Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Est toujours pur, il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un nobe, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Localisation : Londres
Messages : 278
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Mer 5 Avr - 14:41


Madelyne Errington & W. Bartholomew Collins
« Coché ! »

Bartholomew Collins leva le bras,une voiture tiré par de beaux chevaux s'arrêta. Indiquant l'adresse alors, qu'il montait à l'intérieur. Le noble s'assit dans le siège d'un confort modeste. Sa tête balançait, son arcade ouverte, qui saignait encore ne lui faisait en soit pas mal. Mais le choc du poing de Félix, le choc de cette violence, certes mérité l'avait secouer. Barth avait tenté quelques pas dans les rues alors qu'il avait quitté la boutique de sa tendre Amy. défaitiste et déchu, après avoir rendu les armes face à la violence de se mari jaloux. En un sens Bartholomew ne pouvait que le comprendre. C'est pourquoi il avait préférer laisser l'homme prendre le dessus, baisser les bras. Inutile de continuer à ce battre ainsi, inutile de faire passé cette pauvre Amy pour un bout de viande que ces deux charognards d'hommes de déchirait. Il avait gagner depuis déjà fort longtemps, il était son mari, pas lui, pas Barth, alors à quoi bon lui faire davantage de mal. La route n'était pas très longue et Barth ferma ses yeux le temps du trajet. Rentrée dans sa maisonnée, essayer de passé inaperçus. Juste se faufilé tel une ombre jusqu'à son atelier, voilà le projet.

Mais alors que la voiture entra dans la cours de la bâtisse au brique rouge, le majordome ouvrit la porte de la calèche. Son air étonné et son regard à peine affoler se posa sur Barth qui sortie du véhicule. D'un geste de la main il chassa l'homme, comme pour lui indiqué que ce n'était rien, une blessure bénine. Mais le premier pas de Wesley fut lourd, si lourd. Avait-il prit 20 kilos en quelques minutes de trajet ? Ou était-ce simplement son esprit embrouiller et encore un peu sonner qui lui jouait des tour. Il resta un instant sans bouger. Ses yeux clos le temps de reprendre un peu ses esprit pour ne pas tomber dans les bras du pauvre majordome qu'il venait de congédier. Lui tendant quelques pièce pour le cocher il se remit en route vers la demeure qu'il partageait avec sa soeur et sa fiancée.

L'homme entra alors, sans discrétion. Sa tête recommençait à tourner. L'entrée qui donnait sur les escaliers de l'étage. Il ne restait que quelques mètres à faire, monté et encore quelques mètres et il serait dans son atelier. Dans sa bulle où il pourrait alors se laisser aller tel le faible sentimental qu'il était au fond. Ses yeux clos alors il réussit à aller jusqu'aux escaliers, monter quelques marches. Mais son esprit chavira et il manqua alors de perdre connaissance. Se rattrapant à la rembarre de l'escalier il s'y assit finalement. Sa respiration était forte, il tentait de se calmer. Si bien qu'il se laissa aller en arrière, doucement pour ne pas se briser le cou ou le crâne contre les marches. Ses yeux toujours clos, pallient cette sensation de vertige. Félix n'avait pas tant de force, mais le choc émotionnel avait été puissant. Il inspira et expira alors une nouvelle fois fortement. Des bruits de pas se firent entendre, léger, simple, comme ceux de Madelyne. C'était elle il savait différencier sa démarche féminine et élégante de celle de sa sœur plus sauvage et pétillante. À cet instant précis Barth ignorait s'il voulait affronter sa fiancée ou non. Mais en un sens son esprit trop tourmenté refusait qu'il bouge alors ne bougèrent pas des marches et attendirent.
599 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Écrivaine (Pseudonyme: John Doe)
Avatar : Katie McGrath
Messages : 77
Date d'inscription : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Dim 9 Avr - 2:40


A heart that hurts, is a heart that works.



Ses doigts effleurèrent les touches pendant qu'elle regardait sa nouvelle acquisition. Quelle belle invention qu'était la machine à écrire! Elle n’en avait jamais eu auparavant puisque son père refusait de lui en acheter une. Il disait que c'était une machine des grands hommes ou des femmes du petit peuple, mais jamais une dame de la haute ne pouvait se permettre de toucher cet engin de métal. Elle se rappelait lorsqu'elle était petite et que sa mère allait acheter ses robes, elle s'arrêtait toujours devant la vitrine pleine de ses machines. Elle se disait qu'un jour, elle troquerait sa plume pour cette technologie tellement prometteuse. Voilà ce qu'elle venait de faire et elle s'installa à son bureau et tapa quelques lignes pour tester l'objet. Évidemment, elle n'avait pas demandé si elle pouvait se le permettre et elle l'avait acheté en secret avec ses propres économies. Elle ne lui avait jamais parlé de son activité littéraire en ignorant si cela l'incommoderait de savoir sa fiancée se faire appeler John Doe et elle n'était pas prête à le lui avouer de peur qu'il l'oblige à y mettre fin. L'écriture était sa vie et il était hors de question qu'elle se résigne à rester les bras ballants à ne rien faire et à se contenter de l'art de la lettre et de la conversation comme ultime art. Enfin, si on pouvait appeler cela de l'art puisqu'elle ne voyait pas où était la beauté dans parler. Écrire une lettre, à la limite, pouvait avoir une certaine beauté, mais une chose aussi simple que de discuter n'avait rien à voir avec de l'art cela l'avis de la jeune femme.

En bas, elle entend la porte se refermer et curieuse de voir si c'était son fiancé, elle sort de la pièce qui lui était destinée avant de verrouiller la porte évidement. Elle se déplace sans précipitation en croisant ses mains devant elle. C'est lorsqu'elle le vit tomber dans les escaliers qu'elle descendit le rejoindre sans se poser de questions. Autre fois elle l'aurait probablement laissé là sans rien dire, mais maintenant elle s'était attachée à cet homme et elle se voyait mal le laisser dans un état pareil. Elle se met devant lui et maintient ses épaules avant de venir caresser sa joue et observant son visage contusionné. Elle soupire grandement avant de se retourner et poser son bras autour de ses épaules afin de l'aider à se relever. Qu'est-ce qu'il était lourd!

- Mais aidez-moi un peu! Un peu d'effort, je vous emmène dans le salon! Je vais vous soigner...

Elle réussit enfin à le faire se lever et difficilement, elle le maintient droit afin de le conduire à destination. Elle soupire de soulagement une fois qu'il tombe dans son fauteuil et elle se dépêche à crier le nom de la servante qui ne répondit pas.

- Jamais là lorsqu'on a besoin d'elle!, elle dit avec découragement en songeant que cette étrange femme de chambre pouvait vraiment se montrer lunatique parfois.

Elle se rend à la cuisine et revient avec une bassine d'eau et une lingette et elle nettoie le visage de l'homme à l'eau et au savon après s'être agenouillée à côté de lui.

- Mais qu'est-ce que vous ait arrivé pour que vous vous retrouviez dans un tel état? Soyez honnête avec moi je vous pris. Vous savez que je suis là pour vous et que je suis votre amie.

Elle sourit tristement en plongeant le tissu dans l'eau qui se brouille et devient écarlate.





HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Est toujours pur, il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un nobe, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Localisation : Londres
Messages : 278
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Ven 14 Avr - 15:00


Madelyne Errington & W. Bartholomew Collins
Barthiolomew était à moitié sonné, il avait préféré faire un arrêt sur les marches du grand escalier qui menait à l'étage. À vrai dire impossible pour lui d'aller plus haut. Des pas s'étaient fait entendre peu après qu'il ne se soit rattrapé à la rambarde de l'escalier. Pas qui s'était fait plus pressant alors. Madelyne, il savait que c'était elle. L'envoyée promenée, en un sens, il en avait envie. Oui après ce moment après tout ce qui venait de se passer, il avait juste envie d'être seul, de pleurer tel un pauvre gamin qu'il était. Mais il se retient et ses lèvres restèrent sceller dans un silence parfait. Elle s'était posée près de lui, son bras contre son dos, le soulevant, il fit l’effort de se relever. Sa tête tournait et il n'était pas sûr d'arrivée à marché, mais l'aide de sa fiancée, précieuse, l'aidait à se donner un peu de courage. Sa voix qui le secouait afin qu'il l'aide pour tenir debout. Il faisait ce qu'il pouvait, il avait envie de lui dire. Mais impossible d'articuler quoique se soit.

Il sent alors le bras de Maddie le lâcher, comme un signal, il se lassa aller, se laissant tomber dans le fauteuil qu'il aimait tant, dans le grand salon. Une main contre sa tête qui toc. Ses yeux à demi clos regard tant bien que mal Maddie qui hurle le nom d'une des servantes. En vain, ou pas assez rapide en tout cas, car voilà que Miss Errington quitte la pièce en pestant. Elle revient à peine plus tard s'agenouillant devant l'homme. Déposant sans grande délicatesse alors un chiffon sur sa blessure. Barth recule dans le fauteuil, une grimace sur le visage. Un râle insatisfait sort de ses poumons. Grognon ? Oui, et alors ! D'un geste un peu plus vif qu'il ne l'aurait en réalité voulu, il éloigne la main de Madelyne de son visage et se redresse dans le fauteuil.

« Qu'importe, cela ne vous regarde pas ! »

Pesta alors l'homme blessé. Il détourna le regard un instant, troublé, il ferma les yeux une seconde profondément avant de les rouvrir. Pauvre Maddie, elle n'avait rien fait, rien à voir là-dedans, et elle se prenait les foudres de ce garçon blessé dans son estime. Blesser dans son amour-propre. Il baissa le visage, plus penaud alors. Avalant sa salive, il posa son regard bleu dans les pupilles de la femme.

« Désole Maddie. Je... »

Que dire . Lui avait-il déjà parlé d'Amy ? Il eut un doute. Mais si tel avait bien été le cas, et il en était persuadé, il c'était contenté jusque-là de lui dire qu'il avait eu une aventure avec une femme modeste de Londres. Rien de plus. Lui avouer quel été marié et qu'aujourd'hui, cette liaison lui tombait dessus comme une lame tranchante et impitoyable... Il hésita. Barth avait confiance en elle, en Madelyne. C'était une femme qui n'avait pas eu de chance. Son passé, puis lui maintenant dans ses pattes... Oui, elle n'avait pas de chance. Laissant sa tête qui tournait toujours un peu allée en arrière, il expira profondément.

« Disons que mon passé vient de me revenir en pleine figure. Au sens propre. »

Voilà qu'il faisait de l'humour... Se penchant en avant, ses mains venant récupérer sa tête lourde. Il passa une de ses mains sur son front étalant un peu du sang qui continuait à couler partout. Il pesta un instant en voyant le liquide écarlate sur sa main.

« Je vous ai déjà parlé de Amy ? »

Laissa alors entendre Barth, reposant son regard sur Madelyne. À quoi bon tourner autour du pot plus longtemps.
638 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Écrivaine (Pseudonyme: John Doe)
Avatar : Katie McGrath
Messages : 77
Date d'inscription : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Lun 22 Mai - 16:11


A heart that hurts, is a heart that works.



Il est froid, blessé est très distant. Lorsqu'elle y va peut-être un peu trop brusquement qu'elle l'aurait voulu en appliquant le chiffon, il repousse vivement sa main. Elle soupire et plonge le tissu dans la bassine d'eau. Elle lui demanda ce qui s'était produit. Après tout, Madelyne était inquiète. Elle voulait pouvoir être une oreille pour cet ami. Que pouvait-elle faire d'autre que de le soigner et l'écouter ce plaindre d'une mauvaise journée? Après tout, même si elle aurait voulu rendre la monnaie de sa pièce à l'homme qui lui avait fait cela, elle risquait plutôt d'envenimer le problème et enfoncer Bartholomew dans la honte. Sans parler qu'elle était  une femme frêle et autant dire qu'elle avait plus de chance de se casser le bras que de faire mal à sa cible. Alors, elle l'avait questionné même si elle s'était doutée de sa réponse.

« Qu'importe, cela ne vous regarde pas ! »

Elle soupire et roule des yeux. Ce n'était pas pour la surprendre. Il ne se livrait jamais à elle. Au finale, elle s'était habituée à son caractère et elle ne s'en offusquait plus. Elle savait que ce n'était que sa manière de se protéger. Quelque chose s'était produit et quelque chose en lui qui se repliait sur lui-même et était prêt à attaquer si nécessaire.  Pour avoir vécu cela autrefois, Madelyne savait comment il se sentait. Son estime était touchée et ce n'était pas le moment d'argumenter. Elle lui fait tout de même les gros yeux en avançant son chiffon, comme si elle disait de la laisser faire et elle tapote plus doucement, lavant la plais à l'eau et au savon.

« Désole Maddie. Je... »

- Ne vous en faites pas, très cher. Je suis habituée et je ne vous en tiens pas du tout rigueur. Je sais que votre parole dépasse votre pensée. Je n'insiste pas, mais laissez-moi vous soigner convenablement. Je ne voudrais pas que votre plaie s'infecte...

Par contre, ne fut pas sa surprise lorsqu'il sembla se décider à parler.
Elle pose un pansement sur son front après avoir nettoyé le sang qu'il venait de s’étaler partout et elle lui sourit avec gentillesse avant d'aller s'asseoir près de lui.

- La seule chose que vous ne m'ayez jamais dites, c'est que vous aviez déjà... aimé une femme de Londres. Alors, je suppose que cette dame n'est autre que cette Amy dont vous me parliez? C'est son mari qui vous a fait cela, je suppose?



HARLEY-

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Est toujours pur, il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un nobe, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Localisation : Londres
Messages : 278
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Sam 3 Juin - 14:40


Madelyne Errington & W. Bartholomew Collins
Madelyne Errington était bien trop bonne, trop gentille et compréhensive. Voilà qu'elle ne garderait pas rancune à Bartholomew pour ses mots durs qui certes en un sens n'avaient pas réellement dépensé sa pensée, mais qui n'avaient pas eut lieu d'être à son égard. Un soupir s'échappa de ses lèvres. Elle n'avait rien fait et n'avait rien à faire dans cette histoire, même si en un sens, il l'avait mêlée à la querelle, sans qu'elle ne le sache. Relevant son visage, regardant Madelyne avec affection, il laissa la femme alors posée le chiffon contre son visage et trempa sa main écarlate dans l'eau afin d'y ôter le sang qu'il avait mis dessus. Il délie sa langue, elle semble surprise, il ne l'avait jamais réellement fait, mais depuis les années maintenant, il savait qu'il pouvait lui faire confiance. Après tout, elle allait à un moment ou à un autre devenir sa femme. Alors il se devait de lui confier certaines choses, pour leur bien. Elle posa délicatement un pansement sur sa plaie, qui doucement se refermait et ne saignait déjà presque plus. Un léger sourire gagna les lèvres du Lord alors, comme un remerciement.

« Disons que... »

Elle avait bien compris, il se demandait ce qu'il lui avait réellement dit sur Amy et son aventure. Il soupira, c'était dur de revenir sur cette difficile journée et ce passé agréable qu'il ne regrettait pas. Mais qui à cet instant donnaient un goût amer au présent.

« Je ne sais pas vraiment comment expliquer cela. Mais Amy, oui, fut la seule femme que j'ai aimé jusque-là. La première et l'unique, je savais qu'elle était mariée, et j'ai tenté de résister, mais son esprit et ses atouts m'ont poussé à enfreindre certaines règles de bonnes conduites. Puis il y a quelques mois, peu après notre arrivée à Londres, j'ai fait la connaissance de son mari, notre horloger. »

Barth s'arrêta un instant, sortant de sa poche une montre à gousset Adler, comme toutes les autres horloges qui ornait cette maison depuis qu'il y vivait. Il la regarda un instant et la rangeant sans vraiment la montrer plus à sa fiancée. Il soupira et continua alors son récit.

« Félix devenu un ami et j'ai mille fois voulu lui confier mon passé avec Amy. Mais j'ai été lâché et peureux de perdre cette rare amitié qui nous liait. Et voilà que je l'ai vu à la boutique d'Amy alors que je voulais commander une robe pour l'anniversaire d'Aurora. Et résulte à présent le résultat de ses cachoteries et de ce passé commun. »

Bartholomew ne pouvait pas blâmer Felix, lui-même aurait surement fait pire, si Amy avait été sa femme et qu'il avait appris ses liaisons, les hommes qui avaient partagé sa couche ne serais surement plus de se monder. Wesley pouvait être très extrême dans certaines pensées et actes. Mais il n'était pas Felix, et Amy n'était pas sa femme, avec un certain regret. Il releva le visage vers la brune face à lui. Madelyne était sa femme, ou presque et il devait faire avec alors. Il l’appréciait à défaut de l'aimer sincèrement comme il pouvait le faire avec Amy. Et à cet instant précis ses yeux clairs dans ceux de Maddie, il avait envie que leur union soit faite, afin de ne plus jamais en parler et d'apprendre à l'aimer et la chérir comme elle le méritait. Comme une femme sage et digne.

« Je vous remercie, sincèrement de m'écoutez me plaindre encore et toujours. »
616 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Écrivaine (Pseudonyme: John Doe)
Avatar : Katie McGrath
Messages : 77
Date d'inscription : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Dim 11 Juin - 13:03


A heart that hurts, is a heart that works.



Il se confit à elle. Elle sait qu'elle devrait se sentir triste de ce qui lui arrive. Qu'elle devrait avoir envie de tabasser ce Félix qui lui avait fait ça. Pourtant... Elle lui aurait probablement sauté au cou pour le remercier, plus ridicule que ça semble être. C'était bien la première fois que Barth prenait le temps de se confier à elle sans filtre. Avant, il parlait évasivement et ne semblait pas vouloir aller en profondeur, mais ce n'était plus pareil.  Là, il se montrait honnête et ouvert. Il la laissait regarder ses blessures internes. C'était un grand bond en avant. C'était tellement inespéré! Mon doux seigneur... C'était horrible à dire, mais tout ça ne serait peut-être pas arriver si le pauvre ne s'était pas fait frapper. La jeune femme lui sourit à la fin de son monologue et les yeux dans les yeux, elle lui prit la main doucement pour la tapoter gentiment afin de lui montrer son soutien.

- Probablement que cela ne vous aidera pas, mais je tiens à ce que vous le sachiez. Je trouve que vous êtes un homme fort bon et avec de bonnes valeurs. Vous êtes loyal et honnête... L'erreur est humaine! Vous avez fréquenté cette Amy. D'accord, vous n'auriez peut-être pas dû, mais le mal est fait. Par ailleurs, ne vous mettez pas les blâmes sur vos épaules. C'est elle qui a fait son choix. C'est elle qui a trompé son mari et je suis certaine que vous ne l'en avez forcé en rien. Si elle avait été honnête envers lui, elle lui aurait avoué d'elle-même ou au contraire, elle ne vous aurait pas laissé vous amouracher comme cela. Je sais ce que vous allez dire. Que vous en portez une partie des responsabilités puisque vous saviez qu'elle était mariée. C'est vrai en un sens. Vous auriez dû lui parler plus tôt probablement, mais ça se comprend. C'était votre ami et vous ne vouliez probablement pas le perdre. C'est humain la peur et le besoin de plaire.

Elle lui sourit et se redresse en voyant la servante arrivée. Mécontente, elle lui montre la bassine à nettoyer et cette dernière va immédiatement s'en occuper. Elle soupire en songeant qu'elle était bien dans les nuages... Elle se retourna finalement vers l'homme. Cet ami très cher à son coeur désormais et elle sourit en essayant de se montrer réconfortante.

- Je serais toujours là pour vous, Bartholomew. Vous n'êtes pas que mon fiancé, mais un ami. Alors, évidemment, je serais toujours là pour vous donner une oreille attentive. Non pas seulement en titre de future épouse et plus tard d'épouse, mais en tant qu'une personne qui a à coeur votre bien-être. Croyez-moi que si je vois cet horloger un jour, je lui dis ce que je pense de son comportement des plus bas pour un homme respectable!


HARLEY-


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Est toujours pur, il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un nobe, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Localisation : Londres
Messages : 278
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Jeu 15 Juin - 18:34


Madelyne Errington & W. Bartholomew Collins
Doucement, elle prit sa main dans la sienne, c'était un geste si simple, mais si significatif. La dernière fois qu'il avait partagé une telle intimité, c'était lors de l’enterrement de Kathleen. Alors les yeux clairs de Bartholomew s'étaient abaissés, quittant le regard perçant de sa fiancée pour un instant regarder sa main tapoter la sienne. Il releva le regard lorsqu'elle se mit à lui répondre. Elle parla beaucoup, pour ne dire que des vérités. Mais elle ne connaissait pas tout, lui-même n'en connaissait qu'une partie. Amy et Félix cela avait longtemps été compliqué et Barth, c'était trouver au milieu de ce terrain chaotique et il avait profité de la faiblesse et la détresse de cette pauvre Amy. Alors oui, il avait sa part de responsabilité. Peut-être était-ce pour cela qu'il n'avait pas répliqué et qu'il avait laissé l'homme se défouler sur lui. Il le méritait, oui, c'était certain. Esquissant un sourire léger à Maddie. Hésitant, il voudrait lui tenir la main, avec celle qu'il a de libre, mais on entre et Madelyne se retourne en se relevant. Il abandonne son geste et repose ses mains sur ses cuisses. Commençant à être moins sonné il inspire profondément.

« Vous êtes bien bonne avec moi, trop chère Madelyne. »

Bartholomew prit l'initiative de se relever à son tour. Un peu branlant, il y alla doucement et resta simplement debout devant le fauteuil, juste au cas où il manque de s'évanouir à nouveau. Mais son visage se fait plus sérieux et son regard plus intense.

« Je ne vous mérite pas. Et je vous prie, vous pouvez me tutoyer, nous nous connaissons depuis assez longtemps. Vous savez que je n'aime pas les manières et les codes de notre monde. Maddie, vous... Tu es une amie à mes yeux depuis déjà longtemps, et même si je n'ose le montrer votre soutien m'est cher. Croyez-le. J'aimerais vous retourner vos mots, non pas par politesse, mais parce que j'aimerais que vous vous sentiez à votre aise pour me parler et me confier vos soucis et d'autres choses plus joyeuses si le cœur vous en dit. »

La tête du noble commençait à tourner de nouveau légèrement, alors il s'assit de nouveau dans le fauteuil, délicatement. Abaissant son regard une nouvelle grande bouffée d'air emplit ses poumons. Ses pensées vaguaient dans son esprit, depuis déjà plusieurs semaines, il réfléchissait à son avenir avec Maddie. Elle était sa fiancée et il ne pouvait changer cela. Il avait appris à l'apprécier, c'était une femme noble et respectable de son point de vue, malgré ses déboires et son passé. Cela lui importait peu en réalité, tout comme ses manières qu'ils avaient gardées entre eux. Alors peut-être que l'épouser dans la minute était un peu précipité, mais commencé par enlever ses barrières entre eux, doucement, était une bonne chose. Il releva le visage alors vers la femme après quelques secondes.

« Et puis il est inutile de s'en prendre à Félix, ce pauvre homme à bien eut raison. Je préfère qu'il ne passe ses nerfs sur moi que sur Amy. Et puis il faut laisser le temps apaiser les blessures. »

Wesley grimaça un instant, une main portée vers son front qui lui faisait mal, et sa tête qui semblait avoir trouvé des ouvriers, tant elle toquait et martelait.

« Voudriez... Pardon, voudrais-tu partager un verre avec moi ? Ce qui te fait envie. »

Proposa alors Barth tout en se relevant maladroitement. Prêt à se rendre vers un bureau posé non loin où trônait du Wiskey d'un certain âge. Et si elle désirait autre chose de moins fort, alors il ferait appel à une servante pour aller chercher un thé ou du lait ou tout autre boisson qu'elle voudrait boire. Bartholomew n'avait jamais été très fort et à l'aise pour mettre les autres à leur aise justement. Mais il voulait que Maddie soit bien ici, avec lui à ses côtés, oui voilà ce qu'il voulait à présent.
691 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Écrivaine (Pseudonyme: John Doe)
Avatar : Katie McGrath
Messages : 77
Date d'inscription : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Ven 16 Juin - 10:41


A heart that hurts, is a heart that works.



Sa main sur la sienne... Ce n'était que la deuxième fois dans un moment de faiblesse. Elle avait presque l'impression de le revoir ce jour-là à l'enterrement de sa soeur. Comme toujours, il essayait de cacher ses émotions, mais elle sentait qu'il n'allait pas et qu'il avait, au fond, besoin de soutiens. Elle lui avait pris la main avec douceur et un peu d'hésitation de peur qu'il ne la chasse comme une vilaine mouche, mais il n'en fit rien. Ce geste avait marqué le début de cette amitié entre ces deux êtres. Ce nouveau geste de la part de Madelyne montrait d'une certaine façon que leur relation était devenue que plus soudée avec le temps. Ils étaient encore loin du penchant amoureux si un jour soit-il ils qu'ils y arrivent, mais ils prenaient doucement le chemin vers cette destination. Peut-être, qu'au final, cela n'arriverait jamais, mais n'était-il pas mieux d'être mariée avec son meilleur ami qu'avec un connard menteur et manipulateur? En se retournant pour regarder l'homme debout suite au départ de la servante, la jeune femme lui sourit, touchée par ses paroles. Ça faisait du bien à entendre de sa bouche. Elle se rassoit en gardant son regard inquiet constamment sur lui. Elle avait peur qu'il ne s'écroule devant elle. Elle se contenta de hocher la tête à la mention de ce Félix, se disant qu'il était probablement tout autant une victime dans l'histoire.

- Pardonnez... Pardon. C'est l'habitude. Mes parents se vouvoyaient et je vouvoie ma propre mère, mais je vais m'en souvenir. Ta confiance me touche grandement, Bartholomew. Vraiment... Et je pense que je peux te confier un petit secret, mais j'aimerais que tu le gardes pour toi. On me regarderait de travers si ça se savait. Et...

Il se lève et comme il ne semble pas bien, elle se lève rapidement pour l'obliger à se rasseoir.

- J'apprécie tes efforts, mais aujourd'hui je veux que tu te reposes. Tu m'inquiètes et si ça ne passe pas, je vais devoir faire venir le docteur... Tu es sûr de vouloir prendre un verre? Je pourrais te préparer quelque chose contre le mal de tête.

À sa réponse, elle va chercher ce qu'il veut et revient pour le lui donner. Elle en profite pour se prendre un Whisky dans lequel elle ajoute un peu de citron et elle le sirote un peu en le regardant avant de sortir un livre de la bibliothèque. Son livre policier «Une erreur en noir»  signée de son nom de plume «John Doe», racontait l'histoire d'une mariée qui avait tué son mari pour se faire passer pour lui et gérer son entreprise. Elle se rassoit et le lui tend.

- Je te l'avais à offert Noël dernier. L'as-tu lu? Qu'en penses-tu?

Elle l'écoute avant de lui avouer la fatale vérité.

- John Doe est mon nom d'écrivain...




HARLEY-

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Emploi : Héritié du compte de York. Fabricant de jouets et autre objet en bois.
Informations : Fils du comptes de York ☞ Il à perdue sa mère alors qu'il avait 7 ans ☞ Sa sœur ainée est morte l'an passé, en mer ☞ A une jeune sœur qu'il n'arrive pas à aimé et tiens pour responsable de la mort de sa mère ☞ Fiancé de force à une bourgeoise Londonienne ☞ Froid, hautain, rustre d'apparence, c'est en réalité un homme au cœur d'enfant et à l'âme déchiré ☞ Il fabrique des jouets et divers autres objets, en bois principalement, pour le plaisir. Même s'il en vends parfois ☞ C'est un homme en réalité très simple et qui aime les choses les plus simple de la vie ☞ Le manoir familiale de York lui manque, ses grand champ l'entourant surtout ☞ Vit au jour le jour ☞ Est toujours pur, il ignore même son orientation exacte. Si les hommes ou les femmes l'attire. Peut-être les deux en réalité ☞ C'est un nobe, mais qui à le coeur sur la main. L'argent n'est qu'un moyen de pouvoir pour la plupart, pour lui c'est juste un moyen d'être généreux ☞ Il aime parfois aller dans les bas quartiers distribuer des jouets, gratuitement ou contre une petite pièce, par principe aux gamins des rues ☞
Avatar : Tom Hiddleston
Localisation : Londres
Messages : 278
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works. Lun 26 Juin - 14:08


Madelyne Errington & W. Bartholomew Collins
Cette journée était décidément des plus étranges et surprenante. L'homme à peine fut-il debout que Madelyne qui s'était assise de nouveau se releva et lui demanda fermement de ce rasoir. Sans trop contester Bartholomew exécuta les demandes de sa fiancée. Elle veut lui confier un secret alors. Son regard se pose sur elle surpris, mais heureux et curieux de savoir. Mais dans son élan, il l'a coupé et voilà qu'elle s’inquiète pour lui. Il sourit rapidement avant de confirmer qu'il désire boire un bon whisky. Cette boisson qu'il n’appréciait pas tant que cela au fond, mais qui avait le don de lui bruler la gorge tellement qu'il en était certain qu'il oublierait le mal de crâne lancinant qui continuait de marteler son esprit. Appeler le médecin ? Hors de question, un verre suffirait à lui faire oublier la douleur, un second l'aidera à perdre pied et le troisième, il dormira comme un bébé. Certes, le mal de tête du lendemain serait aussi à garantir, mais cela serait dû à autre chose que le poing de Felix contre sa tempe. Tendant une main alors qu'elle lui apporte le liquide demandé, préparé par ses soins. Avec un peu de citron et de sirop, il ne connaissait pas se mélange et il avait hâte d'y goûter. Mais alors qu'il pensait lever son verre avant d'y tremper ses lèvres il vit sa fiancée faire volt face pour se diriger vers l'une des bibliothèques de la pièce. Laissant sa main couler jusqu'à son genou, avec soin, il posa sa main et le verre qu'elle tenait contre sa jambe et observa sagement la brune. Portant le verre enfin à ses lèvres alors qu'elle se rassoit face à lui, un livre dans sa main libre. Un livre qu'il ne tarde pas à reconnaitre et son sourire surement répond à sa question alors qu'elle le lui tend. Il ne goûte alors toujours pas le breuvage et repose sa main sur sa jambe avant de prendre le livre de sa main libre.

« Évidemment que je m'en souviens. Je t'en ai... »

Il s'arrêta... L'en remercier plusieurs fois ? Car il l'avait beaucoup aimé ? Non, il ne l'avait pas fait, ou intérieurement, et c'était bien tout le problème avec Barth. Il soupira et repris.

« Je l'ai beaucoup aimé oui. Je trouve l'histoire très intéressante et novatrice. Je dois avouer que je trouve cela très intéressant. »

Une femme qui se fait passer pour un homme, qui va au-delà des codes de la société pour faire valoir ses droits et qui s'en sort mieux que les hommes. Bartholomew sourit en repensant à l'histoire complexe et intrigante que le livre qu'il avait en main proposait. D'ailleurs, il l'avait lu plus d'une fois, cela pouvait se voir à la reliure déjà usée. Le livre posé sur son autre jambe, sa main caressant la couverture noire aux lettres dorées. Un léger sourire dessiné sur le visage, comme s'il se replongeait dans l'histoire alors. Son verre au bord des lèvres, il laissa une gorgée du liquide marron filé dans sa gorge, ce qui lui arracha une légère grimace rapide. Mais il manqua de s'étoffer avec alors que Maddie lui indiqua avoir écrit le livre qui admirait toujours de ses yeux aventureux.

« Pardon ? »

Cracha l'homme tout en s'étouffant. Surpris, il avait relevé le visage et mené sa main libre à sa bouche pour ne pas laisser ses crachats s'échapper trop loin de sa bouche. Ses grands yeux clairs dévisageant Madelyne. Non pas qu'il trouvait cela mal, bien au contraire en vérité. Son regard balaya entre la femme face à lui et le livre posé sur sa jambe qui manqua de tomber au sol alors qu'il hoquetait toujours. Déposant son verre sur une petite table à portée de bras, il tapa contre son torse pour faire passer la toux. Et prit le livre entre ses mains.

« C'est toi qui as écrit cette histoire ? C'est toi... »

Voilà bien longtemps qu'on n'avait pas réussi à surprendre Bartholomew Collins, mais là, il ne savait plus vraiment quoi dire. Il était certes surpris et choquer, mais surtout admiratif. Son regard bleu grand ouvert, il laissa échapper un léger mot d'admiration d'entre ses lèvres avant de reposer son regard sur le livre qu'il ouvrait de nouveau avec encore plus de plaisir qu'il ne l'avait fait jusque-là.
766 mots ♦ Gif by Tumblr, fiche by © Summers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works.

Revenir en haut Aller en bas

Maddie ♦ A heart that hurts, is a heart that works.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (M) LEE PACE ▬ A heart that hurts,is a heart that works
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Maddie Anderson [Validée par Samira]
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Anthill : A Victorian Tale :: Les Rues de Londres :: City of London :: Quartiers Résidentiels Luxueux-