lui, il n'a pas le temps. Il est bien trop occupée, évidemment. Daisy souriait toujours, mais au fond, elle ne comprenait qu'à moitié l’intérêt de ce petit jeu. Il n'avait pas besoin de ça pour la convaincre, son argent suffisait amplement, il n'avait pas besoin d'aller aussi loin...

Mais, elle pouvait aussi comprendre que c'était plus gratifiant pour eux d'avoir l'impression que les attentions de la jeune femmes étaient volontaires, que c'était elle qui voulait à tout prix leurs faire plaisir. Mais au fond, ils devaient savoir que ce n'était pas le cas, non ? Mais que cela ne tienne, elle le ferait, si c'était ce qu'il fallait. Elle était prête à tout, et elle ne s'en cachait pas... Elle avait même l'habitude de le faire. Il y en avaient eu des hommes dans cette chambre, qui lui contaient monts et merveilles... Ou pas, d'ailleurs. Certains ne s’embarrassaient pas d'une telle chose. Ils venaient, prenaient ce qu'ils voulaient et repartaient, en laissant derrière eux une bourse...

Beaucoup plus légère que celle qui venait de tomber sur sa coiffeuse, il fallait l'admettre. Daisy écarquilla les yeux à cette vue. A ce prix là, elle voulait bien jouer tout les jeux du monde...Et même l'écouter pendant des heures si elle voulait. Mais, elle se doutait bien que ce n'était pas ce qui l'intéressait... Elle retint difficilement un éclat de rire lorsqu'il annonça que c'était pour prouver sa bonne volonté. Mais bien sur...

Bah, tout ce qui comptait, c'est qu'elle était sure d'être payée pour une fois, et bien, qui plus est. Elle s'approcha donc de nouveau du Lord, passant un bras autour de son cou et posant une main sur son torse, avec un sourire sur les lèvres et un regard plus qu'équivoque.

« C'est très... Généreux de votre part. Mais dites moi, qu'est ce que je pourrais bien faire pour vous remercier, mh ? »



© plumyts 2016
Revenir en haut Aller en bas
Loban V. Renfield
Loban V. Renfield

Admin
Âge : 26
Emploi : Home Secretary.
Informations : Comte de Warwick. • A été adopté à l'âge de sept ans. • A hérité d'une fortune incommensurable à la mort de son père adoptif, mais aussi des titres honorifiques. • Possède une grande force physique, ayant subi un entraînement militaire intensif pendant plusieurs années. • A passé plusieurs années en Inde, Chine et Japon. • Connait quelques arts martiaux. • Est connu pour ses fêtes mondaines où il n'apparaît jamais, se tenant à l'écart. • A un comportement et un caractère assez puéril. • Fait parfois preuve d'une grande naïveté. • Se met rarement en colère. • Passe certains de ses soirs dans Whitechapel, au sein de la Tribu de Fergus Lynch. • Est considéré comme un excentrique de par ses idées. • Son prénom vient d'un prénom juif mal orthographié. • A une petite cicatrice sous l'œil gauche et ailleurs sur le corps. • Origine sino-écossaises.
Avatar : Sam Riley
Quartier Résidentiel : Westminster.
Messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2016

Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Re: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitimeMar 6 Juin - 14:47



Oh, Hello Sir.

« Greetings, Miss. »

Whitechapel, 1890.

Le jeune Lord regarda d’un air pensif la bourse qu’il venait d’offrir à la danseuse. Puis il reporta son regard sur elle et lui fit un sourire franc. Il n’avait aucune intention malveillante et voulait vraiment gagner sa confiance pour l’aider à sortir de cette situation que personne n’enviait. Elle aurait pu avoir un public tellement plus approprié pour son talent, même s’il estimait que la culture et le divertissement devenaient rapidement et injustement un luxe, réservés aux personnes fortunées. Cependant, il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas changer le mode de fonctionnement de l’Humanité tout entière. Quoiqu’il en soit, il garda le silence, s’étonnant du silence de la jeune femme qui avait l’air assez surprise de son geste. Peut-être n’en voulait-elle pas ? Qui était-il pour penser ce qui était de mieux pour quelqu’un ? Elle préférait peut-être performer dans les bars de Whitechapel que dans ceux dans Westminster ? C’était possible, après tout. Tout le monde ne courrait pas après la fortune et la gloire, même s’il avait pu voir parmi les nobles que c’était malheureusement presque toujours le cas. Ses semblables cherchaient toujours à investir dans les petites entreprises du moment, celles qui faisaient un bénéfice assez intéressant pour les soutenir.

Cependant, il fut rapidement tiré hors de ses pensées quand la jeune femme s’approcha de lui. Il cessa de regarder ses pieds pour la regarder elle. Néanmoins, son visage se transforma rapidement en surprise, une surprise parfaitement sincère quand elle passa son bras autour de son cou et posa une main sur son torse. Par réflexe, Loban eut un mouvement de recul et fronça doucement les sourcils tout en soutenant le regard de la jeune femme, sur la défensive. Elle prit alors la parole, lui demandant ce qu’elle pouvait bien faire pour le remercier. Sur le moment, Loban se demanda naïvement pourquoi elle demandait vu qu’elle avait l’air d’avoir déjà sa petite idée en tête. Mais c’était absolument hors de question pour le jeune noble qui n’était pas venu ici pour cela. Et il n’avait jamais aimé le concept de payer quelqu’un pour partager quelque chose d’aussi intime. Mais c’était sûrement son cadre de privilégié dans la société qui lui faisait penser cela. Il se doutait bien que certaines femmes n’avaient pas le choix et c’était donc pour cela qu’il lui avait offert la bourse, pour qu’elle puisse se sortir de cette pauvre condition. Il posa ses mains sur ses côtes et la repoussa doucement.

— Alors... Je ne suis absolument pas intéressé par ce genre de choses, je suis navré. Donc oubliez tout de suite.

Il marqua une pause, se rendant compte que son ton avait peut-être été trop agressif, et la regarda un instant avant de reprendre :

— Si je vous ai donné cet argent, c’est justement pour éviter à vous réduire à faire cela. Je me doute que ce ne soit pas facile quotidiennement mais…

Il se pinça l’arête du nez en soupirant profondément, les yeux clos.

— Je ne suis pas ici pour vous faire la leçon en tout cas. Prenez cette bourse, elle est à vous.

Ne sachant pas tellement quoi dire de plus, il se rhabilla juste, mal à l’aise face à cette situation. Il prit dans sa poche un bout de papier et le tendit à la danseuse, sans trop oser croiser son regard.

— Tenez. Sur ce papier se trouve les coordonnées de l’homme dont je vous parlais.

Il se gratta l’arrière de la tête avec gêne, évitant soigneusement son regard.
© plumyts 2016



The Hate Inside.
My mouth was a crib and it was growing lies. I didn't know what love was on that day. My heart's a tiny bloodclot, I picked at it. It never heals it never goes away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay. I would have told her then she was the only thing that I could love in this dying world. But the simple word love itself already died and went away. This was never my world, you took the angel away, I'd kill myself to make everybody pay.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Loban || Oh, Hello Sir. Empty
MessageSujet: Re: Loban || Oh, Hello Sir. Loban || Oh, Hello Sir. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Loban || Oh, Hello Sir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Retour au XXIe siècle :: Archives :: RP Déchus-